La Startup Mafia de N26 plus productive que ses concurrents

Publié le - Auteur Par Lucie
La Startup Mafia de N26 plus productive que ses concurrents

La startup mafia est un phénomène né aux États-Unis, plus particulièrement dans la Silicon Valley. Il permet de nommer le processus qui a donné naissance à des startups que l’on ne présente plus aujourd’hui telles que Tesla, YouTube ou encore LinkedIn. En quoi consiste exactement ce que l’on désigne par l’appellation startup mafia ? Trouve-t-on des exemples de ce phénomène en France et en Europe ? En quoi N26 se distingue-t-elle de ses concurrents directs lorsque l’on parle de création de nouvelles startups ?

Startup Mafia, ce qu’il faut savoir

Qu’est-ce que la startup mafia ?

Le concept de mafia startup est né dans le cadre de l’entreprise PayPal. Dans les années 2000, plusieurs employés de cette startup quittent le navire pour créer leurs propres sociétés. Parmi ces personnes, se trouvent notamment :

  • Elon Musk, créateur de Tesla et de SpaceX ;
  • Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim qui ont créé YouTube ;
  • Allen Blue et Reid Hoffman, fondateurs de LinkedIn ;
  • Peter Thiel, un des fondateurs de Palantir Technologies ;
  • etc.

Ce phénomène est notamment rendu possible par le fait que, dans le modèle des startups, les employés participent aux bénéfices de leur entreprise. Ainsi, ils ont la possibilité, le moment venu, d’investir un capital relativement conséquent dans le développement de leur propre activité. De même, la concentration de talents au sein d’une même structure favorise l’émulation intellectuelle et donc la création de projets innovants. Enfin, il n’est pas rare que les patrons participent au financement des projets développés par leurs employés et encouragent le lancement de ces nouvelles startups notamment en facilitant le départ de leurs fondateurs.

Les exemples français de ce phénomène venu de la Silicon Valley

Si la startup mafia a vu le jour aux USA, ce phénomène se retrouve dans de nombreuses structures à travers le monde et notamment au sein de l’hexagone. En France, l’exemple le plus parlant est celui de Blablacar. Nicolas Brusson, le PDG de la plateforme de covoiturage, est fier de compter « 36 startups créées par des anciens pour un montant total levé de plus de 115 millions d’euros ».

On peut observer le même phénomène chez eFounders dont la mafia compte à ce jour 46 startups. Loin de se morfondre, Thibaud Elzière, l’un des cofondateurs d’eFounders, explique accorder systématiquement une rupture conventionnelle à tout employé désirant lancer une startup.

Les deux PDG y voient une opportunité de développer une véritable dynamique économique et de recruter de nouveaux talents toujours plus motivés.

Zoom sur la Startup Mafia à l’échelle européenne et sur N26

La Startup Mafia européenne

Au niveau européen, on peut également observer une démocratisation de la startup mafia. Selon un rapport d’Accel et Dealroom, sur 300 licornes européennes et israéliennes, 203 ont donné naissance à pas moins de 1 018 nouvelles startups. Considérable !

La première ville européenne dans laquelle on peut observer ce phénomène est Londres. En effet, la capitale anglaise a vu la création de 168 nouvelles structures fondées par les employés de 27 licornes. Berlin et Paris occupent la deuxième et la troisième place du podium avec respectivement :

  • 138 startups créées à partir de 24 licornes ;
  • et 125 startups créées à partir de 22 licornes.

Dans la majeure partie des cas, les nouvelles structures sont domiciliées dans la même ville que la startup d’origine.

N26 premier vivier de startup européen ?

N26, la néobanque basée dans la capitale allemande, s’illustre en se positionnant comme la licorne européenne privée à avoir vu le plus d’anciens employés lancer une nouvelle startup. Elle se distingue également de ses concurrents par le fait que sur le total des nouvelles structures créé par la mafia N26, seulement 21% sont dans le domaine de la fintech. Il s’agit d’un ratio faible en comparaison de celui des concurrents de N26. En effet, 65 % des startups issues de la mafia Klarna sont dans la fintech, 62% pour Wefox et 58% pour Wise.

Et si on l’on peut s’attendre à un ralentissement important de l’économie dans les mois à venir du fait de la crise mondiale, il y a fort à parier que les différentes mafias soient relativement peu impactées.

Par Lucie

Lucie est rédactrice sur ComparateurBanque.com depuis le début. Elle aime tester les offres et partager son expérience. Elle a aussi d'autres casquettes dans l'équipe.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire