Curve répond aux clients Amazon et lève 95M$

Publié le - Auteur Par Stéphanie Thomas
Curve répond aux clients Amazon et lève 95M$

En ce début d’année, les bonnes nouvelles se succèdent pour Curve, la Fintech qui agrège les différentes cartes bancaires et de fidélité sur une seule app et via une seule carte. Elle vient d’annoncer que sa solution convient aux détenteurs de carte de crédit Visa refusés par Amazon UK. Elle a également récemment bouclé un nouveau tour de table pour financer le développement de son offre à l’international. Voici les détails.

Curve propose une solution pour contourner le refus d’Amazon sur les cartes Visa

Fin 2021, Amazon UK a déclaré que les cartes de crédit estampillées Visa seront refusées sur la plateforme à compter du 19 janvier 2022. Pour contourner cette interdiction, la Fintech Curve vient d’affirmer qu’elle peut éviter ce blocage avec sa solution.

Les cartes de crédit Visa sont refusées par Amazon UK

Pour mémoire, en novembre dernier, les utilisateurs de carte de crédit Visa outre-Manche ont été informés qu’ils ne pourront plus les utiliser sur Amazon à compter de 2022.

Les coûts élevés occasionnés par les paiements effectués avec ce type de carte en sont les principales raisons. Face à la hausse des commissions de Visa, le géant du commerce en ligne a décidé de couper net et de maintenir ses marges. Après avoir mis en place plusieurs stratégies infructueuses pour s’en sortir, il a pris la décision drastique de refuser lesdites cartes.

Si l’interdiction des cartes de crédit Visa devait commencer à compter du 19 janvier 2022, Amazon a finalement décidé de la suspendre le temps que les deux acteurs parviennent à un accord.

L’agrégateur de cartes Curve est la solution

Ces changements peuvent rendre les utilisateurs confus. Quoiqu’il arrive, Curve rassure les Britanniques. D’après la startup, son agrégateur de cartes est la solution pour continuer tranquillement les achats sur Amazon avec une carte de crédit Visa.

La startup londonienne se trouve à l’origine d’une application qui incorpore toutes les cartes de son utilisateur, qu’elles soient de crédit, de débit ou de fidélité. Grâce à ce portefeuille tout en un, elle affirme pouvoir contourner l’interdiction du géant du e-commerce. Les raisons sont multiples :

En étant connecté à Curve, le problème lié à Visa n’est plus.

  • Le client utilise une seule carte de débit Mastercard émise par Curve et un seul code PIN. Celle-ci est acceptée par le géant du e-commerce,
  • De plus, la startup utilise également Samsung Pay+ qui s’avère être une autre option pour continuer à payer avec une carte de crédit Visa,

Pour couronner le tout, l’utilisateur continue de gagner les récompenses promises par leur banque et du cashback avec Curve.

Curve lève des fonds pour s’implanter aux USA

Ce ne sont pas seulement les Fintechs françaises qui séduisent les investisseurs en ce moment. La jeune pousse d’origine britannique vient également de lever des fonds pour se développer davantage.

La Fintech lève 95 millions de dollars

L’agrégateur de cartes a clôturé un nouveau tour de financement en Série C d’un montant de 95 millions de dollars. Au total, l’entreprise aura réussi à lever environ 175 millions de dollars depuis 2015.

Ce tour de table a vu la participation de plusieurs investisseurs dont :

  • IDC Ventures,
  • Vulcan Capital,
  • Fuel Venture Capital,
  • Novum Capital,
  • OneMain Financial,
  • VC français Breega.

Des fonds pour continuer son développement à l’international

D’après les explications du CEO de Curve en la personne de Shachar Bialick, si l’entreprise souhaite gagner sur un marché, il lui est nécessaire de s’exporter au plus vite tant en termes de produits qu’en termes géographiques. Les fonds nouvellement obtenus serviront ainsi en grande partie au financement du développement de la Fintech à l’international :

  • La jeune pousse prévoit de se lancer aux Etats-Unis d’ici quelques mois,
  • Elle compte également consolider ses positions en Europe,
  • Avec Curve Credit, elle s’apprête aussi à se lancer dans une solution de paiement fractionné.

Jusqu’à maintenant, peu de Fintech BtoC d’origine européenne ont réussi à percer le marché américain. Revolut et N26 s’y sont d’ailleurs cassés les dents. L’avenir nous dira si le produit de Curve séduira les utilisateurs américains.

Par Stéphanie Thomas

Directrice de publication du site.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire