L’INSEE annonce une nouvelle baisse de la consommation des ménages

Publié le - Auteur Par Audrey R.
L’INSEE annonce une nouvelle baisse de la consommation des ménages

Dans un climat économique incertain, l’INSEE vient de publier les derniers chiffres sur la consommation et la confiance des ménages français. Sans surprise, ces deux taux sont à la baisse. Zoom sur les données publiées par l’INSEE, l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques, et leur impact sur l’économie française.

Les derniers chiffres de l’INSEE

La consommation des ménages encore en baisse

Graphique de l’INSEE présentant l’évolution de la dépense et du pouvoir d’achat des ménages

graphique insee conso menage 22

Comme dit le proverbe, une image vaut mille mots. Le graphique de l’INSEE présenté ci-dessus parle de lui-même. La consommation des ménages a drastiquement diminué depuis l’année 2020. Et cela perdure encore. En effet, la consommation des ménages en avril 2022 par rapport à l’année précédente diminue de 0,4 %. C’est un peu mieux qu’au mois de mars où la diminution était de 1,4 %.

C’est la consommation en biens alimentaires qui est la plus impactée par ce recul avec une baisse de 1,1 % pour le mois d’avril. Cela est dû à la baisse de la consommation des produits agroalimentaires et agricoles.

Le mois d’avril a également été marqué par une baisse de la consommation de carburant liée bien évidemment à l’augmentation des prix. La prime de 15 à 18 cents par litre a tout de même limité ce phénomène puisque la diminution de la consommation dans ce domaine est passée de – 4,5 % en mars à – 0,9 % en avril.

Seule la consommation des ménages en énergie connaît une évolution. Cela s’explique notamment par des températures plus basses qui ont eu pour conséquence d’augmenter la consommation de gaz et d’électricité des ménages.

Une diminution de la confiance des ménages

La consommation n’est pas la seule à être revue à la baisse. En effet, le moral et donc la confiance des ménages sont au plus bas pour atteindre quasiment le niveau de 2018 lors du mouvement des gilets jaunes et de 2020 pendant les confinements.

Cette situation s’explique par l’inflation qui atteint le niveau record de près de 5 % en partie dû à la guerre en Ukraine qui a fait exploser les prix de l’énergie (+ 4,5 % de mars 2021 à mars 2022).

Ces éléments ont un impact direct sur la consommation des ménages qui jugent préférable d’épargner plutôt que dépenser leur capital.

L’impact de ces données sur l’économie française

Vers une récession économique ?

La consommation et la confiance des ménages sont deux indicateurs forts de la santé économique d’un pays. On le comprend donc, la situation pour l’économie française est préoccupante. De plus en plus d’économistes craignent une récession. De son côté, la Banque mondiale redoute une décélération importante de la croissance plus importante encore que celle constatée entre 1976 et 1979 lors du premier choc pétrolier. L’organisation table sur une stagflation qui pourrait persister plusieurs années. Pour rappel, ce terme désigne la situation durant laquelle l’économie connaît une croissance faible ou nulle et une forte inflation.

Et l’État dans tout ça ?

Bruno Le Maire, le Ministre de l’Économie, se veut rassurant. En effet, Bercy estime que le taux de croissance de la France en 2022 sera bien positif, et ce malgré un premier trimestre dans le rouge. Il se dit confiant dans les « capacités de résistance » de l’économie française. À noter, le gouvernement prévoit tout de même de réviser (à la baisse très probablement) le taux de croissance 2022, initialement prévu à 4 %. De son côté, l’OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Économiques) a abaissé son taux prévisionnel de croissance de 4,2 % à 2,7 %. D’après les autorités, la France est donc à l’abri d’une récession, mais seul l’avenir nous le dira.

Par Audrey R.

Audrey est rédactrice professionnelle, elle écrit pour ComparateurBanque.com depuis février 2020. Elle aime les sujets liés à l'investissement et l'épargne.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire