Recul des projets immobiliers constatés, mais plus de travaux

Publié le - Auteur Par Hélène N.
Recul des projets immobiliers constatés, mais plus de travaux

Alors que 2021 est considérée comme une année de rebond en termes de transactions dans l’ancien, la dynamique du marché immobilier devrait un peu se calmer. En effet, on a dernièrement constaté des taux en légère hausse et un recul significatif des projets. On peut donc s’attendre à ce que cette année, la fièvre immobilière retombe de manière considérable et que les attentes des Français évoluent.

Les Français ont moins d’intentions de projets

En 2021, les projets immobiliers des Français ont atteint un point haut. On peut dire qu’elle a bien été l’année de tous les records.

Une importante remontée de la fièvre immobilière en 2021

On se rappellera de 2021 comme d’une année particulièrement dynamique, voire même record pour le secteur immobilier français.

Elle a été marquée par 1,2 million de transactions dans l’ancien, enregistrées par les notaires. On a aussi constaté que le taux de rotation du parc qui était entre 1,8 % et 2,8 % depuis 35 ans a évolué de manière remarquable pour atteindre 3,3 %. Malgré la crise sanitaire, les Français n’ont pas reculé dans la réalisation de leurs projets immobiliers.

29% des Français envisagent de vendre, d’acheter ou de déménager dans les 12 mois. La plupart d’entre eux pensent qu’il s’agit d’un placement à privilégier. En effet, 63 % des Français sont convaincus du fait que l’investissement dans l’immobilier est plus intéressant que dans les placements financiers. Seuls 15 % pensent le contraire. Les anticipations de prix sont également très positives.

Une évolution dans les attentes des Français

Le marché de l’immobilier devrait profiter d’un contexte généralement porteur pour l’année 2022, mais cette tendance positive risque de basculer suite à plusieurs changements en cours.

La demande se nourrit d’une forte aspiration à l’accession, l’ampleur des besoins non satisfaits et l’image traditionnelle de valeur refuge du logement. D’ailleurs, celle-ci est associée à une demande récurrente de qualité de logement en rapport avec de nouveaux modes de vie (télétravail) diversifiant les attentes de biens ainsi que les localisations. Il y a aussi le retour des investisseurs institutionnels sur le marché résidentiel et une demande de travaux soutenue par les aides publiques, la réglementation et les aspirations des ménages.

Des facteurs de ralentissements peuvent faire reculer l’activité immobilière

Plusieurs facteurs de ralentissement nouveaux sont à l’œuvre et pourraient mener à une inflexion du marché. Mais, il faut tout de même rester vigilant, car le marché de l’immobilier reste florissant.

La hausse des prix impacte les projets immobiliers

Avec le début de la hausse des taux, il n’est plus possible d’équilibrer ou de limiter les conséquences de la hausse de prix sur la solvabilité. De plus, la fièvre dans l’ancien peut très vite se voir calmer vu la baisse des projets de ménages qui sont particulièrement affectés par l’augmentation des prix dans l’individuel en périphérie des villes. Cela se rapporte également à la stagnation ou le recul des prix des métropoles. Sans compter le fait que la demande devrait encore baisser face aux incertitudes liées à la RE2020 dans le neuf et au nouveau DPE dans l’ancien.

Les intentions de travaux progressent

Malgré le fait que les projets immobiliers faiblissent, les Français sont nombreux à prévoir des travaux. En effet, 39 % des propriétaires envisagent de réaliser des travaux de rénovation énergétique, et plus de 70 % ont des projets d’agrandissement, d’embellissement ou de rénovation du bâti. Quoi qu’il en soit, si les propriétaires choisissent d’entreprendre des travaux c’est surtout lié à l’âge du logement et non à leur aisance financière. C’est aussi en raison du croisement des aspirations des Français et d’une grande pression réglementaire. Il est en partie question de la modification du DPE et la loi Climat et Résilience.


Un crédit vous engage et il doit être remboursé. Vérifiez votre capacité de remboursement avant de vous engager.

Par Hélène N.

Hélène est rédactrice pour ComparateurBanque.com depuis 2019. Elle traite souvent de sujets liés à l'actualité.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire