Avoir de la chance en argent, ça s’apprend ?

Publié le - Auteur Par Nantcy L
Avoir de la chance en argent, ça s’apprend ?

INTERVIEW.

Certains pensent que les personnes chanceuses sont nées sous une bonne étoile et qu’ils n’ont aucun effort à fournir. La notion de chance en argent est-elle alors réellement le fruit d’un heureux hasard ou plutôt la résultante d’un apprentissage ? Faut-il la provoquer ? Éléments de réponse avec Guillaume Batard, ancien banquier et coach financier.

« Dans la vie, il y a les chanceux, ceux à qui tout semble tomber du ciel sans réel effort, puis il y a les autres. Et ceux qui triment chaque jour pour gagner leur pain quotidien. En somme, la chance, tu l’as ou tu ne l’as pas ! » Nombreuses sont les personnes à avoir cette vision binaire de la vie. Cette croyance sociétale, qui peut susciter envie et jalousie envers autrui, est-elle vraiment fondée ? La chance sourit-elle seulement à une catégorie de personnes, qui seraient nées sous une bonne étoile ou peut-elle se provoquer ? Certes, on ne peut le contester, certains ont plus de chance que d’autres. Nourrissent-ils alors le fait d’être chanceux grâce à une formule magique ? Que signifie d’ailleurs cet état ?

Argent : « La chance est le reflet de nos choix »

« La chance se définit comme une probabilité heureuse qu’un évènement se produise », nous indique Guillaume Batard, ancien banquier et coach financier. L’argent peut-il alors tomber du ciel ?

Argent : « La richesse d’un individu ne dépend pas de sa chance »…

« Comme pour tous les éléments qui constituent nos vies, on peut avoir de la chance avec l’argent. Cependant, peut-on dire que la richesse d’un individu dépende principalement de sa chance ? La réponse est clairement non », nous assure l’éditeur du site coach-epargne.fr.

… Mais de son éducation financière

« Si je pense à la Chance et à l’Argent, voici les éléments qui me viennent en tête naturellement. Je suis né dans une famille spécifique (j’aurais pu naitre dans une autre, c’est le hasard/la chance qui m’a mis dans cette famille). Et cette famille m’a offert mes premières situations en lien avec l’argent », explique l’expert financier. Selon lui, voici les questions à se poser :

  • « Mes parents étaient-ils dépensiers ou économes ?
  • Ai-je vécu des situations difficiles : l’argent étant un sujet d’inquiétude : chômage, privation, dettes ?
  • Ai-je été éduqué à l’argent : argent de poche pendant l’enfance ou l’adolescence pour me responsabiliser ? »

« Ce sont également ces liens familiaux qui vont décider si je vais percevoir ou non un héritage familial… Tout peut se résumer dans les paroles de la chanson de Maxime Le Forestier », illustre-t-il.

« On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus les trottoirs de Manille
De Paris ou d’Alger pour apprendre à marcher
Être né quelque part
Être né quelque part, pour celui qui est né
C’est toujours un hasard »

« En revanche, il est absolument inconcevable de blâmer notre passé, notre famille pour notre situation financière actuelle lorsque l’on est adulte. À l’âge adulte, notre situation financière est le reflet de milliers, voire de millions de choix effectués : parmi ceux-ci, il y a :

  • Des choix déterminants : les études, la recherche d’emploi, la mise en place d’investissements, l’ambition personnelle et les objectifs financiers que l’on se fixe
  • Des choix quotidiens : chaque acte d’achat peut être questionné : son logement, sa voiture, son alimentation, ses frais fixes.

La chance en matière d’argent se manifesterait-elle alors grâce une succession de comportement, d’organisation et de stratégie ?

Argent : comment apprendre à avoir de la chance ?

« 100 % des gagnants aux jeux (Loto, machines à sous, paris sportifs…) ont joué. » Certes, mais jouer suffit-il ou faut-il mettre en place une méthode ?

Argent : la chance au jeu permet-elle de s’enrichir ?

« Les jeux d’argent et de hasard sont aussi un sujet que l’on peut discuter », poursuit Guillaume Batard. Près d’un Français sur deux, âgés de 18 à 75 ans, y jouent au moins une fois dans l’année, selon une enquête sur les évolutions des pratiques de jeux des Français coréalisée par l’Observatoire français des drogues et toxicomanie (OFDT) et l’Observatoire des Jeux (ODJ).

Or, « les probabilités de s’enrichir avec un gain de casino ou de loto, jeu de grattage, paris sportifs sont infimes, extrêmement infimes », rappelle l’ancien banquier. « Et c’est clairement un choix de chacun, mais je considère que c’est un acte d’achat qui doit être questionné et extrêmement marginal. Ceci n’est pas un conseil d’investissement, mais je préfère acheter des actions de la Française des Jeux ou autre groupe Kindred (plusieurs grands noms dont Unibet), Flutter (plusieurs grands noms dont Poker Stars) que de tenter ma chance », analyse-t-il.

Argent : s’organiser pour éviter la malchance

Pour le coach financier, la chance peut s’acquérir grâce à de l’organisation, de la régularité et de la diversification.

« On arrive donc à la notion d’investissement. Si vous êtes suffisamment organisé.e pour conserver une partie de vos revenus, vous pourrez épargner. Se créer une épargne de précaution est indispensable pour faire face aux imprévus de la vie (aux coups de malchance – électroménager en panne, accident de voiture, arrêt de travail, problème de santé). Encore une fois, se créer une épargne de précaution est possible et est le résultat de milliers de choix effectués. Une fois cette épargne constituée, on peut investir : immobilier, actions, ETF, cryptomonnaies, art…

Chaque investissement comporte une part de risques qu’il faut appréhender et comprendre. En se formant, lisant, rencontrant des professionnels expérimentés, on augmente ses connaissances et on peut faire de meilleurs choix. Mais il y aura toujours une part de chance. Personne du grand public n’avait anticipé le Covid et le fait que des compagnies comme Pfizer allaient monter en flèche, tandis que le groupe Accor allait souffrir (Groupe de Tourisme avec notamment les groupes d’hôtels Ibis, Mercure…). En matière d’investissement et pour réduire ses risques, on applique souvent le principe de régularité et de diversification », détaille l’expert.

  • « Régularité » signifie qu’il est conseillé d’investir régulièrement (idéalement chaque mois quand on est salarié). C’est aussi une technique que certains appellent le DCA : Dollar Cost Averaging avec la planification de virements réguliers.
  • « Diversification » signifie qu’il est fréquemment préférable d’appliquer le fameux concept de « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ». Diversifications de supports, diversification géographique, diversification de secteurs (santé, banque, énergie, constructions, consommation courante…). »

Chance et argent : s’informer pour ne pas rater les bonnes occasions

« Les bonnes occasions en matière d’investissements existent, mais seul le futur pourra les confirmer ou les démontrer et je n’ai rencontré aucune personne disposant d’une boule de cristal… ou d’une machine à remonter le temps », prévient Guillaume Batard. « Un terme anglophone est populaire : le FOMO (Fear Of Missing Out), la peur de manquer une opportunité quand on parle d’investissement. Mon conseil est ne pas succomber aux appels des placements miraculeux qui promettent des rentabilités incroyables, les arnaques sont fréquentes.

Argent : comment mettre toutes les chances de son côté ?

En conclusion, « nous revenons donc sur nos préconisations les plus basiques :

  • Se former
  • Échanger avec des professionnels aguerris
  • Épargnez et investir régulièrement
  • Mettre toutes les chances de son côté pour réaliser ses objectifs financiers »
Par Nantcy L

Journaliste plurimedia depuis 15 ans, je m'intéresse à différents univers : économie, lifestyle, société, culture, psycho & développement personnel... Pour Comparateurbanque.com je vous livre, à l'aide d'experts, des conseils pour mieux gérer votre argent.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire