Vague de licenciement dans l’univers Fintech

Publié le - Auteur Par Hélène N.
Vague de licenciement dans l’univers Fintech

Avec plus de 131 milliards de dollars levés sur 4 969 transactions en 2021, les entreprises de la fintech se sont développées à grande vitesse. Y travailler semblait tellement prometteur que certaines ont pu décupler leur effectif en un rien de temps. Malheureusement, en seulement un an, ce secteur d’activité commence à faiblir. Les start-up n’ont ainsi d’autres choix que de réduire le nombre de leurs salariés. C’est le secteur du financement en ligne qui est le plus touché. Regardons les chiffres clés.

De nombreux licenciements dans les Fintech internationales

Si cette vague de licenciement continue, de nombreuses personnes travaillant chez les acteurs de la fintech risquent de perdre leur emploi à tout moment.

Les licenciements chez les acteurs de la fintech en chiffres

Selon une étude réalisée par Roger Lee de Layoffs.fyi, 3 709 travailleurs au sein des start-up sur 36 861 ont été licenciés au cours du deuxième trimestre 2022. Ce chiffre représente ainsi 10,1% de l’effectif total que compte l’ensemble de ces jeunes pousses aux USA. Dans les détails, la fintech enregistre le plus grand nombre de licenciements, tous secteurs confondus, avec un taux 15,4%, durant le premier semestre 2022.

Le nombre de licenciements en 2022 est ainsi énorme, surtout si on le compare aux chiffres de 2021. En effet, l’année dernière, aucun salarié de la fintech n’a été licencié, selon toujours l’analyse réalisée par Roger Lee. En 2020, les travailleurs ayant perdu leur travail ont également été nombreux. Néanmoins, à l’époque, il y avait moins de start-ups qu’aujourd’hui.

Quelles sont les raisons de cette vague de licenciement ?

Les acteurs de la fintech sont contraints de réduire leur effectif, car l’activité de financement est au ralenti. D’après Steve McLaughlin, associé directeur chez FT Partners (Financial Technology Partners), les levées de fonds réalisées par les entreprises privées de la fintech au deuxième trimestre 2022 ont baissé de 27% par rapport au premier trimestre. Cette baisse est de 31% si l’on se réfère aux trois premiers mois de 2021.

Qui sont les startup qui licencient ?

Même si cette vague de licenciement concerne le monde de la fintech tout entier, certains acteurs méritent, néanmoins, d’être mentionnés. Parmi eux, il y a Klarna, la start-up ayant, sans nul doute, réalisé la plus importante suppression d’emplois au deuxième trimestre 2022. L’entreprise suédoise a, en effet, licencié 700 travailleurs, soit 10% de son effectif total, au cours de cette période.

Robinhood se démarque également en licenciant près de 300 employés au deuxième trimestre 2022. En ce qui concerne les fintechs qui ont récemment procédé à un licenciement de masse, Proptech Loft figure en haut du classement. En effet, début juillet 2022, cette jeune pousse brésilienne a annoncé avoir supprimé pas moins de 380 postes, soit 12% de son personnel. À noter que l’acteur avait déjà licencié quelque 159 salariés en début d’année.

Certains acteurs vont à contre-courant

Si la grande majorité des fintechs licencient, c’est parce que le ralentissement de l’activité les y oblige. Cependant, d’autres acteurs semblent bien se porter malgré tout à l’instar de Better.com et Bolt.

Chez Better.com, spécialiste du prêt hypothécaire numérique, c’est l’inverse qui se produit. En effet, l’acteur déclare avoir réalisé une série de recrutements de cadres supérieurs. La liste comprendrait d’anciens dirigeants d’entreprises connues comme Casper, Zillow ou encore LendingTree. D’après le PDG de Better, Vishal Garg, cette opération intervient après la vague de départs de cadres à laquelle l’établissement venait de faire face.

Bolt fait également partie des acteurs qui ne risquent pas de licencier des collaborateurs prochainement. En effet, l’acteur, après s’être rapproché d’ABG Group, prévoit de se développer de manière responsable. Cela signifie qu’il va certainement recruter afin d’atteindre ses objectifs de croissance, et ce, même après avoir supprimé quelques postes récemment.

De son côté, la licorne Revolut annonce se rapprocher de Stripe pour accélérer le développement de son activité en lien avec les paiements en ligne.

Par Hélène N.

Hélène est rédactrice pour ComparateurBanque.com depuis 2019. Elle traite souvent de sujets liés à l'actualité.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire