Propriétaire d’animaux : chien et chat

Amis des bêtes, nous sommes de plus en plus nombreux à être l’heureux propriétaire d’un chat ou d’un chien. En...

Les 3 solutions pour protéger nos meilleurs amis à poils

Amis des bêtes, nous sommes de plus en plus nombreux à être l’heureux propriétaire d’un chat ou d’un chien. En effet, plus d’un français sur deux possède au moins un animal de compagnie.

La vie n’épargne personne et entre le stress et la malbouffe nous devons veiller sur la santé de nos amis à quatre pattes afin de maximiser le temps passer ensemble. L’assurance animaux existe à ces fins et même si elle n’est pas obligatoire, elle est parfois fort utile, que ce soit pour les visites chez le vétérinaire (entre 25 et 100€), la prescription de médicaments (entre 60 et 200€) ou d’éventuelles interventions chirurgicales ( jusqu’à 1500€) cela peut vite devenir une rente, surtout pour les plus foufous. Des chiffres et des faits marquants : dès 5€ par mois il est possible de réduire jusqu’à 80% sa facture chez le vétérinaire.

Mais voilà… une multitude de questions arrive et nous essayons de vous guider au mieux.

Le plus important est identique à ce qu’on peut faire pour un enfant : lui apporter de l’amour, des caresses et de l’attention. Un animal tout comme un Homme sans signe de reconnaissance (geste, parole) ne peut pas vivre longtemps et tombera rapidement malade.

Une question ?

Le choix de la formule doit être fait en fonction de l’âge, de la santé et des habitudes de l’animal.

Ce que l’assurance animaux va prendre en charge dépend de vos attentes :

  • Budget réduit avec une formule économique, seuls les accidents sont pris en charge,
  • Budget intermédiaire : les accidents et les maladies sont remboursés,
  • Budget optimum : ce qui est pris en charge au niveau intermédiaire + la prévention : vaccin, bilan santé…

Lors d’une première souscription il y a des éléments à prendre à compte, comme l’âge de l’animal (en dessous de 2,3 mois ou au delà de 10 ans), ou certaines garanties pensez à tout lire comme pour votre propre mutuelle.

Les exclusions récurrentes : certains actes chirurgicaux ne sont pas toujours prix en charge par les compagnies ou les vaccinations (si elles le sont c’est souvent de manière forfaitisées) ou encore la stérilisation non médicalement prescrite…

Les couvertures optionnelles, les services en plus comme la prise en charge dans un chenil en cas d’hospitalisation du maître de l’animal de compagnie, l’aide à la recherche en cas de perte de l’animal…

Les plafonds de remboursement, que ce soit en soin ou en acte chirurgical sur une année, et leurs évolutions en fonction de l’âge de l’animal.

Pour en savoir plus, suivez le lien.

Ce n’est pas évident, mais c’est possible. En général un questionnaire sur l’état de santé est demandé lors de l’adhésion à l’assurance. Pour les filous qui souhaiteraient omettre de donner une quelconque information sur une pathologie existante dans l’étape du questionnaire il faut savoir que la plupart des assurances appliquent ce qu’on appelle un délai de carence, labs de temps our les garanties ne sont valables, justement pour être sûre que l’animal est réellement en bonne santé. La période peut aller d’une semaine à deux mois, cela dépend de l’assureur.

Attention cela ne concerne pas les maladies héréditaires, à moins qu’elles soient dues à la race de l’animal comme dans la liste non exhaustive ci dessous :

  • Les dysplasies de la hanche ou du coude (elles touchent souvent les grands chiens).
  • L’atteinte des cartilages de l’épaule,
  • Les luxations chroniques des rotules,
  • Les hernies ombilicales,
  • Les atteintes congénitales des yeux,
  • L’ectopie testiculaire.

Voici nos conseils pour réduire les frais quand un animal est déjà malade.

 

Oui en effet, selon la race de son chien, son train de vie et une multitude de facteurs il y aura des choses à savoir et des conseils que l’on ne vous donne pas toujours pour préserver sa santé. Toutes les races ne sont pas logées à la même logées à la même enseigne par exemple les chiens à tête plate comme les Carlins ont des prédispositions au problème respiratoire.

Un chien malade, ne pouvant vous le dire avec ses mots, vous le fera comprendre avec un changement de comportement, ou un comportement que l’on peut considérer comme anormal. Il reste tapi dans un coin, il est prostré, ou à l’inverse particulièrement agité, il peut devenir agressif si on le touche à l’endroit où il a mal alors qu’il gentil en temps normal, il cesse de vous faire la fête quand vous arrivez, il boude sa gamelle (il n’a plus d’appétit), il urine dans la maison lui qui est propre en temps normal.

Ou plus graves les signes suivants : vomissements, diarrhée (s’il a mangé un jouet d’enfant, un os pointu, une chenille…), du sang dans les selles, léthargie anormale, soif excessive et besoin fréquent d’uriner (diabète, maladie hépatique ou rénales…), des difficultés à uriner, une toux persistante, des démangeaisons cutanées ou une perte de poils…
Certains gestes, réalisés avec douceur peuvent vous aider à en savoir plus, mais il vaut mieux consulter un vétérinaire.
Pour savoir ce qui ne va pas chez votre chien vous pouvez inspecter son poil à la recherche d’une possible plaie, tirez sur sa peau pour voir s’il est déshydraté, vérifier sa respiration – si ses yeux coulent – si sa truffe est chaude – ses muqueuses (en tirant sur ses gencives), sa langue ou encore la paupière inférieure de l’oeil (si elle est blanche c’est un problème de globules rouges, si elle est jaune c’est surement une maladie hépatique.  Examinez ses babines, ses coussinets, l’intérieur de ses oreilles, sa température…

A noter qu’il existe des formations pour apporter les premiers soins à votre chien, pour en savoir plus rapprochez vous de votre vétérinaire pour en savoir plus.

Voici nos conseils pour garder votre chien en bonne santé.

 

 

Oui il y a aussi des choses à savoir pour favoriser la bonne santé et le bonne humeur de votre chat. En effet le félin peut développer des maladies d’origine bactérienne ou virale, liées à son environnement et ou son âge. Les maladies les plus courantes sont :

  • Le Coryza ou la grippe du chat,
  • La Rhinotrachéite Virale Féline (RVF) qui peut être évitée avec un vaccin,
  • La leucose féline,
  • La leucémie virale féline ou FeLV,
  • Le typhus du chat,
  • La pancréatite du chat,

C’est bien pour cela pour qu’il est vivement conseillé de faire vermifuger son chat pour limiter tous risques de contagion par des parasites externes à l’origine de maladies cutanées ou par des parasites internes, notamment les vers digestifs.

La vaccination du chat fait partie des préconisations des vétérinaires  afin d’éviter la chlamydophilose, la rage…

Sujet également récurrent  chez les félins : celui de la stérilisation. Acte souvent pratiqué afin d’éviter les conséquences de différentes portées pour la chatte. Cette intervention, pour le mal comme la femelle présentent des avantages non négligeables : l’animal est plus calme, il tentera moins de fuguer et il protégé contre de nombreuses pathologies.

Voici le guide pour en savoir plus.

 

 

 

 

Il faut savoir que comme nous les animaux ont eux aussi froid l’hiver, malgré leur pelage, même les chats qui le craignent peu. C’est d’autant plus le cas pour les chats d’appartement, étant habitués à rester dans la chaleur de l’intérieur ces derniers deviennent frileux.

Tout comme les chiens à poils longs ou des races comme les Husky, Chow-chow, Terre neuve ou le Saint Bernard qui supportent bien le froid, il faut tout de même les protéger des dangers de l’hiver que peuvent être la neige ou le verglas. Les chiens de petites tailles à poils courts, les chiens âgés ou à l’inverse les chiots sont eux bien plus vulnérables face au froid.

Ce ne sont pas des choses à prendre à la légère. D’autant plus pour les possesseurs de chat, un chat malade ne vous alertera que très rarement par des plaintes, il aura plutôt le réflexe de se cacher ou d’être discret. Un comportement préjudiciable aujourd’hui mais que les félins ont depuis toujours afin de se protéger des prédateurs.

Voici une liste de conseils et choses à faire pour protéger votre animal en hiver.

 

 

Tout comme pour la période estivale, votre animal, chat ou chien, ressent la chaleur de la même manière que les humains. Race et âge influe sur le niveau de tolérance de la chaleur. Sel à la plage, coup de soleil, sol brûlant ne sont pas des désagréments réservés qu’à l’humain, nos compagnons à 4 pattes en pâtissent aussi. La peau du chien par exemple, est très sensible aux rayons UVA et UVB pour lesquels les gens se protègent avec la crème.

Parce que ces éléments ne sont pas forcément de notoriété publique, voici une liste de conseils et choses à faire pour protéger votre animal des 9 risques de l’été.

On a quasiment tout entendu sur le Covid et les animaux. Pour éviter de faire n’importe quoi, voici comment vraiment le protéger et vous protéger du Covid19.