Gestion de Budget : Ces 3 règles données par un coach financier qui vaut de l’or

Modifié le

Limiter ses dépenses, quand on n’en a pas le choix, est une des situations difficiles à gérer. En effet, ne pas céder à nos petits désirs capricieux est, sans aucun doute, plus difficile à faire qu’il n’y paraît. Mais en ces temps de crise cela devient malheureusement indispensable et toute astuce pour mieux gérer son budget est bonne à prendre.

3 outils pour limiter les frais inutiles

Conseil clé d’un coach budget qui coûte très cher !

Il est absolument nécessaire de diminuer nos dépenses inutiles pour économiser et atteindre des objectifs financiers importants.

Qui est cette fameuse « money coach » ?

Bernadette Joy est la fondatrice de Crush Your Money. C’est une coach financière qui a établi trois règles à respecter si on veut atteindre un objectif financier. Grâce à l’application de ces règles, Bernadette Joy et son partenaire sont parvenus à rembourser près de 300 000$ de dettes en remboursant 100 000$ chaque année pendant trois ans. Des chiffres qui laissent songeurs … 

Comment atteindre un objectif d’après l’experte ?

Afin d’atteindre ses objectifs, Bernadette Joy et son partenaire se sont fixés plusieurs limites. Ils ont restreint leur dépense en ne gaspillant plus de l’argent pour les choses futiles, les achats impulsifs, et les choses qui ne sont pratiqués que sur le moment.

Cela ne laisse que peu de places aux petits plaisirs quotidiens et demande une grande volonté. Regardons ce qu’elle propose exactement.

Les 3 règles indispensables pour la gestion d’un budget

Voici trois règles à mettre en pratique au plus vite pour mieux gérer ses sorties d’argent et donc son budget global.

La règle la plus importante : la règle de 1$, soit 1 euro

Le principe de la règle de 1$ ( que l’on peut convertir à 1€ en France) est assez facile à comprendre.

Un article doit coûter un dollar ou moins à chaque utilisation. Par exemple, si une veste coûte 50$ et que l’on va l’utiliser 50 fois ou plus, cette veste en vaut la peine. Cette règle donne « l’autorisation » d’acheter des articles qui sont vraiment utiles et que nous allons utiliser fréquemment tout en empêchant les achats compulsifs pour des choses qui sont inutiles.

Cet engagement évite également les pièges mentaux, surtout l’ancrage des prix. L’ancrage est le fait de donner beaucoup d’importance à la première information que l’on reçoit. Quand un article est indiqué à 150€, mais que celui-ci sera soldé à 75€, le point d’ancrage est alors de 150€. La personne est alors poussée par une envie d’acheter cet article en croyant faire une bonne affaire sans se demander si cet article lui sera vraiment utile ou non. C’est un piège souvent utilisé pour inciter les consommateurs à acheter encore plus qu’ils en ont besoin.

La règle du 1$ évite cela, car même si une chemise est soldée à 75% et que celle-ci coûte seulement 15€, il faut d’abord considérer le nombre de jours où cette dernière sera portée, puis faire le calcul en prenant en compte le nombre de chemises déjà existantes dans son armoire. Cette chemise va-t-elle être portée pendant 15 jours avec toutes les chemises que l’on a déjà en notre possession ? Cette question évite tout achat qui nous piège avec les réductions qui semblent être une bonne affaire. Cela enfreindrait la règle du 1$.

Cela nous semble être une bonne manière de repenser sa relation d’achat. Nous validons ce point. 

La règle du 80/20

La règle des 80/20 est également basée sur l’utilisation du produit que l’on va acheter.

Le principe de cette règle est de n’acheter que des produits que nous utilisons pendant 80% du temps. Par exemple, même si un ordinateur portable coûte vraiment très cher, mais que l’on sait que cet appareil nous sert quotidiennement, et que nous l’utilisons tous les jours pour des raisons utiles, on peut alors l’acheter sans culpabiliser.

Toutefois, si on utilise un produit que pendant 20% du temps, il est préférable de reconsidérer son achat. L’achat de ce produit n’est peut-être pas indispensable et sera en quelque sorte du gaspillage. Le plus important est de se poser la bonne question, car le gaspillage ne nous amène pas vers des objectifs financiers.

Idée salvatrice pour éviter les achats moins importants. Nous validons cet argument également. 

 

Les achats qui nous rendent heureux

Il est important de distinguer ce que nous aimons vraiment de ce que nous avons juste envie d’acheter sur le moment.

Gardons à l’esprit que restreindre les dépenses ne signifie pas forcément éviter tout ce qui nous rend heureux. Se priver de ce qui nous fait aimer la vie ne nous donnera pas envie de dépenser moins. Il faut prendre goût à la vie et se faire plaisir avec modestie.

Quel soulagement de voir que Bernadette Joy donne une place importante au plaisir. Le paragraphe n’est pas trop développé, mais il faut comprendre que nos plaisirs ne sont pas toujours là où nous le croyons. Retrouver goût dans les plaisirs simples de la vie est primordial. 

A la vue de ces 3 tips clés pour dépenser moins, on peut se demander comment elle a réussi a rembourser 100k$ par an. Soit elle avait un train de vie très dépensier, soit elle cache encore beaucoup de choses que nous devons découvrir. Cependant, il faut avouer que ces bons conseils seront à intégrer dans les routines de ceux qui veulent économiser.

Par Lucie

Lucie est rédactrice sur ComparateurBanque.com depuis le début. Elle aime tester les offres et partager son expérience. Elle a aussi d'autres casquettes dans l'équipe.

Les autres établissements de notre comparatif