Investissement : les Fintechs ont moins le vent en poupe

Publié le - Auteur Par Lucie
Investissement : les Fintechs ont moins le vent en poupe

L’année 2022 a été marquée par un repli des investisseurs vis-à-vis des Fintechs. Ce bilan est proposé par le duo recomposé de Emmanuel Papadacci et de Mikaël Ptachek de l’Observatoire de la Fintech qui répondent à une interview de Maddyness.

Quel est le bilan 2022 chez les startups de la finance ?

L’Observatoire de la Fintech vient de dévoiler les chiffres et les grandes tendances 2022 des sociétés technologiques œuvrant dans le secteur de la finance en France.

Une baisse de 16% des investissements dans la Fintech

L’étude conduite par l’équipe de l’association professionnelle a permis de démontrer que les fonds levés sont en baisse cette année :

  • Les fintechs totalisent 2,4 milliards d’euros de fonds levés en 2022,
  • 2,8 milliards d’euros de fonds ont été récoltés en 2021,
  • 0,7 milliard d’euros ont été levés en 2020.

Selon les précisions du président de l’Observatoire de la Fintech, Mikaël Ptachek, la baisse des montants investis est de 16% par rapport en 2021. Il s’agit d’une première fois dans le secteur depuis l’essor des startups de la finance depuis 2016.

16 cessations d’activités

Le bilan 2022 a été l’occasion pour l’Observatoire de se pencher sur la pérennité des sociétés de la fintech et les cessations d’activités :

  • Actuellement, le secteur français compte 450 fintechs ayant déjà levé des fonds.
  • Ces 6 dernières années, le total des levées de fonds s’élève à 8 milliards d’euros.
  • Depuis 2016, 50 jeunes pousses ont déposé le bilan. En termes de fonds levés, elles représentent environ 200 millions d’euros, soit 2,5%.
  • En 2022, 16 sociétés spécialisées dans la technologie financière ont cessé leurs activités : Aumax pour moi, Yeeld et bien d’autres. Elles représentent près de 100 millions d’euros de fonds levés.

Pour le vice-président de l’association professionnelle Emmanuel Papadacci, le nombre de cessations d’activité est modéré. Toutefois, la tendance est à surveiller. Les deux prochaines années permettront de démontrer la viabilité des modèles économiques de ces sociétés.

Quelles peuvent être les raisons au repli des investisseurs ?

Pour l’Observatoire de la Fintech, deux principales raisons expliquent la tendance actuelle.  

Un phénomène de rattrapage en 2021

Après la crise sanitaire, l’année 2021 a été marquée par le rattrapage des investisseurs. Avec un total de 2,8 milliards d’euros de fonds levés enregistrés, les financements ont atteint un niveau record.

Cependant, malgré un montant d’investissements moins élevé en 2022, ils sont plus nombreux. L’association comptabilise 142 opérations de levées de fonds contre seulement 101 en 2021 et 62 en 2020. Pour Mikaël Ptachek, plusieurs investisseurs ont décidé de revoir leurs stratégies en investissant plus tôt et avec des tickets moins élevés.

Des fonds internationaux prudents

Le contexte international expliquerait le recul des investissements. Plusieurs fonds américains ont fait le choix de faire preuve de prudence. Le président de l’observatoire explique la méfiance des principaux acteurs et le ralentissement de leurs financements par le conflit en Ukraine.

Qui sont les Fintechs ayant levé le plus de fonds ?

L’assurtech lève un total de 1,7 milliard d’euros

Les startups spécialisées dans l’assurtech tirent leur épingle du jeu :

  • Depuis 2016, leurs financements dépassent ceux du paiement et s’élèvent à 1,7 milliard d’euros,
  • Cinq acteurs du secteur se distinguent dont Alan et ses 493 millions d’euros de fonds levés, Shift et ses 270 millions d’euros ainsi que SantéVet et ses 170 millions d’euros.

Le classement des Fintechs selon le montant de leur levée de fonds

Le top 10 des financements accordés durant l’année 2022 totalise 1,3 milliard d’euros :

  • 254 millions d’euros pour Payfit,
  • 183 millions pour Alan,
  • 150 millions pour SantéVet,
  • 125 millions pour Clubfunding,
  • 115 millions pour Alma,
  • 107 millions pour Descartes Underwriting,
  • 100 millions pour Spendesk,
  • 90 millions pour +simple.fr,
  • 75 millions pour Shares,
  • 65 millions pour Pigment.
Par Lucie

Lucie est rédactrice sur ComparateurBanque.com depuis le début. Elle aime tester les offres et partager son expérience. Elle a aussi d'autres casquettes dans l'équipe.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire