La parité Euro-Dollar est atteinte : une première depuis 20 ans !

Publié le - Auteur Par Mathieu M
La parité Euro-Dollar est atteinte : une première depuis 20 ans !

Nos confrères l’annonçaient depuis quelques jours et nous en avions parlé en mai, le cours des devises est ébranlé par la période que nous traversons. Voilà que c’est fait ! A l’heure où nous écrivons ces lignes, l’euro et le dollar américain ont atteint la parité. Un euro s’achète désormais au prix de un dollar.

Décryptage de cette nouvelle historique !

Pourquoi l’euro chute-t-il face au dollar ?

Deux raisons principales sont responsables de la chute de l’euro : des raisons internes à l’Europe et une autre, externe, nous venant des Etats-Unis. Et la chute n’est pas anecdotique, elle atteint environ 15% en un an !

Les tensions en Europe : Ukraine, croissance en berne et crise énergétique

Aux yeux des médias, la guerre en Ukraine est la première responsable de la situation. Elle a provoqué l’application de sanctions envers la Russie (et inversement), qui sont coûteuses pour les économies européennes, et ont aussi un impact fort sur notre approvisionnement énergétique.

Les prix du gaz s’envolent et les conséquences pourraient être dramatiques, en particulier en Allemagne, pays très dépendant du gaz russe. Ce pays n’atteindra probablement pas l’objectif de 90% de réserves de gaz, nécessaires pour affronter l’hiver prochain sereinement.

On l’oublie souvent, mais sans énergie, nos économies ne peuvent plus fonctionner. Ces tensions énergétiques pourraient donc provoquer une récession économique importante.

L’inflation joue aussi sur la consommation des ménages, réduisant ainsi la demande pour la production des entreprises.

Notons enfin un facteur complémentaire, imprévu : une grève en cours, en Norvège, qui y réduit les capacités productives d’hydrocarbures.

Et si en fait tout cela n’était dû qu’à un enchainement de mauvaises décisions par la Banque Centrale de l’Union Européenne, à savoir la BCE. En effet, cette décente aux enfers de l’euro semble au final causée par le manque de confiance des investisseurs envers les décisions prises par la BCE.

La politique volontariste de la Fed aux Etats-Unis

Outre Atlantique, l’inflation est bien installée et pénalise la reprise. Le pari des spéculateurs est que la Federal Reserve américaine continuera d’augmenter ses taux de manière régulière, pour juguler cette inflation.

Dans ce cas, il est probable que le dollar US voit son rôle de valeur refuge face à l’euro encore renforcé !

Qui sait jusqu’où ce renversement peut aller ?

Baisse de l’euro : qui sont les gagnants et les perdants ?

Pour bien investir, il faut comprendre les valeurs qui sortiront gagnantes et perdantes de cette chute de l’euro.

Les gagnants de la baisse de l’euro : l’export !

Les grands gagnants, ce sont les exportateurs, en particulier l’industrie, le luxe, l’agroalimentaire et l’aéronautique.

Et n’oublions pas également le tourisme ! En effet, les touristes américains pourront acheter davantage lorsqu’ils viendront en vacances en Europe.

Les perdants : les ménages et les entreprises non-exportatrices

Les ménages Français, qui font déjà face à une inflation galopante, vont voir leur pouvoir d’achat encore rogné par la baisse de l’euro.

En effet, de nombreux produits sont importés en Europe en provenance d’Asie et des Etats-Unis, et sont libellés en USD lors des échanges internationaux. Leurs prix de vente vont donc se renchérir dans les mois à venir.

Une bonne nouvelle : les consommateurs européens concentreront peut-être davantage leurs achats sur des produits européens, par contrainte plus que par patriotisme économique, avec un effet favorable sur notre balance commerciale.

Indiquons au passage que les dégâts sont déjà là : 8,6% d’inflation dans la zone euro et 6% en France, au mois de juin 2022 !

Les autres grands perdants : les entreprises qui n’exportent pas !

Comment en profiter en tant qu’investisseur ?

Voyons à présent comment profiter de la situation en tant qu’investisseur, avec 2 conseils très pratiques.

Conseil n°1 : Bien choisir les valeurs sur lesquelles on investit

Ce conseil vaut à tout moment, pour tout acte d’investissement. Mais il prend encore plus d’importance en zone de turbulences, comme celle que nous vivons actuellement.

Nous avons clairement identifié, dans la partie précédente, les valeurs qui sont susceptibles de gagner dans le contexte actuel. En choisissant des entreprises dont les fondamentaux sont solides et qui correspondent aux secteurs d’activité précités, l’investisseur a de bonnes chances de réaliser des performances intéressantes dans les mois à venir.

Conseil n°2 : épargner en dollars américains

Grâce au compte D, commercialisé par Freedom Finance, vous bénéficiez d’un compte d’épargne rémunéré, en dollars US. Une façon très pertinente d’accumuler de l’épargne dans cette devise refuge et de générer des revenus passifs. Ce compte est rémunéré à 3% annuel et garanti à hauteur de 20 000 euros.

Attention toutefois, pour un épargnant ayant besoin de liquidités à court-terme, ou réalisant l’essentiel de ses achats en euros, accumuler des dollars américains n’est pas une bonne stratégie !

Par Mathieu M

Mathieu est un rédacteur professionnel qui a exercé chez des acteurs de la banque en ligne et qui connaît bien ce secteur. C'est un slasheur qui cumule de nombreuses activités et passions.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire