Cashbacker

Le cashback est un phénomène qui date déjà d’une quinzaine d’années mais il n’a jamais vraiment décollé en France, contrairement…

Les Top établissements de Cashback

Le cashback est un phénomène qui date déjà d’une quinzaine d’années mais il n’a jamais vraiment décollé en France, contrairement à nos autres voisins européens. Les banques traditionnelles proposent du cashback mais n’en parlent. Cela reste donc un sujet tabou. Cependant, la DSP2 devrait permettre aux nouveaux acteurs de la Fintech d’aider les banques à proposer de véritables solutions de cashback. Ainsi cette solution qui permet de gagner de l’argent en en dépensant devrait enfin attirer les consommateurs et leur permettre d’augmenter leur pouvoir d’achat.

Qui est concerné par le cashback ?

Le cashback concerne tout individu qui fait des achats. Donc tout le monde. Ils peuvent le faire soit avec leur carte de paiement qui sera « affiliée » à un programme de cashback ou soit par l’intermédiaire d’une communauté de cashbackers (comme Ebuyclub, Igraal, et bien d’autres).
Les grandes enseignes comme la Fnac, Darty, Cdiscount, Etam, Zalando, Nike, …, ont intégré cette démarche à leur stratégie publicitaire.
17% des dépenses des annonceurs en affiliation sont parties dans le cashback entre 2012 et 2015, selon une étude sur le Cashback en France faite par Xerfi et le Syndicat National du Marketing à la Performance (SNMP) en 2016.

Qui sont les cashbacker, cashbackeuses ?

Le profil type du cashbackeur, en 2016 il s’agissait d’une « eshoppeuse futée » (femme à 54%) qui a entre 25 et 49 ans, toutes CSP confondues, qui achète souvent en ligne et qui réside en France.

Une question ?

Le mot cashback a deux sens :

  1. A l’étranger, il est possible de faire ses achats chez un commerçant et au moment de régler on demande X€ en cash back. Le commerçant augmente la facture de X€ et donne la différence en liquide. Ceci devait être possible en France depuis juillet 2018 mais dans les faits personne ne le fait et n’en parle.
  2. La définition du cashback la plus connue est la suivante : recevoir de l’argent ou un cadeau lors d’un achat. C’est une sorte de récompense pour encourager la fidélité.

Consulter un article complet sur l’état du cashback en France en 2019.

Il existe différentes sorte de cashback.

  • Certains organismes, comme les banques traditionnelles passent par un site externe sur lequel le consommateur doit faire son achat. C’est le cas de la Société Générale avec Grande Avenue ou du LCL avec Avantage+ . D’autres banques traditionnelles passent par une tool bar à télécharger, c’est le cas du Crédit Agricole avec Malicéa. Dans les deux cas, la tool bar ou le site externe enregistre les achats et cumule les points ou euros qui augmentent en même temps que le montant des achats. A partir d’un certain seuil atteint les gains sont reversés sur le compte du client.

Ce système est complexe et le tracking des gains n’est pas garanties avec le blocage des cookies et autres fonctionnalités qui stoppent les publicités.

  • Les organismes spécialisés comme American Express, dont la notoriété n’est plus a faire ou MasterCard.

Le fonctionnement est ici bien plus simple car le simple fait d’utiliser sa carte de paiement permet de cumuler des points ou des euros sur son compte.

  • Les e-marchands qui sont devenus des solutions de paiement dédiées comme Cdiscount, Galleries Lafayette, la Fnac proposent tous une carte de paiement pour faire les achats sur leur site ou en boutique.

Cette carte permet de fidéliser les clients et leur accorde des avantages : facilités de paiement, cashback, … mais elle ne concerne que leur enseigne.

  • Les nouveaux entrants de la Fintech sont prometteurs, ils ne sont pas très connus : So Shop, Joko, Paylead, … proposent des solutions spécifiques et on les retrouvent décrite sur la fiche de leur établissement.