Pensez-vous connaître la 1ère neobanque côtée en Bourse ?

Publié le - Auteur Par Hélène N.
Pensez-vous connaître la 1ère neobanque côtée en Bourse ?

Les néobanques revisitent en profondeur le paysage bancaire, mais pas que. Pour conquérir l’international, certaines banques 100% mobiles envisagent une introduction en Bourse. À ce titre, LendingClub, société américaine de financement participatif, déjà côté au NYSE depuis 2015 vient tout juste de passer à l’action.

LendingClub la première néobanque en bourse

Le rachat de Radius Bank par LendingClub pour le montant de 185 millions de dollars fait de cette entité la première néobanque cotée en bourse. Ce rachat a tout juste été validé début février et cela fait beaucoup de bruits aux USA.

Après un début d’année difficile

Ces derniers mois, LendingClub a connu des difficultés avec la pandémie. En avril dernier, la firme a dû licencier 460 salariés soit 30% de ses effectifs. La crise du Covid avait contraint la Fintech à réviser sa structure et son organisation. Selon son président Scott Sanborn, ce choix difficile humainement favorisait le réalignement de leurs effectifs avec l’univers commercial existant.

Avec ce rachat, l’équipe de LendingClub pense qu’ils seront prêts à mieux satisfaire leurs membres et atteindre les objectifs fixés à long terme.

 

Un second souffle

Après une baisse progressive du cours  de son action entre 2015 et l’été 2020, l’action LC sur la Bourse de New York a connu une hausse de plus de 150% depuis le mois de novembre. Sa valeur avoisinait les 11,80$.

En même temps, sa clientèle pouvait profiter d’une nouvelle carte de débit qui est utilisée comme suit : 77% de ses clients peuvent l’utiliser tous les jours. Du côté de Radius Bank qui est encore tout récent, la société génère une CA de 1,4 milliards de dollars en 2020. Les applications de paiement telles que Square demeurent des obstacles à son déploiement national.

Rachat de la néobanque Radius Bank

Société dédiée au financement participatif, LendingClub devrait acquérir la néobanque Radius Bank pour un montant de 185 millions de dollars. Les discussions entre les deux parties se sont étendues sur plusieurs mois. Pour LendingClub, qui est l’un des plus gros prêteurs américains, cette proposition d’achat  est une opportunité d’intégrer le secteur bancaire et de proposer de nouvelles méthodes de crédit, d’épargne, avec de nouvelles cartes de paiement et des comptes courants. Une belle diversification.La transaction a obtenu rapidement les autorisations nécessaires et la confirmation des deux entités concernées.

 

 

Qu’attendre de la fusion de LendingClub et Radius Bank ?

LendingClub et Radius Bank envisagent en priorité de lancer un compte épargne.

Le discours de Scott Sanborn, le CEO

Après traduction, voici les premiers mots du CEO de Lending Club :

« C’est une journée historique pour LendingClub et un véritable moment décisif pour l’industrie. Le passage à la banque numérique d’abord s’accélère, et nous sommes désormais en mesure de saisir cette tendance pour élargir notre base de membres, pour nous engager plus profondément avec nos 3 millions de membres existants et pour les aider à conserver plus de ce qu’ils gagnent et à gagner plus. ce qu’ils gardent. En réunissant les atouts uniques de ces deux entreprises de pointe, nous pouvons nous appuyer sur notre histoire d’amélioration de la santé financière des Américains au quotidien tout en accélérant considérablement notre trajectoire de croissance. »

L’objectif de la fintech

LendingClub a pour vocation de susciter l’intérêt du public cible de la néobanque depuis ses origines. Il comporte notamment des usagers issus de la classe moyenne qui cherchent à réaliser des placements dans des projets immobiliers plus que les crédits à la consommation classiques.

L’ouverture d’un compte épargne

Le compte épargne est nécessaire pour avoir en sa possession les fonds requis pour mettre en place un dispositif de crédit (qui revient cher à la société). Dans la lancée, Scoot Sanborn qualifie cette opération d’itinéraire obligatoire pour le secteur bancaire. La néobanque est en train de devenir la seule banque découlant d’une fintech avec un spectre entier de bilans  aux États-Unis.

En conclusion

Ces propos ont été entendus par les acteurs en Europe. Avec l’apparition du Covid-19, les Fintech et les acteurs traditionnels de la banque sont entre deux eaux. Cela va-t-il donner des idées sur le vieux continent ?

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire