Multibancarisé, il ne reviendra pas en arrière : entretien avec ChristoLyonnais

Publié le - Auteur Par Sarah et Angèle
Multibancarisé, il ne reviendra pas en arrière : entretien avec ChristoLyonnais

Le phénomène de multibancarisation est en plein essor. Mais en pratique, à quoi cela peut-il servir et comment le rendre efficace ? Le youtubeur à succès spécialisé dans la tech et finance Christopher Morfin alias « ChristoLyonnais », âgé de 26 ans, répond à nos questions pour comprendre pourquoi détenir plusieurs comptes serait un atout. A son actif, il cumule des chiffres significatifs : 160 000 abonnés Youtube, 27,7 millions de vues et plus d’une trentaine de banques et fintechs testées. 

Christopher, depuis quand détiens-tu plusieurs comptes bancaires ?

“J’ai réellement commencé à me multibancariser en 2017 après une collaboration professionnelle avec la banque mobile N26. Ce n’était encore pas très connu à l’époque. C’est aujourd’hui beaucoup plus documenté et sûr. Je suis rentré dedans en faisant des tests sur les différentes solutions pour trouver ce qui me convenait le mieux.”

N26 est une banque mobile basée à Berlin créée en 2013. Elle propose un compte courant, des moyens de paiement ultra innovantes et des solutions d’épargne, et cible à la fois les particuliers et les auto-entrepreneurs. Beaucoup de critiques sont opposées à cette banque mobile actuellement. Toutefois, Christopher indique ne jamais avoir rencontré de problème avec eux. Il est très satisfait de leur solution. Il rajoute qu’il ne faut pas écouter les rumeurs et se faire sa propre idée. 

Quelle est la meilleure configuration selon toi ?

“Il y a différentes solutions en fonction des profils.
Pour ma part, je suis également investisseur depuis plusieurs années dans la crypto-monnaie et d’autres marchés. Aujourd’hui, j’ai une banque « dinosaure » (
banque traditionnelle), LCL, où j’ai mes économies et mon entreprise rattachée.
À côté, j’ai des banques mobiles qui m’offrent plus de souplesse et la possibilité de faire des virements permanents journaliers sans être confronté à des blocages. J’ai toujours ma banque traditionnelle, mais elle ne me permet pas de faire des virements tous les jours ou sur des comptes externes d’investissement, d’où mon intérêt à avoir des comptes dans d’autres banques. 
Au final, ça dépend vraiment des profils et des attentes de chacun.”

Combien as-tu de comptes et de cartes ?

“Personnellement j’utilise LCL en banque traditionnelle.
En banque mobile j’ai des comptes chez N26, Revolut, Vivid, qui est moins connu, Zen pour les multi-devises, Bitpanda, qui est autrichienne et encore d’autres. La carte N26 peut aussi être très bien et suffisante pour des besoins assez simples.
Je suis aussi passé par CanB, néo-banque éthique qui est engagée dans le reversement à des associations et Wirex,
porte-feuille pour bitcoin et autre cryptomonnaies.

Dans le contexte actuel, je pense que la diversification doit aussi être géographique. Par exemple, on a le droit d’avoir une banque en Allemagne avec N26 mais aussi hors de l’Union Européenne. Il faut juste les déclarer aux impôts.

Avec le Fonds de Dépôt et de Garantie (FGDR), l’argent qui est dans une vraie banque est sous garantie. C’est-à-dire que normalement, le client sera remboursé en cas de défaillance à hauteur de 100 000 euros. Cependant aujourd’hui, ce fonds de garantie est largement inférieur à la somme totale des épargnants français. De ce fait, il peut être intéressant d’avoir un compte hors de la France, voire hors de l’Europe. Cela renforce la diversification et donc la sécurisation de son patrimoine financier. » 

On imagine bien qu’avoir plusieurs comptes multiplie les frais, combien payes-tu environ ?

“Je pense que j’en ai pour environ 1000 euros par an. Mais j’en teste beaucoup et je teste des versions premiums.”

L’expérience de ChristoLyonnais est atypique et c’est aussi un peu « son métier » de tester ce type d’acteur.  N’oublions pas que dans ce package de 1000 euros, il y a les frais pour son activité professionnelle et sa vie courante. En moyenne, les Français déboursent entre 225 à 400€ de frais bancaires par an pour un compte courant individuel et de 400 à 700 € pour les professionnels. Cela fait un total maximum de 1100 euros mais pour seulement deux comptes. 

Cette facture globale de 1000 euros peut paraître inquiétante pour une personne qui souhaite simplement diversifier ses comptes. D’autant plus qu’il arrive souvent que l’on n’ait pas conscience du montant annuel total que l’on paye. Les frais sont souvent dilués sur plusieurs mois et pas très explicites.

Cependant, se multibancariser permettrait une réduction des frais bancaires classiques d’environ 200 euros par an. Par frais classiques, nous entendons : cotisation à la carte et frais de tenue de compte. Il faut donc rajouter ou plutôt soustraire l’absence de frais à l’étranger sur les paiements et retraits, les économies sur les transferts en devises ou instantanés, … 

Comment organises-tu tes comptes ? 

“Concernant tout ce qui est réception de virement pour l’entreprise, j’utilise ma banque traditionnelle (LCL). Elle est affiliée à ce qui est administratif. À côté, j’utilise principalement N26 pour la vie de tous les jours et les virements permanents, hebdomadaires ou journaliers. L’application N26 est simple d’utilisation, c’est fluide et instantané.“

Quelles sont tes fonctionnalités préférées dans les banques mobiles ?

“Les frais sont élevés pour faire un virement instantané depuis les banques traditionnelles.
Généralement, c’est beaucoup plus simple dans les banques mobiles, qui proposent régulièrement des virements instantanés gratuits. C’est le cas de N26.
Ensuite, j’aime beaucoup l’utilisation de l’application mobile, la synchronisation de la carte avec des appareils connectés. Il y a une vraie flexibilité au niveau des virements et paiements et l’historique des paiements est facilité.”

Certaines cartes permettent aussi d’obtenir du cashback à chaque dépense et utilisation de la carte : c’est le cas de Crypto.com notamment.

Les virements à l’international constituent une fonctionnalité intéressante. Contrairement aux banques classiques, les frais et les délais sont considérablement réduits. 

Quelles sont les fonctionnalités de banque mobile que tu trouves moins pratiques que dans les banques traditionnelles ?

“D’abord le dépôt de chèques et d’espèces est très compliqué voire impossible. On ne peut pas non plus faire de chèque de banque.”

Cependant, les choses changent. Depuis peu, la société Brinks équipe les buralistes pour pouvoir déposer son argent liquide chez eux. Cette solution est utilisée par le compte pro Shine et d’autres acteurs du digital. Face à cela, il y a également des solutions « hybrides avec les banques en ligne : Hello bank! et Monabanq permettent de déposer des chèques directement dans des automates ou Nickel qui fonctionne également avec un réseau de point de vente qui sont principalement des buralistes en France. 

“ Par ailleurs, le service client reste parfois difficilement accessible. Il n’y a plus de contact humain, mais des chats ou des bots ou dans le meilleur des cas, des conseillers au téléphone » . Le lyonnais nous explique qu’il a décidé de prendre la formule Premium de N26 pour avoir un service client VIP et une réponse via une ligne téléphonique. Mais cela n’est pas obligatoire, nous rappelle-t-il. C’est plus pour être certain que tout se déroule au mieux.

 

As-tu fait des erreurs ou rencontré des problèmes avec autant de banques ?

“Pas vraiment, mais il faut plutôt aller sur des grosses structures pour plus de sécurité et éviter de se positionner trop tôt sur de nouveaux acteurs. Le marché actuel est très impacté, il faut donc que les structures puissent tenir.”

Pour finir, as-tu des conseils à donner à ceux qui souhaiteraient se lancer dans la multibancarisation ? 

“Je ne pense pas qu’il y ait vraiment une solution et une meilleure banque, il y a toujours des points positifs et des aspects négatifs. Il faut simplement avoir une ouverture d’esprit et se dire qu’on essaye autre chose que la banque classique, en tester deux ou trois qui correspondent à nos attentes (cashback, multi-devises…). Il ne faut surtout pas oublier de déclarer.”

 

Merci ChritoLyonnais pour cette interview très enrichissante !

Par Sarah et Angèle

Rédactrices en école de journalisme à Aix-en-Provence.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire