Investir le 9 mai avec ces 4 infos clés

Publié le - Auteur Par Stéphanie Thomas
Investir le 9 mai avec ces 4 infos clés

L’épargne est un sujet qui touche tout le monde, jeunes ou moins jeunes, locataires comme propriétaires, pour réaliser des projets comme pour préparer l’avenir, pour se constituer un matelas de sécurité, pour soi ou pour ses enfants, personne ne peut s’en passer.

Le sujet de la semaine : Parking et box  

En immobilier, les studios ont souvent un rapport qualité-prix médiocre. Certes le coûts d’acquisition intrinsèque est réduit, mais si on le rapporte au prix du mètre carré on est loin du compte. Ceux qui ont un petit budget ont d’autres options… avec les parking et les places de stationnement nues ou fermées (box) pour entreposer des biens ou en garage fermé. C’est d’ailleurs un facteur clé de ce qui a fait la richesse de Cédric Annicette.

Un budget accessible à tous et un bon rendement locatif

De plus en plus de gens ont des voitures, et il est de plus en plus difficile de les garer en centre-ville et en ville, dans les nouveaux immeubles bien souvent un couple dans un T2 n’aura qu’une place en sous-sol…

  1. Premier avantage, et pas des moindres, investir dans un parking est bien plus accessible qu’investir dans un logement, studio compris. En effet, dans certaines villes de province ce type d’investissement peut se faire dès 5000€, et donc se faire sans passer par la case emprunt pour ceux qui ont mis cette somme de côté. « Le prix moyen à l’achat d’un parking en France est de 25.432 € (prix tiré vers le haut par les prix de la capitale qui sont aux alentours de 32 700€). C’est beaucoup moins onéreux qu’un appartement ! » ­ constate Séverine Amate, porte-parole de Seloger.com. Elle maîtrise le sujet étant donné que l’investissement dans les parkings « est un actif tendance en cette période de Covid », qui a vu les recherches d’achat de parkings bondir de 17 % entre juillet 2019 et juillet 2020.
  2. De plus, à l’inverse d’un appartement/ d’une maison, demandant du temps pour les papiers, la gestion des locataires, et pouvant impliquer des biens détériorés, des impayés, des problèmes de voisinage à résoudre, de l’entretien, le garage lui propose une souplesse dans le bail et l’état des lieux.
  3. Dernier argument, le rendement attrayant de l’investissement dans un parking.

Le rendement est le rapport entre l’argent investi et les revenus que le placement génère. Exemple : vous achetez plusieurs parkings pour une somme de 30 000€, ces derniers vous rapportent 6 000 € par an. La rentabilité des parkings en location est alors de 6000 € / 30 000 € * 100 = 20 %.

En temps normal, il est totalement possible de viser sans trop de risque un rendement autour de 5 % à Paris, loin devant celui des appartements (3,25 %), et jusqu’à 10 % en province. D’autant que les charges sont minimes : peu d’entretien, peu de frais de copropriété, ainsi que les inconvénients cités ci-dessus.

Quelques villes plus attractives que d’autres

Voici la liste des villes où il fait bon investir dans un box, garage ou parking. On notera qu’il s’agit en grande partie de grandes villes :

  • Strasbourg, rentabilité 10,4%, loyer 131€, prix de vente 9558€.
  • St Étienne, rentabilité 7,1%, loyer 50€, prix de vente 8436€.
  • Grenoble, rentabilité 6,8%, loyer 77€, prix de vente 13530€.
  • Montpellier, rentabilité 6,6%, loyer 79€, prix de vente 14296€.
  • Marseille, rentabilité 6,3%, loyer 99€, prix de vente 18892€.

Le proverbe de la semaine : impôt et taxes

Le proverbe que nous allons expliquer cette semaine et en rapport avec l’actualité, en effet la saison des déclarations fiscales des particuliers est ouverte et les déclarations sont disponibles sur le site des impôts.

“Un moyen de réduire les impôts serait d’organiser une élection chaque année, car il semble que l’année des élections il n’y ait jamais d’augmentation d’impôts.”

Un peu d’humour avec cette citation, d’un inconnu.

Face au besoin de financer constamment de nouveaux projets, d’apporter les aides nécessaires aux entreprises et particuliers dans le besoin en cette période de pandémie… le français moyen se retrouve pris dans un étau entre les impôts sur les revenus et les différentes taxes. Pour ne pas trop perdre en pouvoir d’achat, il devient indispensable de se renseigner un maximum sur toutes les astuces et aides disponibles pour ne pas payer un euro de trop et essayer de conserver au maximum les fruits de son travail. Malheureusement pour nous, bien souvent les astuces légales ne sont pas connues, et si on ne prend pas la peine de chercher de fouiner et de se renseigner on passe à côté. D’autant plus que les astuces ne sont pas toujours bien claires, mais elles existent, nous les avons d’ailleurs regroupées afin de les partager avec vous sous forme d’un guide simple et intuitif.

Les astuces et conseils pour ne pas déclarer un euro de trop

  • Télétravail,
  • Compte à l’étranger,
  • Revenus issus du capital : assurance vie, crypto, bourse… et prélèvement forfaitaire unique (PFU) avec la 2OP qui peut tout changer,
  • Handicap,
  • Concubinage,
  • Seul sans enfant et à faibles revenus : les aides auxquelles vous avez droit avec la Case L …

Voir le guide détaillé ci-dessous.


L’offre de la semaine : ActiveSeed

ActiveSeed est un acteur pas comme les autres. Il propose pourtant une assurance vie comme beaucoup d’autres sociétés d’investissement, là où il se différencie c’est sur son engagement envers la planète. Pour découvrir qui il est rendez-vous sur notre dossier dédié à cet acteur. 

Pour une croissance responsable

ActiveSeed axe ses investissements vers l’ISR c’est-à-dire l’Investissement Socialement Responsable. Pour faire simple, il s’agit d’orienter l’investissement vers des entreprises responsables ayant à cœur l’environnement.

Ces entreprises sont choisies en fonction de plusieurs critères environnementaux :

  • Engagement environnemental de la société.
  • Qu’elle ait un impact négatif ou limité.
  • Qu’elles fassent partie des entreprises les moins émettrices de CO2.

Investir et préparer une épargne implique du long terme, c’est penser à l’avenir, ici c’est pareil, vous pensez à votre avenir, à celui de vos enfants et à celui de la planète, car notre avenir dépend également de ce qu’on fait d’elle.

6 années de performances validées

ActiveSeed affiche un bilan positif sur l’ensemble des profils de risque, que ce soit pour le Village Pure, le Village Santé-Biotechnologies ou le Village ISR, et ce, indépendamment des années étudiées. Les raisons sont simples : une bonne différenciation entre les classes d’actifs, une approche sur le long terme et une baisse constante des tarifs. Ici se trouvent les facteurs clés de la réussite de cette solution d’épargne.

Le portefeuille qui rapporte le plus est celle la même que l’on mentionne juste au-dessus, le Village ISR, voici ses chiffres en 6 ans :

  • Profil prudent (prise de risque réduite) : 15,37%.
  • Le profil Modéré (prise de risque modérée) : 22,62%.
  • Profile Équilibré : 43,49%.
  • Le profil dynamique : 58,28%.
  • Le profil audacieux : 80,04%.

*Comme les circonstances passées ne présagent pas celles de l’avenir, les performances ne doivent pas être  extrapolées. À noter également que la performance effectuée par tous les épargnants varie selon les situations présentes.


Le chiffre de la semaine : 200 milliards d’euros

C’est la somme d’argent stockée sur le compte courant des français ! Si en 2020, le montant était de 120 Mds€, cette année en décembre il devrait quasiment doubler pour atteindre les 200Mds. En effet d’après un récent bilan sur l’épargne des ménages de la Banque de France, les montants de l’argent laissé sur les comptes courants ont progressé de 94 milliards d’euros l’an dernier. Il est question d’épargne de précaution, crainte du chômage, crainte de perdre son emploi, de subir des pertes de revenus, ou tout simplement réflexe en cas de coup dur en sont les raisons principales.

Quel montant est-il recommandé de laisser sur son compte courant ?

Les ménages français détiendraient en moyenne 14 000 € sur leurs différents comptes courants. Même si cela peut rassurer, il faut savoir que le compte courant n’a pas vocation à stocker vos économies, seulement à héberger ce que l’on appelle l’épargne de disponibilité c’est-à-dire la somme servant à subvenir :

  • aux frais courants aussi appelées charges fixes (loyer, crédit, assurances, EDF, eau, gaz, courses, internet, forfait téléphonique…)
  • ainsi qu’au dépenses imprévues (garage, réparation…).

D’où, comme son nom l’indique, le caractère de disponibilité.

Il est donc recommandé de laisser l’équivalent d’un mois de salaire sur le compte pour les dépenses associées à la vie quotidienne. Il ne faut pas oublier que le compte courant ne rapporte rien, donc y laisser de grosses sommes n’est pas constructif.

Que faire du reste ?

Il vaut mieux placer les sommes au-delà de l’épargne de disponibilité sur les livrets d’épargne réglementés, en complément du matelas de sécurité.

Par contre il est recommandé de ne pas tout mettre dessus, de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier comme on dit. Certes ces livrets rapportent mais ils rapportent peu, leur avantage est la disponibilité de l’argent. Mieux vaut ne pas placer plus de 3000€ sur chacun des livrets réglementés. Afin d’optimiser son argent pour qu’il rapporte le mieux est de le placer sur des solutions variées pour diversifier son portefeuille et limiter les risques :

  • Assurance vie,
  • Bourse,
  • Immobilier,
  • Crypto…

A vous de consulter les offres et de voir ce qui correspond le mieux à votre profil et là où vous vous sentez le plus à l’aise. Nos guides et comparateurs gratuits sont à votre disposition pour renseigner et faciliter au mieux votre prise de décision.

Le risque à venir pour ceux qui laissent trop d’argent sur leur compte

Non seulement votre argent dort mais en plus il peut être taxé. Cela fait un moment que le sujet tourne, et le niveau d’épargne pendant la pandémie a sûrement dû avoir un impact là-dessus car cela devient maintenant une réalité.

Que soit en réponse au coût du taux négatif de 0,5% appliqué par la Banque centrale européenne (BCE) ou pour trouver de nouvelles recettes, certaines banques n’ont pas peur de toucher aux économies de leurs clients. Au départ mise en place par quelques banques privées pour des clients millionnaires, la taxation des dépôts paraissait lointaine au commun des mortels.

On s’attendait à voir le coup venir de certaines banques traditionnelles, mais il n’en est rien, c’est N26, néobanque allemande avec son compte gratuit qui se lance dans les hostilités. Elle taxe désormais les dépôts de ses nouveaux clients supérieurs à 50 000 euros avec une pénalité de 0,5%.

On partait sur le postulat que laisser son argent « dormir » sur son courant ne rapportait pas et qu’il valait mieux le placer, maintenant le laisser « dormir » peut en plus de ne rien rapporter vous coûter, alors autant prendre les devants !


Mentions légales 

Dans le cadre d’un contrat d’assurance vie, les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.
Investir en Bourse, dans les crypto ou les ETF comportent un risque de perte totale ou partielle en capital.

Cet article est exclusivement destiné à l’information. Avant de faire un choix dans un produit financier ou de vous lancer dans une action, renseignez-vous bien et pensez éventuellement à consulter un conseiller financier.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire