Les jeunes et leur engouement pour la Bourse

Publié le

L’AMF, l’Autorité des Marchés Financiers, a publié une étude concernant le rapport des jeunes à la Bourse.

Force est de constater que cette catégorie de la population est de plus en plus attirée par les investissements en actions. Quels sont les chiffres présentés par l’AMF concernant l’investissement en Bourse des moins de 35 ans ? Comment expliquer ce phénomène ? Retrouvez ici tout ce qu’il faut savoir sur l’investissement en bourse des jeunes en 2020 et 2021.

 

 

3 bons outils pour trader ou investir son argent

Zoom sur les jeunes et les investissements en Bourse

De plus en plus de néophytes

L’année 2020 et les confinements successifs ont eu pour effet de pousser la population française à épargner davantage. Une partie de celle-ci a choisi de se tourner vers l’investissement en bourse pour faire fructifier son capital. C’est comme cela que 410 000 néophytes, c’est-à-dire des personnes n’ayant jamais sauté le pas ou n’ayant pas placé leurs fonds depuis de nombreuses années, se sont tournés pour la première fois vers la Bourse afin de faire fructifier leur épargne.

Toujours plus de jeunes investisseurs en Bourse

Parmi ces néo-investisseurs, près d’un tiers étaient des jeunes de moins de 35 ans.

Il s’agit d’une proportion jamais égalée auparavant. En effet, la part des jeunes investissant pour la première fois en Bourse a battu des records en 2020. Et cette tendance semble se confirmer. En effet, si les chiffres sont moins importants en 2021, les moins de 35 ans représentent tout de même 35 % des particuliers ayant réalisé pour la première fois un achat d’action sur cette période.

Les moins de 25 ans représentent à eux seuls 11 % des néo-investisseurs. Il s’agit donc d’un nouveau profil d’investisseur qui commence à prendre une réelle place, non négligeable, sur le marché des placements boursiers.

Nouveaux investisseurs en bourse : les raisons et les risques

Des investissements en Bourse de plus en plus simples et accessibles

On peut expliquer cette tendance des jeunes à investir en bourse pour la première fois par la multiplication des acteurs financiers proposant des interfaces toujours plus simples, innovantes et ludiques.

En effet, il n’a jamais été aussi facile de placer son argent en bourse grâce notamment à des applications mobiles. Les jeunes, particulièrement friands et habitués de ces supports, représentent une cible parfaite pour les nouveaux acteurs des marchés financiers. De même, des frais toujours plus faibles incitent des personnes aux revenus moyens et modestes à se tourner vers ces nouveaux supports financiers qu’ils pouvaient considérer comme inaccessibles jusqu’alors.

Les risques d’une « gamification » de la Bourse

On l’a vu, les applications et interfaces ludiques permettant de placer facilement son capital en bourse se sont multipliées. Aujourd’hui, acheter des actions et les revendre peut s’apparenter à un jeu. Et c’est là que le danger guette.

En effet, un investissement en bourse reste une opération dans laquelle l’investisseur engage son capital et risque de le perdre. Un placement en action doit être le fruit d’une véritable réflexion. Il nécessite d’avoir une vision à long terme de ses besoins et de ses objectifs. Investir en bourse demande donc une véritable réflexion. Il est notamment important de diversifier ses supports afin de limiter les risques de perte de capital. Or la multiplication des applications a tendance à présenter les placements financiers comme un jeu ou comme un produit de consommation lambda.

Les jeunes sont aujourd’hui nombreux à se tourner vers la Bourse et à investir leur capital en action. Cette tendance est accentuée par le développement et la démocratisation d’outils toujours plus simples, ludiques. Mais il est important que ces néophytes soient sensibilisés aux risques de perte de capital. C’est là où les rôles de l’AMF et celui de ComparateurBanque prennent tout leur sens…

Cette page est à caractère informatif. Pour recevoir des conseils en investissement gratuits de la part d'un professionnel, contactez notre conseiller indépendant et immatriculé auprès de l'Orias. Il est gratuit.

Contacter Tristan
Par Stéphanie Thomas

Directrice de publication du site.

Les autres établissements de notre comparatif