N26 dépasse les 2M de clients en France

Publié le - Auteur Par Danielle B
N26 dépasse les 2M de clients en France

4 ans et demi après s’être installée en France, la Fintech allemande N26 a célébré l’atteinte des 2 millions d’utilisateurs. Aussitôt, elle vise déjà les 5 millions d’ici 2024. Voici la stratégie à venir de cette licorne aux ambitions immenses.

N26 rejoint le cercle fermé des banques numériques qui comptent des millions d’utilisateurs

N26 a récemment annoncé fièrement avoir dépassé le cap des 7 millions d’utilisateurs à travers le monde, dont 2 millions en France. Jusqu’à maintenant, seuls Boursorama Banque la banque la moins chère et Nickel le compte de paiement disponible en bureaux de tabac, ont réussi à atteindre ce cap.

La « néobanque » allemande s’impose comme un leader en France

L’enseigne berlinoise s’est installée en Hexagone en juillet 2017. Depuis, elle ne cesse de s’imposer progressivement pour conquérir un nombre impressionnant de clients. En 4 ans et demi de présence en France, elle a réussi à figurer parmi les leaders du marché.

 Selon N26, de plus en plus de clients choisissent de lui faire confiance :

  • Sur les 18 derniers mois, en moyenne, ce sont plus de 2 000 nouveaux utilisateurs par jour qui rejoignent la Fintech,
  • Il y a 8 mois, elle a lancé une offre payante N26 Smart proposée à 4,90 €. Depuis, celle-ci séduit 1 client sur 2.

Le modèle de la Fintech répond aux besoins des Français

En 2020, le changement des habitudes de consommation des Français a été d’autant plus accéléré par le confinement :

  • Le mobile est devenu un véritable porte-monnaie utile au quotidien,
  • Les paiements mobiles ont pris la place des espèces,
  • Les agences ont laissé la place aux applications,
  • La paperasse et les frais cachés n’ont plus lieu d’être,
  • Les Français souhaitent désormais prendre en main la gestion de leur banque comme ils le feront pour n’importe quel autre fournisseur de services,
  • Plus de 94% d’entre eux veulent dorénavant gérer leur compte bancaire en toute autonomie.

Le modèle de business de N26 répond parfaitement à toutes ces nouvelles exigences des consommateurs d’aujourd’hui. Ses fonctionnalités mobiles intuitives, son support client disponible à tout moment et l’actualisation en temps réel du solde de compte font également partie de ses atouts.

N26 se tourne désormais vers l’avenir

Aussitôt ce cap historique atteint que la Fintech nourrit déjà de nouvelles ambitions.

5 millions d’utilisateur à l’horizon 2024

L’ambition de l’enseigne en France est loin d’être satisfaite. D’ici 2024, elle prévoit d’atteindre le cap des 5 millions d’utilisateurs. Même le leader des banques en ligne françaises Boursorama banque n’ose formuler un tel objectif ambitieux. Cette dernière se contente de 4,5 millions d’utilisateurs à l’horizon 2025.

Pour atteindre son nouvel objectif, N26 compte miser sur sa notoriété. Si aujourd’hui, 3 Français sur 4 n’ont aucune idée ni de l’établissement ni de son offre, elle compte vivement y remédier.

La Fintech compte ajouter de nouvelles fonctionnalités 

Pour séduire un grand nombre de clients, la Fintech prévoit de faire de l’ajout de nouveaux produits sa priorité. D’ailleurs, ses équipes œuvrent sans cesse pour pouvoir offrir de nouvelles fonctionnalités encore plus innovantes :

  • Depuis le début de l’année 2021, elle propose une expérience 100% digitale à ses clients en associant les comptes à une carte bancaire virtuelle.
  • Elle s’est également lancée sur le marché de l’assurance avec son offre N26 Assurances.
  • Dans un futur proche, elle compte ajouter des IBANs pour chacun des sous-comptes Espaces.
  • Elle prévoit aussi d’offrir la possibilité aux clients d’étaler le paiement d’un achat en plusieurs fois. Le paiement fractionné connait un véritable succès en France.
  • D’ici à la fin de l’année, elle pense lancer de nouveaux produits d’épargne.

Pour la Fintech N26, le meilleur reste à venir. D’ailleurs, elle met tout en œuvre pour devenir le compte bancaire principal des Français. La seule ombre sur le tableau est du côté des régulateurs. En Allemagne, une enquête est en cours pour vérifier que les procédures de contrôles antifraudes sont bien respectées et en France, l’ACPR et l’AMF ont mis un stop quant au fait de pouvoir nommer cet établissement une néobanque tant qu’elle ne dispose pas de l’agrément bancaire en France.

Source : Communiqué de presse N26

 

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire