Auto-entrepreneur, freelance, indépendant

Quelle banque choisir quand on est auto-entrepreneur ? Comment avoir les frais réduits au maximum et bénéficier des services dont…

Les TOP banques pour les freelances

Quelle banque choisir quand on est auto-entrepreneur ? Comment avoir les frais réduits au maximum et bénéficier des services dont un indépendant à besoin. Voici les réponses que vous allez trouver.

Le statut auto-entrepreneur a été créé en 2008 sous le nom initial de micro-entrepreneur. Il s’adresse aux travailleurs indépendants et permet le lancement d’une activité avec une gestion administrative simplifiée. En effet, toutes les cotisations, impôts et taxes sont remplacés par un seul versement proportionnel au chiffre d’affaires. Le fait de n’avoir qu’un seul versement a cependant été modifié rapidement. Puisqu’en 2011, la cotisation foncière des entreprises (CFE) a été ajoutée. Pour la petite histoire, cette CFE était initialement destinée à la formation professionnelle, puis ont été ajoutés les frais de Chambre du Commerce et de l’Industrie (CCI) ou de Chambre des métiers de l’Artisanat (CMA).

Choisir sa banque n’est pas une mince affaire. La banque parfaite n’existe pas et surtout son nom n’est pas gravé dans le marbre.
Pour choisir sa banque, il faut d’abord cerner son profil (qui on est et quels sont nos besoins).
Ensuite, vous pouvez consulter nos études par profil mais vous verrez au fil des mois les offres évoluent…

Une question ?

Tout part d’une obligation légale : un auto-entrepreneur doit ouvrir un compte bancaire dédié à son activité.

Mais, auprès de quel établissement ouvrir ce compte ? En théorie, la réponse à la question est facile : il suffit de choisir une banque dont les spécificités des offres satisfont ses besoins professionnels (et parfois aussi personnels, le milieu de l’auto-entrepreneuriat fusionnant souvent les deux). Dans la pratique, ce n’est pas évident de trouver une banque capable de proposer des services qui correspondent à ses attentes dans le cadre de son entreprise. Les quelques observations qui suivent peuvent constituer un guide lors de la recherche de la meilleure banque pour l’auto-entrepreneur.

Attention arnaque : le compte pro n’est pas obligatoire !

Il est obligatoire d’ouvrir un compte bancaire dédié à son activité d’auto-entrepreneur. Cependant la loi Pacte n’est pas très claire car elle souhaite supprimer cette obligation pour les micro-entreprises dont le CA n’excède pas 5 000€/ an.

L’arnaque n’est pas sur ce point mais sur le fait que les banques traditionnelles obligent quasiment les indépendants à ouvrir un compte professionnel. Ces comptes ont généralement plus de frais supérieurs à celui d’un compte personnel dédié aux particuliers. Pourtant le site internet du service public explique bien que : « En principe et quelle que soit son activité, le micro-entrepreneur n’est pas obligé de détenir un compte bancaire professionnel dédié à l’ensemble des transactions financières liées à son activité professionnelle, dans un établissement de crédit ou un bureau de chèques postaux. Son entreprise n’ayant pas de capital social, il a donc la possibilité d’avoir seulement un compte bancaire personnel. »

Les banques en ligne sont les plus aptes à satisfaire un indépendant.

Les trois atouts principaux d’une banque en ligne sont sa flexibilité, la gratuité de plusieurs de ses services et des tarifs peu élevés en comparaison avec ceux appliqués dans les banques classiques. Elle convient donc parfaitement à un auto-entrepreneur, car ce dernier possède généralement un planning chargé et des besoins fréquents en trésorerie. Avec une banque en ligne, il n’a pas besoin de prendre rendez-vous avec un conseiller client pour discuter d’un dysfonctionnement sur son compte, d’un projet ou d’une demande particulière.

Rapidité, efficacité et faibles coûts répondent aux attentes des auto-entrepreneurs

Toutes les négociations, les discutions, les signatures, l’envoi de documents se font directement sur l’interface (ou la plate-forme) de l’établissement. C’est également en ligne que l’auto-entrepreneur gère et vérifie ses comptes. En outre, l’ouverture d’un compte se fait en un temps record : au moins 5 minutes ! Tout cela constitue un incroyable gain de temps, or, le temps, c’est ce qu’il manque habituellement à l’auto-entrepreneur ! D’autre part, la présence des services gratuits (par exemple : des frais de tenue de compte inexistants) est salutaire pour le budget de l’auto-entrepreneur, lequel ne se retrouve donc pas avec des charges supplémentaires.

En définitive, il n’y a pas meilleure solution que la banque en ligne pour un auto-entrepreneur !

Nous avons cherché de nombreuses études sur le profil type d’un auto-entrepreneur. Les chiffres ne sont pas toujours récents mais ils donnent une tendance générale qui se dégage.

Le statut d’auto-entrepreneur en chiffre :

En 2018, ce statut a eu un regain d’intérêt avec une hausse de 28%. Cette attractivité vient de l’augmentation du plafond des revenus. Il est passé de 35 000€ à 70 000€ par an pour les services et jusqu’à 170 000€ pour les achats et reventes de marchandises.

Salaire mensuel moyen : entre 410€ et 1300€ (selon les études).
Age moyen : 36 ans.
1/3 des individus sont sont salariés/
40% sont des femmes.
C’est le statut de travailleur indépendant où il y a le plus de femmes et de jeunes.

Atout et frein principal du statut d’auto-entrepreneur

L’atout principal de ce statut résulte de la simplicité de son offre.
Et son principal frein vient de l’absence de couverture sociale, contrairement au régime général.

Rappelons qu’initialement ce statut professionnel devait être un tremplin vers le développement d’une structure plus importante.

Certaines banques en ligne exigent des revenus mensuels fixes (du moins, elles imposent à leurs clients un plancher).

Revenus minimum justifié sur bulletin de salaire ou épargne placée

Par exemple, la banque en ligne Fortuneo demande à sa clientèle d’auto-entrepreneurs de justifier de 1200 euros net de revenus mensuels ou de placer 5000€ d’épargne sur un compte chez eux. C’est le cas aussi de Hello Bank, qui demande à ce que leur client ait un revenu minimum de 1000€/mois ou 5000€ d’épargne placée chez eux.  Ces revenus doivent être justifiés par une feuille de salaire ou éventuellement déclaration de revenus d’auto-entrepreneur. Pour les auto-entrepreneurs qui sont également salariés, cela ne devrait pas poser problème.

 

Si la personne ne peut pas justifier de revenus stables ou suffisants, il existe des établissements plus flexibles. Certains acceptent les revenus variables ou ne demandent même pas de justifier ses revenus.

Consultez cette étude pour connaître toutes les banques sans justification de revenus.

Un auto-entrepreneur sagace et prévoyant se lance dans un comparatif des services proposés par chaque banque dans le cadre de leurs offres pour les auto-entrepreneurs. Mais avant toute action, il serait préférable qu’il établisse une liste de tout ce dont requiert son activité professionnelle : nombre de retraits, nombre et montant des virements, volume des prélèvements, encaissement des paiements en ligne, autorisation de découverts…

Qu’il apprécie également les prestations complémentaires de chaque banque.

Par exemple, sur Boursorama, il a droit à un agrégateur de comptes qui intègre même ses comptes ouverts dans des banques concurrentes. Boursorama lui accorde aussi une assurance pro et met à sa disposition un coffre-fort virtuel ainsi qu’un terminal de paiement. Ce ne sont là que quelques-uns des services qui agrémentent le compte professionnel de Boursorama. Il importe de souligner que la majorité des banques en ligne remet à ses clients une carte bancaire sans frais.

Le décryptage des services permet de se rendre compte que les néo-banques ne sont pas faites pour les auto-entrepreneurs. La raison est simple : les services qu’elles leur proposent sont extrêmement limités. Les néo-banques se cantonnent souvent à la gestion des comptes courants. Sinon il faut passer en mode payant et elles ne rivalisent pas toujours avec les banques en ligne ou traditionnelles.

Certaines banques en ligne proposent des services similaires aux banques traditionnelles, comme : les rendez-vous physiques, le dépôt de liquide ou de chèque en agence…

Généralement les auto-entrepreneurs ont peu de temps pour rencontrer un conseiller donc les rendez-vous téléphonique devraient suffirent.

Par ailleurs, certaines banques en ligne sont adossées à des banques conventionnelles. En conséquence, leurs clients sont en mesure de réaliser des opérations physiques telles que le versement d’un chèque sur son compte. Monabanq, par exemple, coopère avec le CIC et Hello bank! avec la BNP Paribas.

Généralement les auto-entrepreneurs sont payés par virement, le besoin d’encaisser du liquide est rare.