Comment augmenter sa retraite sans alourdir ses impôts

Publié le

D’après la Drees, le montant moyen perçu par les retraités vivant en France est de seulement 1 400 € nets. Bien entendu, c’est moindre. Ainsi, pour augmenter leur pouvoir d’achat, certains seniors cherchent à faire des revenus supplémentaires. Se remettre au travail est souvent la solution adoptée. Cependant, la plupart des personnes à la retraite manquent de motivation pour cela et après tant d’années travaillées, elles ont envie d’autre chose, ce qui est compréhensible. Heureusement, il y des alternatives qui, en plus, n’occasionnent pas une hausse d’impôt. Focus !

Booster sa retraite avec

Puiser dans son assurance-vie

Pour les seniors, le contrat d’assurance-vie fait partie des principales options pour améliorer le pouvoir d’achat sans alourdir l’impôt.

Utiliser son assurance vie : Comment cela se passe-t-il ?

Il est tout à fait possible d’améliorer son pouvoir d’achat et ce, sans alourdir son impôt, en puisant dans son contrat d’assurance-vie. Il faut, néanmoins, que ce dernier date de plusieurs années. A noter que ce genre de pratiques ne s’adresse pas uniquement aux retraités modestes puisque les conseillers financiers les recommandent aussi à leurs clients fortunés.

Rachat partiel d’assurance vie

La marche à suivre pour profiter de cette solution est assez simple. L’intéressé doit effectuer des rachats partiels sur son contrat d’assurance-vie. Cela signifie qu’il y retire des fonds comprenant une partie de capital et une partie de plus-values (valorisation des unités de compte) ou d’intérêt (rendement du fonds en euros) tous les ans.

Pour ne pas payer d’impôt avec cette méthode, ce gain ne doit pas dépasser les 4 600 euros sur l’année. Ainsi, pour un couple, il doit être inférieur à 9 200 €.

Accueillir un étudiant ou un colocataire en louant une chambre

Louer une partie de son logement peut aussi être la solution si un retraité veut doper son pouvoir d’achat.

Location : Comment ça marche ?

Les retraités qui souhaitent avoir un revenu supplémentaire peuvent aussi louer une chambre meublée de sa maison ou de son appartement. Cette solution est, d’ailleurs, facile à mettre en pratique depuis que les plateformes spécialisées en location de courte durée ont fluidifié les mises en relation. De plus, cette technique procure un autre avantage, celui de permettre à l’intéressé de ne plus être seul si tel est le cas.

Quelles sont les conditions à respecter pour éviter une hausse d’impôt ?

Pour ne pas payer d’impôt, il faut veiller à ce que les revenus tirés de cette pratique ne dépassent pas les 760 € par an.

Avec ceci, on ne va pas loin. Certes, mais il faut cumuler ceci avec d’autres solutions ou louer bien plus cher et cela sera toujours intéressant même si une partie est ponctionnée par les impôts.

Dans le cas contraire, le retraité concerné a l’obligation de les déclarer dans la catégorie BIC ou Bénéfices industriels et commerciaux. Comme cette solution implique aussi des arrivées et des départs incessants de locataires, il faut y consacrer du temps et de l’énergie dans l’entretien du bien.

Le viager sans rente

Un autre moyen de percevoir des revenus supplémentaires à la retraite, le viager.

Le viager : De quoi s’agit-il ?

Cela consiste à rendre son patrimoine immobilier liquide. Le plus intéressant parmi les dispositifs existant sur le marché est, sans nul doute, celui qui propose aux retraités de céder tout ou partie de leur résidence principale tout en continuant d’y habiter. Dans la plupart des cas, la totalité du bien est vendue pour sa valeur vénale minorée de la valeur du droit d’usage et d’occupation ou DUH. Les séniors qui optent pour cette le viager sans rente peuvent ainsi habiter le logement jusqu’à la fin de leur vie en y payant que les charges.

Bon à savoir

Il y a aussi d’autres formes de viager qui peuvent être avantageuses comme celle qui consiste à ne vendre qu’une quote-part de 30% au plus de la valeur du logement. La signature d’une convention d’indivision aura alors lieu. Cette solution donne au retraité la possibilité de toucher un capital qu’il pourra utiliser à sa guise. Il devra juste verser une indemnité d’occupation en contrepartie. Avec cette technique, le senior ne paie ni impôt ni taxe sur la plus-value immobilière à condition qu’il s’agit d’une résidence principale ou d’un bien détenu depuis plus de 30 ans.

Par Emmanuelle Audibert

Rédactrice en école de journalisme à Aix-en-Provence

Les autres établissements de notre comparatif