Investir le 15 août avec ces 4 infos clés

Publié le - Auteur Par Lucie
Investir le 15 août avec ces 4 infos clés

En cette belle journée fériée, oui bon ok un férié qui tombe un dimanche ça craint, mais il faut voir les bons côtés, c’est aussi la fête de la Vierge, l’occasion de voir de beaux feux d’artifice (quand ils ne sont pas annulés pour des raisons sanitaires), et surtout, le plus important de recevoir nos conseils dominicaux pour devenir riche comme Crésus ou du moins plus riche qu’hier.

Pour ce faire nous partageons nos recherches et connaissances sur :

  • De nouvelles solutions d’épargne,
  • Des idées de diversification,
  • Et apportons un éclairage sur des propositions existantes.

Sujet de la semaine : investir dans le cinéma

Toujours dans une optique de diversification de l’épargne, voici une nouvelle option dans notre saga de l’été des investissements atypiques, qui parlera à tous ceux qui ont suivi le festival de Cannes. Certes vous allez me dire que le monde du cinéma n’est pas à son top niveau ces derniers temps, entre les salles fermées et les reports de films, le passe sanitaire … mais même si c’est un secteur qui souffre, il reste innovant et soutenu. D’autant plus qu’au travers de cette crise il se réinvente.

Voici un exemple de soutien :

  • Bpifrance ( banque publique d’investissement, un organisme français de financement et de développement des entreprises) soutient les industries culturelles et créatives. En particulier le cinéma et l’audiovisuel avec son Plan Touch un continuum de financement, d’investissement et d’accompagnement lancé en 2020. Il est question de plus d’1,45 faveur du 7e art français.

Un des gros avantages du web, ou comment réaliser des choses sans sortir de chez soi, c’est la multiplication des canaux de distribution et de sources de financement, ce qui permet aux investisseurs, particuliers compris de rentrer dans leurs frais.

Les Sociétés de Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel ou SOFICA

Ces dernières collectent l’épargne des investisseurs particuliers pour l’orienter vers la production d’œuvres cinématographiques ou télévisées, elles existent depuis plus de 30 ans. Elles ont été créées en juillet 1985, elles sont encadrées par l’AMF, la DGfip et le CNC. D’ailleurs chaque année sont sélectionnés au Festival de Cannes des films en mentionnant une ou plusieurs dans leur générique. Les SOFICA sont des instruments de financement destinés à la collecte de fonds privés consacrés au financement de la production cinématographique et audiovisuelle européenne. Il ne s’agit pas de fonds d’investissement, mais de sociétés d’investissement. Comme le souligne le CNC, « les SOFICA ne sont ni des coproducteurs, ni des distributeurs, ni des diffuseurs, mais un instrument de financement du cinéma et de l’audiovisuel ».

Défiscaliser son investissement

Le tout en échange d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 36 % des sommes investies. L’investisseur a droit à une réduction de ses impôts de 30% de son investissement, qui peut être majoré à 36% lorsque la société s’engage à placer au moins 10% de ses actifs sous forme de souscription en capital dans des sociétés de production cinématographiques ou audiovisuelles. Pour bénéficier de l’avantage fiscal, le détenteur des parts doit les conserver au moins 5 ans, en effet les SOFICA font partie des rares dispositifs de réduction de l’Impôt sur le revenu à être soumis à un plafond global des niches spécifique, en contrepartie d’une durée de blocage de 5 à 10 ans et d’un risque de perte en capital.

Comment souscrire au capital d’une SOFICA?

Il faut savoir que les parts de SOFICA sont des actions de société anonyme. Elles doivent être souscrites en numéraire et sous la forme nominative. Pour l’achat des parts tout dépend de la SOFICA, les distributeurs varient de l’une à l’autre : réseau bancaire, conseillers en gestion de patrimoine… Pour entrer dans l’une d’entre elles, il faut investir en moyenne 5000€.

La loi TEPA (Travail Emploi Pouvoir d’Achat)

Elle existe depuis 2007 et permet d’investir directement dans des sociétés de production. Elle propose également des avantages fiscaux comme une réduction de moitié de l’ISF (plafonnée à 45 000 euros) dès lors que :

  • la société a son siège social dans l’Union européenne,
  • emploie moins de 250 salariés,
  • réalise moins de 45 millions d’euros de chiffre d’affaires
  • et affiche un total de bilan inférieur à 45 millions d’euros.

Il est également envisageable de prendre une participation via une holding, dont une partie des fonds sera affectée à sa trésorerie. Si cette dernière s’élève à 5 % du total, la déduction ne sera plus que de 45 % au lieu de 50 %.

Ici il est possible d’investir directement dans des sociétés de production par contre il n’y a pas de garantie de revenus minimums, c’est pourquoi il vaut mieux se renseigner sur le partage des risques et lire entièrement le contrat.

Le crowdfunding

Financement participatif où chaque membre dispose des mêmes droits, mais où le partage des bénéfices se fait en fonction du montant de l’investissement consenti. Le financement se fait sans intermédiaire, mais les décisions sont prises sous la forme d’une démocratie actionnariale difficile à organiser.

 

Voici donc différents biais pour

  • soutenir l’industrie du cinéma,
  • investir son épargne autrement,
  • participer au développement culturel de certains projets.

Le proverbe de la semaine :

« Ce qui est encore plus important que la constitution d’un patrimoine, c’est de le faire d’une manière qui vous apportera la tranquillité d’esprit. »
Tony Robbins

Qui est Tony Robbins ?

Pour ceux qui ne savent pas qui est Tony Robbins, voici un bref résumé de sa carrière : c’est un auteur, un coach, un conférencier et un philanthrope américain. Il a coaché certaines des personnes les plus riches et les plus puissantes du monde, la légende du tennis André Agassi et l’ancien président américain Bill Clinton font partie de ses clients.

Parti de zéro pour arriver à 600M$

Pourquoi prendre la citation d’une personne extérieure à la finance de prime abord ? Tout simplement parce que Tony Robbins est parti de zéro pour en arriver là où il est aujourd’hui, durant sa carrière il a appris comment gérer son propre argent, il est même l’auteur d’un livre intitulé : « L’ARGENT : l’art de le maîtriser ». Sujet qu’il maitrise puisqu’aujourd’hui la valeur nette de sa fortune est estimée à environ 600 millions de dollars.

Connais-toi toi même

Avant d’investir il faut bien se connaître pour agir en conséquence, pressé, frileux, du mal avec les conceptions de bénéfices et chiffres d’affaires… On ne misera sur un secteur risqué si on n’aime pas le risque, on ne choisira pas une option où il faut être en permanence derrière lorsque l’on manque de temps et/ou de patience…

C’est pour cela que le mieux est de se rapprocher d’un conseiller indépendant qui fera un bilan personnel et vous guidera vers la solution adaptée est la meilleure option à prendre, en gros vous lui refilez le bébé avec l’eau du bain et c’est que du bonheur pour vous.  Notre conseiller est là pour vous écouter (merci de ne pas lui répéter ce que je viens de dire), cette démarche est sans engagement et bien entendu gratuite.

 


L’offre de la semaine : Livret Cashbee

Pour se consoler de la stagnation du taux du Livret A qui plafonne à 0,5% et n’est pas près d’augmenter, regardez du côté de l’appli qui réveille l’épargne sécurisée : Cashbee !

Des conditions attractives

Cashbee propose pour son épargne un taux d’intérêt de 0,6% par an en temps normal et un taux promotionnel de 2% les trois premiers mois dans la limite des 75 000 premiers euros déposés (ce qui est déjà énorme).

Comment cela fonctionne-t-il? Le taux promotionnel de 2% pendant les deux premiers mois est versé par le partenaire bancaire de l’appli et est donc soumis aux prélèvements fiscaux et sociaux en vigueur. Le taux versé pendant le troisième mois est offert par Cashbee.

Ce qu’il faut savoir sur le livret Cashbee

  • Disponibilité des fonds : immédiate (il faut quand même prévoir les trois jours ouvrés classiques pour le délai de transfert).
  • Risque de perte en capital : aucun.
  • Minimum pour souscrire : 10€.
  • Minimum par dépôt / versement : 10€.
  • Plafond : 1 Million d’€.
  • Établissement partenaire : My Money Bank.
  • Garanties : jusqu’à 100000€ par le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution.
  • Fiscalité : Bénéfices imposables (Flat tax).

Pour résumer, 10€ suffisent pour souscrire et verser un dépôt, le taux annuel est plus élevé que le Livret A, les fonds peuvent être retirés à tout moment et en plus pendant 3 le taux est boosté à 2%, il faudra juste faire gaffe à la Flat Tax.


Le chiffre de la semaine : 150 millions de dollars

C’est la recette en trois semaines du film tant attendu des fans du MCU : Black Widow, et pourtant son actualité est marquée par le fait que l’actrice principale, Scarlett Johansson attaque Disney. 150 millions de dollars, c’est un chiffre plus que décevant, surtout lorsque l’on sait que 4 des films Avengers sont dans les 11 plus gros succès au box-office mondial, Avengers Endgame ayant même dépassé Titanic ! Mais alors que s’est-il passé dans l’univers impitoyable de Disney?

Disney attaqué par Scarlett Johansson pour Black Widow

Après avoir repoussé la sortie du film plusieurs fois pendant des mois, ne voulant pas se mouiller à cause de la pandémie, sortant ses films directement en version payante sur sa plateforme et profitant du succès de ses mini séries Marvel censées introduire la phase 4 du MCU, Disney a tout d’un coup décidé de sortir le film « Black Widow » en streaming sur sa plateforme Disney+, où il était accessible aux abonnés, moyennant un coût supplémentaire de 30 dollars.

Du grand écran au petit

Où est le problème pour l’actrice me direz vous, pourquoi a-t-elle déposé une plainte devant un tribunal de Los Angeles? Dans la plainte déposée, il est indiqué que « pour protéger ses intérêts financiers, Mme Johansson a obtenu de Marvel la promesse que la sortie du film se ferait « en salle » ce qui, selon elle, impliquait qu’il ne serait pas disponible en streaming immédiatement. Quand on sait que seulement après le premier week-end d’exploitation du film Disney a publié un communiqué affirmant que le film avait récolté « plus de 60 millions de dollars » rien que sur Disney+, on se rend bien compte que la notion de pas immédiatement n’existe pas dans cette affaire.

Le jeu des plateformes de streaming

« Ce n’est un secret pour personne que Disney sort des films comme “Black Widow” directement sur Disney+ pour attirer plus d’abonnés et ainsi faire grimper le cours de l’action de l’entreprise – et invoque le Covid-19 comme prétexte. Ce n’est sûrement pas la dernière fois que des talents d’Hollywood tiennent tête à Disney et indiquent clairement que quoi que la compagnie puisse prétendre, elle a l’obligation légale d’honorer ses contrats », a déclaré l’avocat de Scarlett Johansson, John Berlinski, dans un communiqué à l’AFP.

Il faut savoir que lorsque le film est vu/acheté directement sur la plateforme tous les revenus sont reversés à Disney, qui voit par la même occasion son nombre d’abonnés augmenter. C’est d’autant plus moche qu’après avoir critiqué le studio Warner Bros l’année dernière, qui lui a essayé diverses méthodes pour diffuser ses films et ravir son public avait alors été vivement critiqué. Warner lui, avait renégocié nombre de ses contrats avec les stars et les réalisateurs, et aurait versé plus de 200 millions de dollars pour compenser le manque à gagner au box-office.

Qu’est-ce que cela nous apprend ?

Pour investir dans le cinéma, il est important de bien regarder les clauses du contrat, les petites lignes et les pages concernant les deux parties, les clauses en cas de situations particulières… Même si vous n’êtes pas acteur avoir connaissance de ce qui impacte la rentabilité est essentiel surtout en ces temps où cette industrie doit s’adapter.

D’autant plus qu’avant d’attaquer un gros organisme il faut avoir en tête que les procédures juridiques sont longues et couteuses, et que des sociétés de ce genre vont en profiter, car elles sont les moyens et les dispositifs pour en décourager plus d’un même alors même qu’ils sont dans leur bon droit.


Mentions légales 

Dans le cadre d’un contrat d’assurance vie, les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.
Investir en Bourse, dans les crypto, dans une SCPI ou les ETF comporte un risque de perte totale ou partielle en capital.

 

Un Crédit vous engage et doit être remboursé à échéance. Vérifiez votre capacité d’endettement avant de signer un contrat.

Cet article est exclusivement destiné à l’information. Avant de faire un choix dans un produit financier ou de vous lancer dans une action, renseignez-vous auprès de notre conseiller qui vous guidera au mieux. Il réalisera pour vous un bilan social et patrimonial et vous guidera.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire