L’assurance emprunteur plombe le taux d’endettement et peut mener à un refus de prêt

Publié le

Suite à la publication faite par le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF), le 27 janvier 2021, l’intégration de l’assurance emprunteur sera incluse dans le calcul du taux d’endettement. Cette décision n’a pas manqué d’impacter l’accès aux crédits. Voici ce qu’il faut savoir pour augmenter ses chances d’avoir une réponse positive.

3 outils pour augmenter les chances d'accord du crédit

Le taux d’endettement

Le taux d’endettement est un concept qu’il est important d’appréhender.

Qu’est-ce que le taux d’endettement ?

Le taux d’endettement est une notion permettant de déterminer si un client est en mesure de contracter ou non un crédit. Il se calcule à partir du rapport entre le revenu mensuel et les charges financières mensuelles de l’emprunteur. Depuis la décision de HCSF, le montant de l’assurance de prêt est pris en compte dans le calcul, ce qui augmente considérablement le résultat. Plus le taux d’endettement est important, moins le client a de chance de voir sa demande de prêt être acceptée. Afin de rééquilibrer la donne, les nouvelles recommandations du HCSF préconisent l’augmentation du taux d’endettement à 35 %. Avant cette décision, le taux d’endettement admis pour l’acceptation d’une demande de prêt était fixé à 33 %.

Cette pratique préconisée par le HCSF a été mise en place afin d’uniformiser les critères pour l’octroi d’un prêt. Plusieurs établissements bancaires incluaient le montant de l’assurance emprunteur dans le calcul du taux d’endettement, tandis que d’autres non.

Quelles sont les conséquences du nouveau calcul du taux d’endettement ?

Les avis sont mitigés sur les impacts de ce nouveau système de calcul. D’un côté, cette pratique permet d’assainir les pratiques des banques et des assurances. Ces dernières profitaient de l’absence des primes dans le calcul du taux d’endettement pour pratiquer des tarifs trop élevés. Cette disposition a donc permis d’aligner les prix pratiqués par ces enseignes. D’un autre côté, le nouveau calcul du taux d’endettement pourrait ne pas profiter aux profils à risques à cause de la mise en place de surprimes pour l’assurance emprunteur.

La solution pour éviter le refus d’un prêt

Réduire son taux d’endettement est le meilleur moyen pour augmenter ses chances d’avoir un prêt.

L’assurance de prêt

Quand un client demande un prêt auprès de sa banque, celle-ci sollicite généralement une assurance de prêt. Il s’agit d’une garantie qui permettra de couvrir les risques de défaut de paiement. Parmi ces risques, on compte, par exemple, la perte d’emploi et l’invalidité. D’après les nouvelles recommandations du HCSF il sera intégré dans les charges. Pour ne plus passer à côté de l’acceptation du prêt, il est donc nécessaire de trouver une assurance de prêt à moindre prix.

En changer ou choisir la bonne dès le départ est donc la posture à adopter.

Le comparatif

Qui dit assurance moins chère, dit taux d’endettement à la baisse. Il serait donc avantageux de trouver une assurance proposant le meilleur prix. Pour ce faire, le simulateur de Comparateur Banque s’avère un outil indispensable.

Pour affiner les recherches, quelques questions sont posées à l’emprunteur. Dans un premier temps, le client doit déterminer la raison pour laquelle il cherche une assurance. Est-ce pour un nouveau prêt, pour une renégociation de prêt ou pour un changement d’assurance ? Puis, l’intéressé doit déterminer l’objet du prêt. Trois options s’offrent à lui, à savoir le prêt pour une résidence principale, pour une résidence secondaire et pour un investissement locatif. Une fois cette étape passée, il est nécessaire de remplir un formulaire concernant les détails du prêt.

Liste des établissements