Investir le 27 mars avec ces 4 infos clés

Publié le - Auteur Par Lucie
Investir le 27 mars avec ces 4 infos clés

Jeudi les syndicats de retraités appelaient à manifester pour revaloriser les pensions. Mais aussi pour montrer leur mécontentement face à l’« énorme » augmentation du tarif des complémentaires santé, creusant encore plus un fossé dans les maigres retraites.
La piscine municipale d’Oissel-sur-Seine, près de Rouen (Seine-Maritime), a fermé dimanche dernier pour 6 semaines afin de souhaite limiter les dépenses de la ville. Sa raison est simple « dans un contexte d’augmentation incontrôlée des cours de l’énergie » où les prix du gaz ont été multipliés par 4, impossible de répercuter ces tarifs sur les impôts de ses habitants. C’est ce contexte qu’il faut se poser les meilleures questions pour que ses actions aient un réel impact sur son pouvoir d’achat. Voici ce que nous avons repéré pour diversifier son portefeuille en 2022.


Sujet de la semaine :

Dispositif Madelin IR-PME majorée à 25%

À ne pas confondre avec la loi Madelin/contrat Madelin. Ce dernier est un placement financier qui offre en échange une fiscalité avantageuse et constitue une bonne option pour préparer sa retraite. Alors que le dispositif Madelin IR-PME, consiste en une participation au capital de PME. Il s’agit d’une nouvelle possibilité de financement, en contrepartie d’une réduction d’impôt. Ce dispositif permet à un investisseur d’accéder à une réduction d’impôt à hauteur de 25 % de son investissement.

Favoriser l’acquisition de titres d’entreprises

Le dispositif Madelin IR-PME ou réduction d’impôt IR-PME a été mis en place afin d’encourager l’investissement dans les petites et moyennes entreprises. Par son biais le gouvernement compte soutenir la reprise économique et répondre au besoin en fonds propres des entreprises. Il compte sur l’épargne conséquente accumulée pendant la pandémie.

Les particuliers peuvent acquérir des titres d’entreprise, mais toutes ne donnent pas le droit à une réduction d’impôt. Les entreprises concernées par le dispositif Madelin IR/PME sont :

  • PME opérationnelle au sens de la législation européenne,
  • Société coopérative de production (SCOP),
  • Entreprise solidaire d’utilité sociale (ESUS) ou société holding.
  • Elles doivent respecter les conditions suivantes :
  • Ne pas être cotées sur les marchés réglementés,
  • Employer au minimum deux personnes,
  • Avoir son siège social domicilié au sein de l’Espace Économique Européen (EEE),
  • Être soumises à l’impôt sur les sociétés (IS).
  • Ne pas exercer une activité en rapport avec la gestion de patrimoine, de construction immobilière, ou une activité financière.

Dans le cadre de la loi de finances 2022, le dispositif Madelin IR-PME est reconduit jusqu’au 31 décembre 2022. Que faire après ? La loi Pacte a introduit une nouvelle solution pour préparer sa retraite : le Plan d’Épargne Retraite ou plus simplement le PER. Celui-ci a pour vocation à terme de remplacer l’ensemble des produits retraite actuel. Une période de transition est prévue et cela ne met pas fin aux contrats existants.

Avant d’effectuer un transfert vers le PER il convient de voir quel dispositif est le plus avantageux (options de sortie, bénéfices de déductibilité fiscale…). En cas de « petit » contrat, mieux vaut le conserver en l’état et ouvrir un PER en complément.

Trouver le bon PER pour profiter de l’avenir

Le PER connait un succès croissant auprès des Français, comme le montrent les chiffres publiés par France Assureurs, avec fin 2021 plus de 2,5 millions d’assurés, pour un encours de 27,1 milliards d’euros (+149 % sur un an). Que ce soit pour commencer à préparer sa retraite ou pour y transférer d’anciens dispositifs fermés à la commercialisation depuis le 1er octobre 2020 (Perp et autres contrats Madelin).

Le PER autorise à la retraite une sortie sous la forme d’un capital ou d’un capital fractionné et non plus uniquement en rente viagère. Il peut également être débloqué avant l’âge de la retraite s’il est utilisé pour l’achat de la résidence principale. Les PER ont la même fiscalité (cadre légal), mais ils ne se valent pas tous pour autant.

Le PER qui a été élu n°1 s’appelle Malta et se trouve chez Boursorama. Voici son offre :

  • Ouvert à tous, même aux non-salariés.
  • Les frais les plus bas du marché : 0€ de frais d’entrée de sortie, 0€ de frais sur les rachats, 0€ sur les versements libres ou programmés, 0,5%/an max de frais de gestion. 150€ de versement initial, ou 50€/mois en versements programmés.
  • Gestion pilotée.
  • 3 profils de gestion avec des supports ETF 100% ISR. Prudent, Équilibré, Dynamique (en fonction de l’appétence au risque).
  • Pour en bénéficier, il faut être client de Boursorama.
  • Ouverture et gestion en ligne.

Enrichir son vocabulaire :

Épargne Solidaire : c’est quoi ?

L’épargne solidaire citoyenne fait en sorte que la totalité ou une partie du placement d’une épargne soit directement réinvestie dans des structures à caractère solidaire, environnementales et/ou éthiques. Par exemple, les fonds peuvent soutenir l’insertion de personnes en difficulté, la lutte contre le chômage, la construction de logements sociaux, le commerce équitable vis-à-vis des artisans des pays pauvres ou en développement, et l’approvisionnement de foyers modestes en énergies renouvelables…

L’épargne solidaire en chiffres

L’encours de l’épargne solidaire a franchi le cap des 20 milliards d’euros en 2020 en France, un résultat qui a bondi de 33%. Cependant elle ne représente que 0,4% du patrimoine financier des ménages évalué à 5,666 milliards d’euros. Selon le 19ème baromètre annuel de la finance solidaire, voici ce que l’épargne solidaire a apporté la même année :

  • Plus de 1400 personnes relogées,
  • Près de 8400 foyers supplémentaires approvisionnés en énergie renouvelable. 1006 hectares de terre mis à disposition de paysans engagés dans l’agriculture biologique.
  • 38 480 emplois créés ou maintenus.

Comment épargner en participant aux enjeux de société ?

L’épargne salariale, proposée par certaines entreprises, elle permet aux salariés de se constituer un capital tout en profitant d’une fiscalité avantageuse. Participation (prime représentant une partie des bénéfices) ou intéressement (prime liée à la performance de l’entreprise), qu’il est possible de percevoir directement ou de placer. En cas de placement deux options sont possibles, soit un plan d’épargne entreprise (PEE) pour du moyen terme, soit sur un plan d’épargne retraite collectif (PERCO) pour du long terme.

L’épargne solidaire collectée par les banques et les mutuelles d’assurance. Il existe différents livrets, notamment le LDDS (Livret de Développement Durable et Solidaire), le livret A association, les livrets solidaires spécifiques à certains établissements comme le Livret Solidaire Macif.  Une part de ses fonds est reversée aux Restos du cœur, au Secours populaire, au Samu social, et à d’autres organisations caritatives. Il existe également des assurances vie solidaires. L’investissement direct dans des entreprises à forte utilité sociale et environnementale ou des fonds labellisés verts ou sociaux ISR (Investissement Socialement Responsable) soutenu par les pouvoirs publics ou encore le label Finansol.

Des performances intéressantes

D’après une enquête menée par La Banque Postale et Cashbee, près du quart des personnes interrogées pensent que le rendement est plus faible pour un produit ISR que pour un placement sans label et c’est une grosse erreur. En effet, selon une étude de 2020 du FIR et de l’École Polytechnique, 62% des fonds labellisés ISR sont plus performants que les fonds dits « classiques », avec une surreprésentation des fonds monétaires :

  • Les actions surperforment dans 59% des cas,
  • Les obligations surperforment dans 52% des cas,
  • Les produits diversifiés surperforment dans 82% des cas,
  • Les fonds monétaires surperforment dans 85% des cas.

L’offre de la semaine :

Moka : l’application qui facilite l’épargne

L’épargne n’est pas donnée à tout le monde, entre les dépensiers, ceux qui peinent à mettre de côté, les offres des banques pas forcément adaptées ou les frais d’entrée décourageants. Moka a su se démarquer avec son offre simple, indolore et à la portée de tous. Son principe : le mécanisme de l’arrondi, qui permet d’épargner à chaque paiement par carte bancaire. Ainsi à chaque paiement par carte bancaire, le client est prélevé à l’euro supérieur. Par exemple un achat de 1,50€ à la boulangerie, se transformera en 2€ dont 0,50€ épargné.

Détail de l’offre

Gratuite pendant 30 jours, Moka passe ensuite à 2,99€/mois, sans frais cachés et sans engagement. Le prélèvement reste à 2,99€/mois, quel que soit le montant épargné et investi. Sont compris dedans la rémunération des services, les transferts gratuits vers le compte bancaire (sur demande ou virement SEPA classique), la création de plusieurs portefeuilles électroniques destinés au financement d’un projet…

Épargne simple et automatisée, l’arrondi et l’épargne se font automatiquement. Il est également possible de programmer des dépôts (récurrents ou unique) ou d’activer un multiplicateur (jusqu’à 8 fois) pour gonfler l’épargne.

Les avantages

  • Épargne accessible, retrait gratuit à tout moment, suivi des dépôts et de l’épargne dans l’application.
  • Portefeuilles diversifiés, investissements dans des fonds socialement responsables (ISR).
  • Compte sécurisé comme celui d’une banque.
  • Programme de parrainage de 5€ offerts par filleul(e).
  • Support client humain 7j/7 par chat et par email.
  • Depuis son lancement en 2017, l’appli a séduit plus d’un demi-million de personnes à travers le monde. En 2019, Moka figurait dans le top 100 Fintech de KPMG qui liste les fintechs les plus innovantes au monde.

Le chiffre de la semaine :

Devoir justifier l’origine d’un chèque de 1000€

Votre banquier vous a contacté quand vous avez déposé sur votre compte plus d’argent que d’habitude pour en connaître la source. Dans notre titre, nous parlons de 1000€ par chèque, mais pour certains ça sera moins et en liquide…

La banque est-elle en droit de poser cette question ?

Il est normal de trouver ce genre de question intrusive, voire déplacer, mais si la banque se permet de la poser c’est dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. C’est ce lui qui confère l’autorisation de questionner et demander des justificatifs sur les mouvements exceptionnels sur les comptes, quel qu’en soit le montant.

La Fédération bancaire française précise « qu’il ne s’agit pas de s’immiscer dans vos affaires, mais de s’assurer que vos opérations sont cohérentes avec la connaissance qu’elle a de vous ».

Imaginons qu’une personne vende un bijou de valeur, une vieille voiture, des meubles et qu’elle dépose l’argent sur son compte, elle peut donc s’attendre à ce que la banque l’interroge sur ce sujet.

Que faire pour l’éviter ?

La banque étant autorisée à poser ce genre de question, il n’y a rien à faire en particulier pour l’éviter, si ce n’est respecter les règles d’usage et essayer de ne pas dépasser les radars.


Mentions légales 

Dans le cadre d’un contrat d’assurance vie, les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.
Investir en Bourse, dans les crypto, dans une SCPI ou les ETF comporte un risque de perte totale ou partielle en capital.

 

Un Crédit vous engage et doit être remboursé à échéance. Vérifiez votre capacité d’endettement avant de signer un contrat.

Cet article est exclusivement destiné à l’information. Avant de faire un choix dans un produit financier ou de vous lancer dans une action, renseignez-vous auprès de notre conseiller qui vous guidera au mieux. Il réalisera pour vous un bilan social et patrimonial et vous guidera.

Par Lucie

Lucie est rédactrice sur ComparateurBanque.com depuis le début. Elle aime tester les offres et partager son expérience. Elle a aussi d'autres casquettes dans l'équipe.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire