Crédit immobilier : pourquoi parle-t-on d’une hausse à venir ?

Publié le - Auteur Par Hélène N.
Crédit immobilier : pourquoi parle-t-on d’une hausse à venir ?

La volonté des Français d’accéder au logement s’est intensifiée depuis la crise sanitaire. Le crédit reste le moyen le plus adapté pour financer ce genre de projet. En plus, les taux d’intérêt ont été propices à l’achat immobilier ces derniers temps. Cependant, cela risque de ne plus être le cas prochainement.

Les taux d’intérêt actuels

Dans le domaine du prêt immobilier, les taux d’intérêt sont très favorables actuellement.

 

Des taux très bas

Sur les crédits immobiliers, les taux d’intérêt sont actuellement à leur plus bas niveau jamais enregistré.

  • Sur un prêt s’étalant sur 15 ans, ils sont à 0,78% en 2021
  • contre 2,25% en 2015
  • et 1,40% en 2016.

 

  • Pour une durée de remboursement de 20 ans, ils sont, à l’heure actuelle, à 0,96%
  • contre 2,50% en 2015
  • et 1,60% l’année suivante.

Cette tendance a donné du dynamisme au marché du prêt immobilier. D’autant plus que les Français investissent massivement dans la pierre depuis la crise sanitaire et les différents confinements. Selon le site Meilleurtaux, les demandes de financement pour les crédits immo en 2021 ont augmenté de 3,4% comparé à l’année précédente.

Des conditions exceptionnelles

En plus des taux d’intérêt très avantageux, des conditions d’emprunts exceptionnelles viennent faciliter encore plus l’accès à la propriété :

  • Selon l’Observatoire, une baisse des taux plus marquée a été accordée aux profils les moins notés sur des durées de remboursement plus longues. Cela a été constaté depuis le mois de décembre 2020
  • 58,5% des crédits immobiliers sont octroyés sur des durées comprises entre 20 et 25 ans. Il s’agit d’un gain de 11 points si l’on se réfère à l’année 2020.

Les raisons pour lesquelles une hausse est envisageable

Plusieurs facteurs pourraient faire augmenter les taux d’intérêt pour le crédit immobilier.

L’inflation

L’inflation est un facteur qui peut entraîner la hausse des taux d’intérêt pour le crédit immobilier. En septembre 2021, l’indice des prix à la consommation a dépassé les 2% contre 1,9% le mois précédent. Sur un mois entre juillet et août, le taux d’inflation a évolué de 0,6% contre 0,1% entre juin et juillet.

Selon l’Insee, cette progression de l’inflation serait due à la hausse des prix des produits manufacturés après les soldes d’été et du rebond de +5,1% des prix du tabac. Les prix des produits frais ont également connu une forte augmentation (+6,3% sur un an) ainsi que ceux des carburants et de l’énergie (+12,7%).

Il faut, cependant, noter que ces poussées de l’inflation devraient être passagères selon François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France. Pour la zone euro, un dérapage durable ne devrait pas avoir lieu.

La progression de l’emprunt de l’État

Depuis mi-septembre 2021, l’emprunt obligatoire de l’État français sur 10 ans est redevenu positif après un seuil de 0% en 2020. Ainsi, le dérapage des prix à la consommation a engendré une hausse, par les investisseurs, des taux d’intérêt sur les marchés financiers. La BCE (Banque Centrale Européenne) a également indiqué une légère réduction du PEPP (son programme d’urgence de rachat d’actifs).

La possibilité de résilier à tout moment un contrat d’assurance de prêt immobilier

Il s’agit d’une proposition de loi qui sera examinée par le Parlement en novembre 2021. Le texte prévoit de rendre possible, après la première année de souscription, la résiliation du contrat à tout moment et sans frais.

Si cette loi est adoptée, les établissements bancaires vont augmenter les taux d’intérêt pour les crédits immobiliers en brandissant la menace d’une volatilité. Cela leur permettra, en effet, de compenser les pertes que cette réforme occasionnera.

À noter que ce facteur est encore hypothétique pour l’instant, mais il risque de se concrétiser au vu de la situation actuelle.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire