FGDR : la sécurité de votre argent est-elle garantie en cas de faillite d’une banque ?

Modifié le

En cette période de crise économique et de tensions importantes sur les marchés financiers, l’épargnant avisé peut être amené à se poser la question de la sécurité de ses placements bancaires. Nous faisons le point sur le FGDR, dont le rôle est justement de garantir les placements des Français.

Les banques les plus sûres au meilleur rapport qualité-prix

Le FGDR : un fonds qui couvre de manière large l’épargne française (ou pas ?)

Premier focus : comprendre comment l’épargne est garantie en France, particulièrement en cas de défaillance d’une banque.

Pourquoi l’Etat a-t-il mis en place le FGDR ?

Les banques sont mises sous un niveau de stress important actuellement : crise écologique, crise des matières premières, guerre en Ukraine, etc.
Ces niveaux de stress importants peuvent mener – dans le pire des cas – à la faillite d’une banque, et à la perte des dépôts de ses clients.
Pour anticiper ce type de situation, l’Etat a mis en place le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution, en 1999, dont le rôle est de protéger l’épargne des Français.

 

Que couvre le FGDR ?

Le FGDR protège les livrets d’épargne et comptes courants, et en cas de faillite d’une banque, ses clients seraient – en théorie – indemnisés en seulement 7 jours ouvrables.
3 types de garanties sont offertes :

  • Garantie des dépôts : à hauteur de 100 000 € par client et par banque, maximum. Cela concerne les comptes courants, les comptes espèces PER et PEA, les livrets d’épargne, les CEL, PEL et PEP.
  • Garantie de titres : jusqu’à 70 000 € par client et par établissement, dans le cas des titres (actions d’entreprises, par exemple) détenus dans l’établissement défaillant. Le FGDR n’interviendra que si les titres ne sont plus disponibles ou ont disparu, et que la banque est en cessation de paiement.
  • Garantie de caution : cela concerne certaines activités professionnelles, telles que les agences de voyages ou les agences immobilières, pour lesquelles les cautions sont garanties.

En complément de ces garanties, le FGDR couvre également – jusqu’à 100 000 € par client et par banque – les sommes déposées sur les comptes suivants : livret A, livret bleu, LDDS et LEP.
Les sommes qui sont déposées sur un contrat d’assurance-vie sont protégées par un autre mécanisme, le FGAP (Fonds de Garantie des assurances des personnes). Le montant maximum de garantie est de 70 000 € par assuré et par assureur.
Si on met bout-à-bout toutes ces garanties, on obtient la somme totale de couverture, par client, de 340 000€. Voici le récapitulatif :

  • 100 000€ pour les comptes courants et livrets,
  • 70 000€ pour les titres,
  • 100 000€ pour les livrets réglementés,
  • 70 000€ pour l’assurance-vie.

Le FGDR n’a pas les moyens de ses ambitions

Son slogan est “Votre argent est protégé”. Mais est-ce réellement le cas ?
Le FGDR dispose-t-il d’assez de ressources pour rembourser les Français ?

Une petite fraction des sommes nécessaires seulement…

Selon la banque de France, les Français disposaient d’environ 2 700 milliards d’euros de dépôts fin décembre 2021. Près de la moitié de cette somme concerne des placements couverts par le FGDR.
Les ressources disponibles du FGDR, quant à elles, s’élevaient à 6,106 milliards d’euros fin décembre 2021, en progression de 10% environ par rapport à 2020 (5,424 milliards d’euros fin décembre 2020).
Si on compare ces deux masses d’argent, on constate un écart de l’ordre de 200 fois moins d’argent disponible en ressources FGDR par rapport à l’épargne couverte !

Qui gère le FGDR ?

Or, et peu de Français le savent, ce sont des banquiers (d’entreprises privées) qui gèrent le FGDR, pour le compte de l’État.
Les ressources du fonds sont placées sur les marchés financiers, en actions, obligations, etc. Il peut sembler logique de vouloir faire croître la taille du gâteau, pour en avoir davantage à distribuer, mais il se trouve que le rendement obtenu par les banquiers gérant le FGDR était négatif en 2020
En conclusion, l’organisme qui est censé rembourser les clients des banques françaises en cas de faillite d’une d’entre elles, est géré par des banquiers privés, et l’argent mis à leur disposition est placé en Bourse, avec des rendements loin d’être performants.

Que se passerait-il en cas de crise bancaire systémique ?

La faillite d’une banque n’apparaît en général pas seule. Elle est associée à un risque systémique : concrètement, du risque de faillites en cascade des banques de notre pays.
Dans ce cas, le FGDR devrait rembourser simultanément des millions de clients, avec la maigre somme de 6 milliards d’euros. Un simple calcul aboutit au résultat inévitable : chaque client ne se verrait pas rembourser 100 000€, mais plutôt quelques centaines, voire milliers, d’euros, au maximum !
On peut donc parler de fausse promesse, sans aucune exagération.
In fine, on peut supposer que le véritable rôle du FGDR est plus psychologique (rassurer les épargnants et les marchés) qu’autre chose.

Comment savoir si une banque adhère bien au FGDR ?

Tout épargnant peut savoir si sa banque est adhérente au FGDR, en utilisant un outil dédié.
N’hésitez pas à prendre contact avec nous si vous avez des questions ou besoin de renseignements sur la protection de votre épargne. Notre équipe compte un conseiller financier spécialisé.

La vidéo qui explique tout

Par Mathieu M

Mathieu est un rédacteur professionnel qui a exercé chez des acteurs de la banque en ligne et qui connaît bien ce secteur. C'est un slasheur qui cumule de nombreuses activités et passions.

Les autres établissements de notre comparatif