Cashbacker

Le cashback est un phénomène qui date déjà d’une quinzaine d’années et il a mis du temps à arriver en...

Les Top établissements de Cashback

Le cashback est un phénomène qui date déjà d’une quinzaine d’années et il a mis du temps à arriver en France. Contrairement à nos autres voisins européens qui l’utilisent depuis longtemps. Les banques traditionnelles proposent du cashback mais n’en parlent pas ou peu. Cela reste plutôt un sujet tabou.

Cependant, la DSP2 a permis aux nouveaux acteurs de la Fintech d’aider les banques à proposer de véritables solutions de cashback. Ainsi cette fonctionnalité qui permet de gagner de l’argent alors qu’on en dépense devrait enfin attirer les consommateurs et leur permettre d’augmenter leur pouvoir d’achat.

Qui est concerné par le cashback ?

Le profil type d’une personne qui aime le cashback

Le cashback concerne tout individu qui fait des achats. Donc tout le monde. Il peut le faire soit avec sa carte de paiement qui sera « affiliée » à un programme de cashback ou soit par l’intermédiaire d’une communauté de cashbackers (comme Ebuyclub, Igraal, et bien d’autres).
Les grandes enseignes comme la Fnac, Darty, Cdiscount, Etam, Zalando, Nike, …, ont intégré cette démarche à leur stratégie publicitaire.
17% des dépenses des annonceurs en affiliation sont parties dans le cashback entre 2012 et 2015, selon une étude sur le Cashback en France faite par Xerfi et le Syndicat National du Marketing à la Performance (SNMP) en 2016.

Qui sont les cashbacker, cashbackeuses ?

Le profil type du cashbackeur, en 2019 il s’agissait d’une « eshoppeuse futée » (femme à 54%) qui a entre 25 et 49 ans, toutes CSP confondues, qui achète souvent en ligne et qui réside en France.

Mais au fait, le cashback c’est quoi ?

On a tous entendu parler du cashback, mais on ne sait pas toujours à quoi cela correspond.

Deux définitions officielles

Le mot cashback a deux sens :

  1. A l’étranger, il est possible de faire ses achats chez un commerçant et au moment de régler on demande X€ en cash back. Le commerçant augmente la facture de X€ et donne la différence en liquide. Ceci devait être possible en France depuis juillet 2018 mais dans les faits personne ne le fait et n’en parle.
  2. La définition du cashback la plus connue est la suivante : recevoir de l’argent, des points ou un cadeau lors d’un achat. C’est une sorte de récompense pour encourager la fidélité.

En savoir plus

Consulter un article complet sur l’état du cashback en France .

Une question ?

Joko est une application sans frais et ultra simple qui reverse des points dès que son utilisateur fait un achat chez un site partenaire.

Son offre est simple :

  • Une application pour intégrer la carte de paiement de son choix,
  • Choisir les boutiques dans lequelles on souhaite bénéficier de cashback,
  • Regarder ses point tomber tous jours,
  • Profiter de l’offre de parrainage pour en parler à ses amis et donc toucher encore plus de points.
  • Transformer ses points en argent transféré directement sur le compte de son choix ou en bons cadeaux de son choix.

 

Simple, efficace et originale. S’il y avait 4 solutions à mettre dans le classement. Joko y serait.

 

En ce moment, le Top 3 est occupés par Trois spécialistes du cashback :

  • eBuyClub : le leader européen et pionnier qui existe depuis plus de 10 ans. Il faut s’inscrire à ses services gratuits et simplement acheter en boutique physique ou en ligne dans les très nombreux sites partenaires. Il y a près de 2500 marchands.

Deux acteurs récents :

  • Aumax pour moi : l’établissement de paiement gratuit, agrégateur de comptes, avec assistant personnel propose également sa solution de cashback. Un couteau Suisse ou OVNI de la Fintech.
  • SoShopCub une neobanque qui reverse de l’argent quand l’utisateur de sa carte fait des achats dans les boutiques partenaires contre 1 € de cotisation mensuelle.

Pour le moment, les banques et néobanques qui proposent du cashback en France ne sont pas très attractives. Le process est lourd : il faut passer par un site spécial et selon le paramétrage de votre ordinateur ou mobile le « tracking » de votre achat ne sera pas toujours pris en compte. (NDLR : Si un adblocker est installé aucun cashback ne sera reversé). Les néobanques ont des offres un peu plus attractives mais hors d’Europe car les taux y sont plus interessants.

Les solutions de Aumax pour moi ou So Shop sont plus intéressantes, ou du moins plus enrichissantes avec des taux plus importants.

 

Il existe différentes sorte de cashback.

  • Certains organismes, comme les banques traditionnelles passent par un site externe sur lequel le consommateur doit faire son achat. C’est le cas de la Société Générale avec Grande Avenue ou du LCL avec Avantage+ . D’autres banques traditionnelles passent par une tool bar à télécharger, c’est le cas du Crédit Agricole avec Malicéa. Dans les deux cas, la tool bar ou le site externe enregistre les achats et cumule les points ou euros qui augmentent en même temps que le montant des achats. A partir d’un certain seuil atteint les gains sont reversés sur le compte du client.

Ce système est complexe et le tracking des gains n’est pas garanties avec le blocage des cookies et autres fonctionnalités qui stoppent les publicités.

  • Les organismes spécialisés comme American Express, dont la notoriété n’est plus a faire ou MasterCard.

Le fonctionnement est ici bien plus simple car le simple fait d’utiliser sa carte de paiement permet de cumuler des points ou des euros sur son compte.

  • Les e-marchands qui sont devenus des solutions de paiement dédiées comme Cdiscount, Galleries Lafayette, la Fnac proposent tous une carte de paiement pour faire les achats sur leur site ou en boutique.

Cette carte permet de fidéliser les clients et leur accorde des avantages : facilités de paiement, cashback, … mais elle ne concerne que leur enseigne.

  • Les nouveaux entrants de la Fintech sont prometteurs, ils ne sont pas très connus : So Shop, Joko, Paylead, … proposent des solutions spécifiques et on les retrouvent décrite sur la fiche de leur établissement.

La DSP2 a permis de facilité le déploiement de cette fonctionnalité. Ainsi de nouveaux acteur le proposent, comme :

  • La neobanque AuMax pour moi propose enfin la solution Cashback. Elle était très attendue chez ses utilisateurs. Nous l’avons testé et voici notre retour positif d’expérience.
  • La Banque Casino a lancé sa carte Gold, elle est payante mais pas chère à moins de 5€ par mois et ses atouts sont très attractifs : 2% de cashback pour les achats fait chez Casino et Cdiscount et 1% partout ailleurs. Ses autres atouts sont supers intéressants.
  • Wirex la néobanque britannique qui n’a nul d’égal. Elle propose une offre crypto-friendly où il est possible d’acheter, échanger, stocker et dépenser en crypto. Elle a également lancé sa propre cryptomonnaie Wyrex Tocken (WXT). Et surtout elle permet de gagner jusqu’à 1,5% de cashback sur tous ses achats en bitcoin ou cryptomonnaie. 
  • Pour Revolut, le taux de cashback est de 0,1%, alors qu’ailleurs il est de 1%. Cependant l’offre de cashback est disponible sur les 31 devises gérées et les 5 crypto-monnaies. A cause de la crise, le cashback est maintenant limité chez Revolut.
  • Depuis que Orange Bank a lancé depuis fin décembre sa carte Premium avec la Visa Premier. Elle est disponible dès 7,99€ par mois et donne accès à de nombreux avantages dont le cashback. Le cashback est de 5% mais pour le moment il reste limité aux achats réalisés sur le shop Orange.