Crédit immobilier pour les freelances et indépendant

Publié le
Obtenir un crédit immobilier quand on est indépendant n'est pas toujours évident. Voici les conseils pour augmenter les chances d'obtenir une réponse positive.

Il n’est pas rare d’entendre qu’il faut avoir une situation financière qualifié de bonne et de stable, d’avoir un CDI pour obtenir un prêt de la banque. Que c’est compliqué pour les personnes qui ne sont donc pas en possession d’un CDI au point de les décourager d’investir. Démêlons le vrai du faux et faisons le point sur la situation aujourd’hui en France quand on est indépendant et que l’on souhaite faire un crédit pour acquérir un bien immobilier.

Indépendant comment obtenir un crédit immobilier ?

Oublions les idées reçues quant aux difficultés rencontrées par les auto-entrepreneurs pour obtenir un prêt et penchons sur nous sur les possibilités qui leur sont offertes.

Premièrement certaines banques souhaitent avoir dans leur portefeuille clients des entrepreneurs, des freelances, des indépendants ainsi que des professions libérales, et pour cela le prêt immobilier est un bon moyen de se faire connaître et des les attirer ! Quoi de mieux que de placer son compte professionnel dans la banque qui vous a fait confiance en vous accordant un prêt immobilier.

Deuxièmement aux vues des différentes problématiques en termes de papier à fournir l’étude ne se fait pas de la même manière que pour un salarié.

Les critères pris en compte

Les 5 principaux critères que la banque regardera sont les suivants :

  1. L’antériorité de la structure de l’indépendant, c’est la première chose sur laquelle la banque va se pencher. Il est donc recommandé d’avoir au moins trois années d’activité pleines derrière soit car il faudra communiquer à la banquer ses trois derniers bilans. L’objectif de la banque au travers de ses trois bilans est de connaître l’évolution de l’exercice et sa viabilité, car la pérennité de la société est primordiale, étant donné que c’est elle qui assure le salaire que l’on peut se verser, et donc sa capacité à rembourser le prêt. Il faut prouver que ce statut n’est pas un hasard mais bien un choix en vertu de ses qualités professionnelles. Bien sûr si vous avez de nombreuses années d’activité derrière vous, plusieurs contrats récurrents avec des entreprises cela sera plus aisé.
  2. Les résultats de son activité, le but étant de comprendre l’activité et d’en observer sa pérennité. Pour se faire la banque va comparer les résultats avec ceux d’autres entreprises du même domaine d’activité et de la même taille. Le mieux étant d’avoir soit des résultats constants, soit des résultats en hausse. Des résultats variables peuvent jouer en défaveur de l’indépendant, car ils ne permettent pas une analyse sur le long terme en général.
  3. Le niveau de rémunération, il est pris à part du résultat de l’entreprise, car ils ne vont pas de pair. Une entreprise peut cartonner alors que le gérant ne se verse quasiment pas de salaire (pour limiter les charges par exemple). La rémunération dépend aussi de la personne, si elle épargne ou investit. Pour les petits malins qui se verseraient un plus gros salaire juste avant de faire la demande, c’est inutile. La banque va procéder à une moyenne des rémunérations nettes des 3 dernières années pour calculer la capacité d’endettement.
  4. Le secteur d’activité, lui aussi pris en compte. Dans le cadre d’une profession libérale dans le médicale depuis une « longue » durée, il n’y aura aucun problème pour emprunter par exemple.
  5. Épargne et apport personnel. La capacité à mettre de l’argent de côté est bien vue par la banque, c’est la preuve que la personne est capable de faire face à une échéance récurrente et régulière comme ce sera le cas pour une mensualité de crédit. L’apport personnel est un gage de sécurité et un atout supplémentaire pour l’emprunteur.

La présentation du dossier

Comme on disait à l’école pour rendre un exposé, « un point de plus pour les lèches culs », le dossier c’est l’opportunité de mettre toutes les chances de son côté (on n’a pas dit d’inventer non plus). Il faut toujours être honnête.

Les forces et les faiblesses

On ne les connait pas forcément en tant que principal intéressé, cependant un courtier connaissant bien les critères et le positionnement des banques peut aider dans cette démarche en mettant en avant les points positifs. De la même façon qu’il peut aider à justifier les éléments faibles et donner des axes d’amélioration pour l’avenir. Justifier et expliquer avant que la banque ne le demande est un atout ainsi qu’une preuve de sérieux.

Le salaire

Comme mentionné plus haut, la banque ne prendra en compte que le salaire réellement versé afin de calculer la capacité d’endettement. Tous les frais annexes ayant servi à défalquer pour payer moins de charges ne seront donc pas pris en compte. Pour ceux qui se versent un salaire minimum, il faut qu’ils prennent conscience que de cette manière ils limitent la fameuse capacité d’endettement sur laquelle la banque va s’appuyer.

La domiciliation des revenus professionnels

C’est à la fois une bonne manière d’obtenir de nouveaux clients pour la banque, C’est pour cela qu’en contrepartie de l’accord d’un prêt, la banque exige la plupart du temps la domiciliation des revenus chez elle. Dans le cadre d’un indépendant c’est l’occasion pour elle de voir votre ou vos comptes professionnels chez elle. Contrairement aux idées reçues, que ce soit :

  • l’auto-entrepreneur,
  • le freelance,
  • l’indépendant
  • ou encore la personne en profession libérale,

ces catégories ont de la valeur aux yeux des banques.

Les astuces pour emprunter en tant qu’indépendant / freelance

Pour éviter que la demande du prêt ne se transforme en « 12 travaux d’Astérix », voici une liste d’astuces pour être prêt le jour « J » en mettant toutes les chances de son côté.

S’orienter vers un autre type de banque

Il ne faut pas mettre toutes les banques dans le même sac, elles sont différentes et n’ont pas toutes la même cible. En cas de refus d’une banque traditionnelle, rien n’est perdu. Cette dernière va se baser sur les informations ci-dessus mais également rentrer les informations dans son logiciel de scoring qui déterminera la réponse.

Dans ce cas-là il suffira de favoriser une banque régionale. On ne le sait pas mais elles possèdent un circuit très court, ce qui signifie qu’elle a le pouvoir de décider elle-même. Leurs offres sont d’ailleurs plus adaptées au niveau local.

Autre point important, il ne faut pas hésiter à solliciter son conseiller professionnel pour qu’il appuie son dossier. En effet ce dernier étant aux premières loges il est plus que bien placer pour présenter les activités de son client et s’en porter garant. Après tout si la banque lui fait confiance elle vous fera confiance.

Emprunter à deux

C’est une vérité quel que soit le corps de métier, emprunter à deux augmente les chances d’obtenir un prêt. Dans le cas qui nous intéresse c’est encore plus vrai lorsque le co-emprunteur est en position du fameux passe partout des banques le : CDI. La banque va alors étudier la solvabilité des deux signataires. La présence du co-emprunteur diminue le risque pris par la banque étant donné que la garantie contre le défaut de remboursement est plus conséquente. Il sera même possible de négocier des taux plus bas.

Le portage salarial

Dans le cadre d’une activité jeune, inférieure à 3 ou 2 ans, c’est une solution à envisager. En CDD ou en CDI cela permet de se voir confier des missions de service effectuer pour une plusieurs entreprises clientes. Ces entreprises rémunèrent donc l’indépendant et offrent fiche de paie et contrat de travail ce qui est un plus lors de la présentation de son dossier à la banque. Cela permet de rester indépendant tout en profitant des avantages qu’offre le statut de salarié.

Pour ceux qui avaient encore le doute, qu’ils se rassurent, chaque cas est différent et ceci est une liste non exhaustive, il existe de multiples possibilités plus poussées, d’autant plus avec la montée en puissance du nombre d’indépendants. Certaines néobanques, créées par des entrepreneurs ayant bien conscience des besoins et des difficultés de ces derniers ont vu le jour ces dernières années, proposant des offres adaptées au secteur.

Liste des établissements