Assurance auto : Le guide pour tout savoir sur le bonus – malus

L'assurance automobile pèse parfois trop lourd dans le portefeuille des français. Comprendre comment fonctionne le bonus-malus peut aider à réduire son coût.

Comment trouver la meilleur assurance auto ?

Assurance auto : comment trouver l’offre la moins chère ?

En savoir plus

L’assurance auto est obligatoire, toute personne possédant un véhicule doit en avoir une pour se prémunir en cas d’accident qu’il soit responsable ou non. Au-delà de ça, chacun en choisit une fonction de ses moyens ou des offres proposées. Mais savons-nous vraiment à quoi l’assurance pour un véhicule correspond réellement et comment elle fonctionne. ComparateurBanque s’est penché sur le sujet afin d’approfondir ce point.

Comment fonctionne l’assurance-auto ?

En comparant les assurances pour les voitures, il est possible de faire jusqu’à 325€ d’économies en moyenne. Mais est-ce vraiment le cas pour tous les conducteurs, quels sont les paramètres pris en compte pour fixer le montant de la prime à payer ?

Les critères pris en compte

Les critères pris en compte sont dits classiques :

  • type de véhicule,
  • 1ère immatriculation,
  • véhicule neuf ou ancien,
  • moteur diesel ou essence,
  • chevaux fiscaux,
  • nombre d’années de permis,
  • endroit où est garée la voiture,
  • usage du véhicule,
  • type de parking du domicile et du travail,
  • kilomètres parcourus à l’année,
  • nombre de conducteurs assuré(e)s pour le véhicule…

Un jeune conducteur roulant en berline ne paiera pas la même prime qu’un conducteur confirmé avec une citadine par exemple.

Ces points sont les questions de base que l’on retrouve dans les formulaires qui servent à deviser le coût d’une assurance.

Le bonus-malus

Une fois les critères de « profil » de la voiture définis (qui ne devraient pas changer sauf changement de véhicule), l’assureur passe au profil du conducteur, et c’est là que le critère de bonus-malus intervient.

Le bonus-malus aussi appelé Coefficient de Réduction-Majoration ou CRM, correspond au comportement de l’assuré(e) sur la route, il est très important car c’est en grande partie de cela que va dépendre le montant de la prime à payer.

A qui s’applique le bonus-malus ?

Ce système de « notation » s’applique à tout ce qui rentre dans la catégorie VTM : véhicule terrestre à moteur.

Sont exclus de cette catégorie les :

  • 2 et 3 roues jusqu’à 125 cm3 ou 11kw de puissance,
  • Les véhicules d’intérêt général par exemple un véhicule du Samu ou des pompiers,
  • Les véhicules de collection (ayant plus de 30 ans),
  • Les véhicules agricoles,
  • Le matériel forestier,
  • Les travaux publics.

Cependant il est possible que l’assureur choisisse quand même d’appliquer le bonus-malus sur certains de la liste ci-dessus ou sur les cyclomoteurs de moins de 80cc.

Comment fonctionne le bonus-malus ?

Pour comprendre le mode de calcul de ce coefficient il est important de garder en tête la notion de responsabilité en cas de sinistre.

Éléments du Coefficient de Réduction-Majoration / bonus-malus

Le calcul se fait à échéance annuelle, il va donc prendre en compte le total des sinistres étant survenus sur les 12 derniers mois.

Le coefficient de base est de 1, c’est la case départ pour un(e) nouvel(lle) assuré(e).

Pour les personnes conduisant depuis de nombreuses années, le coefficient de base correspond à la prime de référence qui se fait en fonction de son historique de conduite (se référer aux informations ci-dessous pour le détail).

Si pendant la période de référence aucun sinistre impliquant la responsabilité de l’assuré(e) est arrivé il bénéficiera du bonus, c’est-à-dire d’une réduction de sa cotisation.

A l’inverse s’il a été impliqué dans un ou plusieurs sinistres il sera affublé du malus, qui lui est une majoration de la cotisation de base.

Calcul du CRM

Bonus (max 0,5 ou 50%) < coefficient de base : 1 < Malus (max 3,5 ou 350%) soit :

  • Aucun accident : la cotisation sera réduite

Montant de la cotisation x coefficient de bonus

L’assuré(e) bénéficie de 5% de réduction annuelle

  • Accident(s) impliquant la responsabilité de l’assuré(e) : augmentation de la cotisation

Montant de la cotisation x coefficient de malus

Si la responsabilité est totale la majoration sera de 25% par accident.

En cas de responsabilité partagée, la majoration de 25% est divisée entre les deux parties, la majoration sera alors de 12,5%.

Dans le cas particulier d’un premier contrat (jeune conducteur), l’assuré(e) commence à 1, et au moment de la réévaluation un an plus tard, s’il n’y pas eu de sinistre, le bonus sera de 10%. Soit 1x 0,9.

En cas de sinistre(s) le malus sera de 30% (par sinistre) soit 1×1,3.

Connaître son bonus-malus

Un peu comme le principe des points de permis il est possible de savoir quel est son CRM, pour cela il existe deux façons.

  • La première consiste à demander à son assureur qui dispose de 15 jours pour l’envoyer. Cette information est présente dans un document nommé « relevé d’informations », celui-ci contient les informations relatives aux dommages et sinistres intervenus durant les 5 dernières années.
  • La deuxième, tout simplement, consiste à regarder sur son avis d’échéance.

Réponses aux questions les plus fréquentes

Une fois ces informations développées il y a des questions que tout le monde se pose mais pour lesquelles peu ont les réponses.

 

Qu’est-ce que le bonus à vie et comment l’obtenir ?

Il s’agit d’un bonus de 50% qui ne change pas et ne baisse pas, même en cas de sinistre responsable.

Pour commencer il faut avoir été irréprochable pendant 13 ans pour atteindre les 50% soit le maximum du bonus, puis l’avoir été encore les 3 années suivantes, ce qui fait un total de 16 ans sans sinistre responsable.

Attention tout de même ceci n’est pas un dû ni automatique, c’est l’assureur qui le propose.

Si l’assuré(e) ayant un bonus à vie souhaite changer d’assureur, deux cas, dans le premier s’il n’y pas eu de sinistre responsable ou seulement un, le bonus max de 50% est gardé, et le bonus à vie est envisageable si l’assureur encore une fois le propose.

Dans le cas de sinistres responsables, le CRM sera réévalué par le nouvel assureur, et l’assuré(e) perdra son bonus à vie, voire son bonus max. Le nouvel assureur ne comptera pas le 1er sinistre.

Changer d’assurance pour effacer son malus est-ce possible ?

Quoi qu’il arrive changer d’assureur ou de voiture n’efface pas et n’annule pas son malus.  Tout est dans le relevé d’informations, que les assureurs se transmettent de l’un à l’autre en cas de changement. Comme une banque à une autre pour un crédit. Le nouveau calcul se fera donc en fonction du coefficient précédent.

D’ailleurs mentir à son assureur sur ses sinistres en ne les déclarant est passible de majoration.

Comment revenir à un bonus ?

Pour revenir à la case départ (coefficient de base égal à 1) et obtenir un bonus, il faut n’avoir été impliqué dans aucun sinistre responsable pendant 2 ans, également connu sous le nom de « la descente rapide » dans les assurances.

Les infractions au code de la route lors de peuvent-elles influer sur l’assurance auto ?

Bien que le maximum soit de 350%, dans le cas de figure de sinistres responsables impliquant des infractions, les assureurs peuvent aller jusqu’à 400%.

Les infractions sont les suivantes :

  • Délit de fuite = 100%,
  • État d’ivresse = 150%,
  • Suspension de permis allant de 2 à 6 mois = 50%,
  • Suspension de permis supérieures à 6 mois = 100%,
  • Plusieurs suspensions supérieures à 2 mois sur la même période = 200%,
  • Annulation = 200%.

 

Avant de changer, il est important de connaître les tenants et les aboutissants de l’assurance auto, cela permettra de trouver la meilleure assurance ou de se rendre compte qu’on la déjà, quoi qu’il arrive avoir bien connaissance du sujet permet de pouvoir choisir la meilleure solution, et ainsi de bénéficier des avantages de cette dernière.

Pour les conducteurs malussés il existe des offres qui leur sont dédiées.

Liste des établissements