Investir le 25 avril avec ces 4 infos clés

Publié le - Auteur Par Stéphanie Thomas
Investir le 25 avril avec ces 4 infos clés

À tout âge et quels que soit ses revenus, il est important de mettre de l’argent de côté. Chacun son rythme, chacun sa stratégie. Chez ComparateurBanque, nous avons compris que ce qui compte vraiment pour que les retombées d’une action soient positives c’est qu’elle soit alignée avec celui qui la met en place. C’est pour cette raison que nous avons fait les profils, les matchs et les classements… et nos autres nombreux outils qui permettent ainsi, non pas d’avoir une solution magique pour tous qui au final ne fonctionne pas, mais la solution adaptée à votre profil, budget et ambition.

Le sujet de la semaine : Livret A

Le Livret A, grand favori des Français, reste le placement refuge. Cette année ne fait pas exception, et confirme même la règle. Juste avant de faire un tour de cadran et d’arriver à une année calendaire de crise le Livret A a battu un nouveau record : 2,9 millions d’euros épargnés en février 2021. Une somme jamais atteinte auparavant, le dernier record atteignait alors les 2,4 milliards, et date de février 2009, année où le Livret A est devenu disponible dans tous les établissements.
Malgré un taux d’intérêt historiquement bas de 0,5% par an, le Livret A connait toujours un franc succès, depuis 2020 dans le contexte de la pandémie, l’argent placé dessus est deux fois supérieur à la normale. La somme placée atteint désormais les 336 milliards d’euros.

Faut-il le remplir au maximum de son plafond ?

Chacun est libre de ses choix et avoir un livret rempli à fond peut en rassurer certains. Cependant, le Livret A est plus une épargne de précaution, de « liquidités et sécurité », une somme garantie et pas fiscalisée. Son plafond était de 13720€ pour atteindre les 22950€ en 2013.
Ce qu’il faut bien prendre en compte, c’est que son taux d’intérêt, pour le moment il est à 0,5%, ce qui ne risque pas de changer à la hausse avant longtemps.

  • Pour 5000€ placé dessus vous gagnez 25€,
  • pour le plafond c’est 114,75€, ce qui n’est pas foufou.

Le taux de rémunération étant inférieur à l’inflation, placer toutes ses billes dessus équivaut à une perte de pouvoir d’achat.

À titre informatif, un « super livret » aurait pu voir le jour sous le nom de livret de développement des territoires. Proposé par la sénatrice Vanina Paoli-Gagin, sa rémunération initiale était équivalente à celle du livret A, soit 0,5% puis elle devait augmenter dans le temps, comme le livret croissance de Monabanq. Mais le Sénat a récemment refusé son lancement, comme l’indique cet article de Planet.fr.

Notre conseil pour diversifier son épargne

Le livret A est un livret règlementaire 100% sécurisé. Il rapporte peu, mais ses fonds et gains sont garantis. Tout placer sur un tel support n’est pas une stratégie optimisée. Il faut varier les supports et envisager un minimum de risque.

Les autres moyens d’épargne peuvent faire peur à certains, car

  • ils sont associés au fait de ne pas pouvoir retirer l’argent lorsqu’on le souhaite/qu’on en a besoin,
  • il y a un risque de perte totale ou partielle de son capital sur les marchés financiers.

D’autres livrets sécurisés apportent les mêmes atouts que le LivretA mais la rémunération reste faible. Vous devez connaître l’adage : Seul le risque paye. Reste à savoir quel degré de risque vous êtes prêt à prendre.

La combinaison idéale pour les frileux est de :

  • se constituer un matelas de sécurité pour faire face aux imprévus, dont la somme va de 3 à 6 mois de revenus,
  • et de laisser un mois de revenus sur le compte courant.
  • Et de placer le reste, s’il y en a, sur un ou des « supports »à risque variable, mais plus rémunérateur comme l’assurance vie, la Bourse, les crypto.

Pour certains celui-ci sera minime, pour d’autres qui s’en sentent la carrure le risque peut être important. Se lancer sans connaissance n’est pas recommandé, avant de se lancer en Bourse ou dans les crypto, renseignez-vous. Nous avons de nombreux guides à ce sujet, ils sont disponibles en bas de la page qui se trouve en lien.

Le proverbe de la semaine : Jardin et argent

Chaque semaine nous allons expliquer un proverbe ou une citation en rapport avec l’investissement.

« Un bon jardinier n’arrache pas ses belles fleurs pour arroser les mauvaises herbes »

La bourse c’est quoi ? C’est un marché de produits financiers où il est possible d’acheter et/ou de vendre aussi bien des actions, que des obligations, des ETF, des warrants, aussi appelés actifs. La valeur de ces actifs se détermine en fonction de l’offre et la demande des investisseurs. « Quelque part, un investissement boursier correspond à un pari sur l’avenir d’une ou plusieurs entreprises ».

Maintenant que les bases sont posées, revenons-en à l’expression « Un bon jardinier n’arrache pas ses belles fleurs pour arroser les mauvaises herbes ». Concrètement pour continuer sur un discours imagé, quand vous faites tomber quelque chose, il y a toujours quelqu’un pour dire qu’il ne tombera pas plus bas. Cette notion ne s’applique pas ici, un titre qui chute peut continuer à chuter. Même si dans une certaine mesure varier son portefeuille d’actions permet de minimiser les risques, il ne s’agit pas ici d’un bulletin scolaire ou le français peut rattraper la moyenne de maths ou inversement. Le but est de supprimer la matière pour garder une bonne moyenne. Les belles plantes doivent rester, et il faut se séparer des mauvaises graines afin de permettre une meilleure floraison aux autres.

Concrètement aujourd’hui cela signifie que vendre…

Si on applique ce proverbe à l’actualité du moment, cela signifie par exemple que l’action Microsoft, qui est probablement la firme des GAFAM dont on parle le moins, ne doit pas être vendue pour acheter autre chose. Son potentiel de croissance est important et il s’agit peut-être aujourd’hui du plus puissant avec une valorisation de près de 2000 milliards de dollars. Sa stratégie d’acquisition et de diversification opérée discrètement le place en très bonne position.

 

 

L’offre de la semaine : l’assurance vie Yomoni

Spécialiste de l’assurance vie digitale de nouvelle génération, Yomoni s’est fait remarquer par ses bonnes pratiques et bons résultats.

Une prime offerte allant jusqu’à 350€ à l’ouverture

Toute adhésion à un contrat d’assurance vie avant le 3 mai 2021 avec le code SPRING2021 permet de recevoir jusqu’à 350€ de prime offerte.

Voici les conditions à remplir pour profiter de la prime :

  • Adhérez au contrat d’assurance-vie « Yomoni Vie » pour la première fois,
  • Pour les profils 2 à 10,
  • Ouvrir ou transférer un PEA en gestion sous mandat.
  • Faire un versement supérieur ou égal à 10 000 €.

Les profils vont de 1 à 10, soit du moins risqué au plus risqué. Des profils conçus pour répondre aux différents projets financiers de ses clients, que ce soit un petit matelas de précaution, mettre une belle somme de côté, préparer l’avenir d’un enfant, préparer sa retraite ou encore prévoir un gros achat immobilier par exemple.

Des résultats encourageants

2020, année compliquée, voire chaotique, dans sa globalité n’a épargné personne ou presque. Il y a donc aussi eu des rebondissements dans le milieu des marchés financiers.
Malgré cela, Yomoni, avec ses portefeuilles sont basés sur une gestion « passive » a tout de même affichait des performances positives sur tous ses mandats, que ce soit en PEA, compte-titres ou en assurance vie.
Plus concrètement en chiffre ça donne ceci : des performances en fonction des profils allant de 2,8% à 7,6% en 2020, contre une baisse de 7% du CAC 40.

Voici le détail par profil (du moins risqué au plus risqué) :

  • Profil 2 : 2,8% en 2020 (2,6% par an depuis 2016),
  • Profil 3 : 3,9% (3,1% par an sur 5 ans),
  • Profil 4 : 4,8% (3,7% par an sur 5 ans),
  • Profil 5 : 5,7% (4,2% par an sur 5 ans),
  • Profil 6 : 6,5% (4,6% par an sur 5 ans),
  • Profil 7 : 6,8% (5,5% par an sur 5 ans),
  • Profil 8 : 7,1% (6,4% par an sur 5 ans),
  • Profil 9 : 7,3% (6,9% par an sur 5 ans),
  • Profil 10 : 7,6% (8,2% par an sur 5 ans).

Quel est le secret de Yomoni ?

D’après Sébastien d’Ornano, son président,

« Les marchés ont bien rebondi suite à la chute de février-mars 2020. Nous récoltons là les résultats d’une ligne directrice : nous nous sommes tenus à notre discipline de gestion, sans à-coups et sans être guidés par l’émotion du moment. Nous avons une équipe de gestionnaires ‘‘seniors’’,

qui ont déjà géré des portefeuilles financiers face à des crises : ils nous ont permis de ne pas céder à la panique. Par ailleurs, la gestion passive, reposant sur un large panel d’ETF a un avantage face à de tels bouleversements : vous enlevez les biais psychologiques. Nous sommes donc restés focalisés sur le long terme, malgré la pression, d’autant que 70% de nos clients ont des projets d’épargne sur des durées supérieures à 10 ans. »

Le chiffre de la semaine : 10 000€

C’est le montant maximum de l’amende encourue en cas de non-déclaration d’un compte détenu à l’étranger.

Quels sont les comptes concernés ?

D’après le site officiel du gouvernement, sont concernés par l’amende tous titulaires, co-titulaires, bénéficiaires économiques ou ayants droit économiques, vivant en France métropolitaine (+ résidents Français établis à Monaco + les départements d’outre-mer, + les îles de Saint-Barthélémy et Saint-Martin) ayant ouverts, détenus, utilisés ou clos à l’étranger au cours de l’année les comptes suivants :

  • Les comptes bancaires,
  • Les contrats de capitalisation ou placements de même nature (contrats d’assurance vie),
  • Les comptes d’actifs numériques.
  • Les comptes ouverts auprès des banques, prestataires de service d’investissement, administrations publiques ou personnes telles que des notaires ou agents de change qui reçoivent habituellement en dépôt des valeurs mobilières, titres ou espèces.
  • Les contrats d’assurance vie ouverts auprès des organismes d’assurance et assimilés, ainsi que les comptes d’actifs numériques (ex : cryptomonnaies).

Comment les déclarer ?

Cela se fait en même temps que la déclaration d’impôts « classique ».
Il faudra remplir le formulaire n° 3916 (comptes bancaires, contrats d’assurance vie) ou 3916 bis (comptes d’actifs numériques).
Le formulaire est disponible sur le site des impôts pour les déclarations papier.

Dans le cas d’un même compte ou contrat ouvert par des conjoints qu’ils en soient tous deux titulaires ou que l’un ou l’autre ait une procuration sur le compte du titulaire principal, une seule déclaration doit être faite.

Autre cas, si le déclarant agit pour le compte d’un tiers extérieur au foyer fiscal, il doit dans ce cas-là déposer la déclaration au format papier auprès du service des impôts des particuliers dont dépend le titulaire du compte ou contrat d’assurance vie.

 

Mentions légales 

Dans le cadre d’un contrat d’assurance vie, les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.
Investir en Bourse, dans les crypto ou les ETF comporte un risque de perte totale ou partielle en capital.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire