Obtenir un augmentation de salaire : comment négocier ?

Salarié souhaitant augmenter son pouvoir d'achat ? L'augmentation de salaire est une des options et ce n'est pas la seule. Voici les conseils pour avoir toutes les chances d'obtenir son augmentation. Sinon des pistes pour booster son pouvoir d'achat autrement.

La fin de l’année est souvent une période de bilan. D’ailleurs, pour la plupart, il est temps de penser aux différents moyens pour augmenter son pouvoir d’achat. L’augmentation de salaire en est un.

Voici quelques conseils de base pour demander et surtout obtenir une augmentation.

Osez réclamer une augmentation

Une demande d’augmentation de salaire est tout à fait légitime pour un salarié investi dans son travail et qui pense avoir rempli ses objectifs. Côté employeur, la rémunération est sans nul doute un des principaux leviers de motivation qui lui permet de retenir les bons éléments.

Quel est le moment propice ?

En principe, l’entretien annuel est le moment parfait pour réclamer une révision salariale. Toutefois, tout dépend de l’entreprise, de sa politique et de ses pratiques. Chez certaines, une demande de revalorisation de salaire peut être faite par exemple de manière trimestrielle. Chez d’autres, il est possible d’en parler durant un bilan semestriel. D’une manière générale, il est déconseillé au salarié d’en faire la demande en dehors du temps dédié au bilan et à l’évaluation mais d’identifier le moment propice.

Si le salarié souhaite demander une augmentation de salaire en dehors de l’entretien d’évaluation, il peut toujours le faire à la suite d’un évènement notable. Il peut s’agir :

  • d’un récent succès,
  • de l’acquisition d’un nouveau diplôme
  • ou à la suite d’une formation.

Quels sont les arguments à avancer ?

Le salarié doit faire une préparation en amont de l’entretien avec son manager.

En effet, pour appuyer sa demande, il doit l’argumenter :

  • les éléments doivent être concrets et précis,
  • le salarié doit s’appuyer sur les tâches réellement accomplies,
  • il peut exposer son implication dans ses tâches quotidiennes,
  • il doit avancer ses points forts avec précision,
  • il doit pouvoir être capable d’argumenter sur l’impact de sa contribution dans l’entreprise et dans son équipe,
  • si le salarié n’a pas accompli une réussite majeure, il peut toujours avancer un argument tout aussi important, son savoir-être par exemple,
  • par ailleurs, il n’est pas obligé de demander de nouvelles responsabilités pour justifier une revalorisation de son salaire.

Réclamez une augmentation crédible

Une demande d’augmentation salariale doit rester cohérente. En effet, pour ne pas discréditer le salarié, elle doit être réaliste par rapport à sa valeur ainsi qu’à la situation économique et financière de la société.

Quels sont les informations à connaitre ?

Pour rester crédible dans sa proposition, le salarié doit se renseigner sur les informations suivantes :

  • la rémunération octroyée aux collègues,
  • le salaire pratiqué chez les entreprises concurrentes.

Le salarié doit ensuite utiliser ces informations pour les comparer à sa propre situation. En effet, la fixation d’un salaire dépend en grande partie de plusieurs points :

  •  Les diplômes supérieurs,
  • les compétences techniques indispensables
  • et les années d’expériences en sont des exemples.

Le salarié doit simplement se baser sur ces renseignements pour établir une demande convenable. En effet, il est généralement déconseillé de comparer son salaire à ceux des collègues durant l’entrevue avec son manager. Ils ne seront alors utilisés qu’en ultime recours.

Quelles sont les requêtes alternatives ?

En cas de refus du manager concernant la revalorisation du salaire fixe, le salarié peut toujours proposer des compensations alternatives. Il peut essayer d’avoir à la place :

  • des avantages en nature
  • ou une prime sur objectifs.

Grâce à ceux-ci, il peut déjà améliorer ses conditions et son pouvoir d’achat.

Durant la négociation d’une augmentation de salaire, il est essentiel de conserver son sang-froid et son calme. Bref, le salarié doit rester tout le temps diplomate. Cependant, en cas de refus du patron, il reste la possibilité de lancer à côté une activité en micro-entreprise. Nous avons d’ailleurs un guide pour devenir indépendant et des profils personnalisés avec les marches à suivre pour se lancer.

Liste des établissements