Boursorama – Placements FIP et FCPI

Ouvrir un compte Boursorama

Jusqu’au 31 décembre 2019, Boursorama Banque a proposé à ses clients d’investir des capitaux dans des fonds FIP ou FCPI. De quelle sorte de placements s’agit-il ? Qu’en est ‘il en terme de fiscalité ? 

Boursorama Banque et son offre Bourse

FIP, FCPI : fonctionnement

Les fonds FIP ou FCPI sont obligatoirement agrées par l’Autorité de Marché Financiers (AMF). Ces produits donnent la possibilité aux souscripteurs d’investir dans des placements diversifiés qui doivent toutefois être envisagés sur du long terme. 

FIP ou FCPI : différences

FIP

Le FIP a vocation à financer des PME françaises, implantées en région, favorisant ainsi l’économie locale.

Pour être éligible au FIP, les entreprises doivent répondre aux critères suivants :

  • avoir un effectif inférieur à 250 salariés ;
  • avoir un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros ;
  • être soumises à l’impôt sur les sociétés ;
  • ne pas être cotées en bourse.

Il s’agit d’un placement à risque mesuré, rapportant des gains plutôt modérés. 2 % de frais d’entrée sont appliqués, l’argent investi est bloqué pour une période allant de 6 à 9 ans.

FCPI

Le FCPI a vocation à soutenir l’investissement de sociétés européennes dans le secteur de l’innovation avec un fort potentiel de croissance.

Pour être éligible au FCPI, en plus d’être innovantes, les sociétés doivent répondre à des critères précis:

  • avoir un effectif inférieur à 2 000 salariés ;
  • leur siège social doit être dans un pays membre de l’Union européenne ;
  • être soumises à l’impôt sur les sociétés ;
  • ne pas être cotées en bourse.

Il s’agit d’un placement plutôt risqué, mais qui, de fait, peut rapporter des gains importants. Contrairement au FIP, aucuns frais d’entrée ne sont appliqués, l’argent placé dans un FCPI est bloqué 6 ans.

Focus sur la fiscalité

Le FIP et le FCPI sont deux fonds communs de placement à risque permettant de bénéficier d’avantages fiscaux. Les FIP et FCPI, souscrits avant le 31 décembre 2019, permettent de bénéficier de réductions d’impôts dès 2020.

Réduction d’impôt en fonction du capital versé

Les réductions fiscales des FIP et FCPI sont cumulables dans la limite du plafond de niches fiscales fixé à 10 000 € par an.

La fiscalité du FIP

La déduction fiscale du FIP s’applique sur le montant investi dans le fonds, minoré des frais d’entrée. Cette réduction d’impôt, qui peut atteindre 38 %, est plafonnée à :

  • 4 560 € pour les personnes célibataires sur un capital investi plafonné à 12 000 € ;
  • 9 120 € pour les couples avec un montant investi plafonné à 24 000 €.

La fiscalité du FCPI

La réduction d’impôt des sommes versées sur un FCPI peut atteindre 18 % et est plafonnée à :

  • 2 160 € sur un investissement maximum de 12 000 € pour les célibataires ;
  • 4 320 € sur un investissement maximum de 24 000 € pour les personnes soumises à une imposition commune.

Exonération d’impôts sur les plus-values

En cas de revente des FCPI ou FIP à la fin de la période prévue au contrat, le souscripteur reçoit des plus-values qui sont alors exonérées d’impôts. Seuls les prélèvements sociaux de 17,2 % sont appliqués sur les gains réalisés et sont intégrés au prélèvement à la source.

Cet avantage fiscal n’est octroyé qu’à deux conditions.

  • La première est de ne pas retirer les capitaux avant la fin de la période initialement prévue au contrat.
  • La seconde est d’avoir déclaré les capitaux aux impôts.

Les FIP et FCPI sont des placements qui peuvent générer des plus-values comme des moins-values. Parfois, les pertes peuvent être plus importantes que les avantages fiscaux obtenus. C’est pourquoi, il important de ne pas investir plus de 5 à 10 % de ses actifs dans ce type de placements à risques.

Il va de soit de rappeler que ce type d’investissement est risqué et qu’il peut être touché par une perte de capital.