Épargne et assurance-vie : à quelle rentabilité peut-on s’attendre en ce moment ?

Publié le - Auteur Par Hélène N.
Épargne et assurance-vie : à quelle rentabilité peut-on s’attendre en ce moment ?

Pour assurer sa retraite, investir une partie de son épargne dans une assurance-vie ou une épargne de précaution est devenu un choix plus que judicieux. Mais ces rendements sont-ils toujours intéressants actuellement ? Le point sur ce sujet dans cet article.

L’enjeu des placements dans l’assurance-vie

Les rendements d’une assurance-vie dépendent en grande partie du montant placé et du choix du ou des supports.

Le fonds en euros : un placement sécurisé

Dans un contrat d’assurance-vie, le fonds en euros fait plutôt référence à la stabilité.

Son principe est d’ajouter au capital le rendement de l’année passée en début de la nouvelle année. Le taux d’une année ne sera donc énoncé qu’au début de l’année suivante. Le fonds en euros offre un placement à capital garanti. Cette garantie est assurée par la constitution de réserves. L’assureur utilisera également des mécanismes comptables pour lisser la performance des supports de placement.

 

La rémunération varie selon l’assureur, mais en ce moment, le fonds en euros se trouve actuellement dans une situation difficile. Le taux d’intérêt sur le marché stagne sur un niveau assez bas.

Malgré l’inexistence du risque, le fonds en euros ne promet pas toujours une belle performance. Mais c’est déjà satisfaisant dans un point de vue où le détenteur n’aura pas à s’inquiéter pour son placement. Et le placement valorisera bien le capital avec efficacité.

Ici, sécurité rime avec rentabilité faible mais existante. Après rien ne garantie que celle-ci couvrira l’inflation.

Les unités de compte : des performances favorables, mais un capital sans garantie

Avec les unités de compte, il n’y a pas de rémunération délivrée périodiquement.

Les rendements pour les unités de compte sont calculés « cumulativement ». L’assureur se base alors sur les variations journalières du taux d’intérêt. Ces dernières seront toutes prises en compte pour la déduction des rendements du capital. Avec l’instabilité du taux d’intérêt, le rendement peut être avantageux ou au contraire non rentable.

 

La performance pour les unités de compte est, par contre, assez intéressante. À noter cependant qu’il n’est pas trop évident de jauger la performance moyenne de ce type de contrat.  Ceci est dû à la disparité des unités de compte et de ses localisations. Les frais de gestion ne sont d’ailleurs pas les mêmes pour chaque unité de compte.

Ici il n’y a pas de garantie, pas de sécurité mais un rendement potentiel plus fort. Le risque de perte totale ou partielle en capital est présent. 

L’assurance-vie aujourd’hui: un risque ou un rendement ?

La tendance actuelle tend à démontrer l’instabilité de la rentabilité de l’assurance-vie.

Fonds en euros : Un taux bas pénalisant et des frais de gestion considérables

Depuis ces dernières années, les fonds en euros font involontairement face à un basculement du taux de rendement.

Ces fonds servaient à subvenir aux emprunts de l’État et des entreprises. Ces capitaux sont aussi investis dans des obligations. Mais le comportement des banques centrales ne favorise en aucun cas la hausse des taux d’intérêt. On enregistre des fois des taux de rendement négatifs. Cela va sans dire que les frais de gestion demandés par les assureurs sont assez élevés.

Face à cela, les acteurs de l’assurance-vie incitent les investisseurs à choisir les unités de compte au détriment des placements sécurisés. Cette action permet de ne pas diluer le rendement avec un capital garanti.

Des solutions intelligentes et évolutives

Des acteurs comme Yomoni, Nalo ou encore quelques banques en ligne comme Fortuneo par exemple, proposent des assurances vie dynamique. Si l’on regarde avec plus de précision du côté des experts comme Nalo et Yomoni, il y a un accompagnement fort dans la gestion du porte-feuille et des outils permettant de sécuriser les gains. On trouve donc ici un bon combiné entre performance et sécurité.

L’assurance-vie était avant au premier rang des placements d’argent d’un héritage

La plupart des Français bénéficiant d’un héritage optent souvent pour les placements en banque ou en assurance.

Disposer d’une importante somme d’argent signifie une grande responsabilité, notamment une bonne gestion de fonds. Savoir utiliser un héritage induit un rendement positif à l’héritier. Les choix d’investissements sont multiples, mais un héritage doit toujours être placé avec garantie. Pour moins de risques, un bon nombre de gens préfèrent ainsi ouvrir un livret d’épargne ou un compte bancaire rémunéré.

Or, autrefois, la majorité des Français investissaient dans l’assurance-vie. Cette perte de place est due à la baisse considérable des rendements. Les taux tournent autour d’un faible pourcentage de 1 %. On remarque également que les critères d’accès au fonds en euros sont devenus difficiles. Il s’avère aussi qu’en cas de crise dans le domaine de l’assurance, les capitaux seront gelés par l’État.

 

Mentions légales : 

Les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire