Prêt étudiant garanti par l’État : comment ça marche ?

Publié le - Auteur Par Lucie
Prêt étudiant garanti par l’État : comment ça marche ?

Comme on le sait, les étudiants et les jeunes n’ont pas été épargnés par la crise sanitaire. La question de la précarité financière des étudiants a été maintes fois soulevée. Avec les restaurants et les magasins fermés, impossible pour eux d’avoir des jobs étudiants leur permettant de financer leurs études, de payer leur loyer ou leurs courses… Les banques ont même remarqué une augmentation des demandes de prêts étudiants après une année 2020 difficile. L’Etat décide alors de mettre en place un prêt destiné aux jeunes sous certaines conditions. Le point sur la situation.

État des lieux des frais étudiant

Des études qui coûtent de plus en plus cher

D’après l’UNEF et l’Observatoire national de la Vie Étudiante il y aurait entre 200 000 et 300 000 demandes de prêts pour financer des études post bac. La nécessité de s’endetter pour étudier représente plus de 10% de la population étudiante.

D’autant plus que depuis 2014 les frais d’inscription de certaines grandes écoles, école d’ingénieur, école de management et de commerce ont doublé voire triplé.

Un rapport de l’Institut Montaigne indique que les frais de scolarité ont été multipliés par 2,5 par les business school en l’espace de 20 ans.

Etudiants et seuil de pauvreté

Selon une étude de l’UNLY menée auprès de 1556 étudiants sur l’été 2019, 20 % des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté (moins de 1 026 € par mois). Un étudiant sur trois a déjà renoncé à un besoin primaire (nourriture, soins) à cause d’un manque de ressources financières. D’ailleurs, cette précarité aurait déjà fait envisager à 1 étudiant sur 5 l’arrêt de ses études.

Qu’est-ce que le Prêt étudiant Garanti par l’État ?

Dans le contexte sanitaire et économique actuel, le prêt garanti par l’État est un sacré coup de pouce pour les jeunes, d’ailleurs Bertrand Fontaine le directeur de la garantie chez Bpifrance annonçait ceci au Parisien il y a peu : « Nous avions une enveloppe de 35 millions d’euros depuis sa création en 2008, puis de 80 millions d’euros l’année dernière. En 2021, elle sera d’environ 400 millions d’euros ». L’enveloppe augmente face à une croissance considérable de la demande.

Définition du PGE à destination des jeunes

Lancé en septembre 2008, voilà comment il est défini sur le site du gouvernement

« Le prêt étudiant est un prêt créé pour aider les jeunes de moins de 28 ans à financer leurs études. Il est octroyé uniquement par les banques partenaires de l’opération. Le prêt doit être remboursé avec les intérêts, mais le remboursement peut être différé à la fin des études. L’État garantit le prêt, dans la limite d’un budget spécial voté chaque année. Lorsque ce budget est épuisé avant la fin de l’année, les banques partenaires cessent d’octroyer les prêts ou exigent des garanties ».

Le prêt étudiant garanti par l’État (PGE) est géré par Bpifrance, une banque publique d’investissement, un organisme français de financement et de développement des entreprises. À hauteur de 70 % (hors intérêt), il permet aux étudiants d’emprunter de l’argent pour financer leurs études, sans devoir fournir à la banque la caution d’un proche ou une preuve de revenus.

Toutefois, le nombre de prêts étudiants garantis par l’État accordés par an est limité.

Qui peut en bénéficier ?

D’après service-public.fr l’étudiant doit remplir toutes les conditions suivantes :

  • Être inscrit dans un établissement en France pour préparer un diplôme de l’enseignement supérieur français : une université, une école de commerce ou d’ingénieur, dans un lycée pour un BTS…
  • Avoir plus de 18 ans et moins de 28 ans. Dans le cas d’une personne mineure, ceux qui ont 18 ans en fin d’année par exemple ou ceux qui ont sauté une classe, les parents peuvent faire la demande par anticipation pour les étudiants de plus de 16 ans.
  • Être français ou citoyen d’un pays de l’Espace économique européen (EEE).

Où faire la demande de prêt ?

Pour le moment, le prêt est disponible chez 5 établissements partenaires, d’autres s’ajouteront peut-être par la suite.

Pour ceux qui auraient un compte dans une autre banque que celles citées ci-dessous pas de panique, en principe pour obtenir un prêt il n’est pas nécessaire d’appartenir à la banque, toutefois certaines peuvent refuser les dossiers des demandeurs extérieurs.

Il faut aussi prendre en compte que le nombre de prêts octroyés par ces banques dépend directement de l’enveloppe que l’État leur accorde annuellement, c’est pourquoi il est important de faire sa demande avant que leur crédit ne soit épuisé.

Liste des banques partenaires :

  • Société générale,
  • Banques Populaires,
  • Crédit Mutuel,
  • CIC,
  • Caisses d’épargne.

Comment fonctionne ce financement ?

Assimilé à un crédit conso

Le prêt étudiant est considéré comme un crédit à la consommation dit « non affecté » étant donné qu’il peut servir à couvrir les frais de scolarité, le logement et autres frais liés à la scolarité.

Il est accordé sur une durée minimale de 2 ans et un maximum de 10 ans : le remboursement est différé à l’entrée dans la vie active professionnelle.

Qui garantit quoi ?

L’État se porte garant pour chaque contractant à hauteur de 70 % du montant total du prêt, hors intérêts. Les 30 % restant sont pris en charge par les banques.

Montant du prêt et taux d’intérêt

Avant le montant maximum était de 15000€, depuis le plan de relance il peut atteindre les 20000€. Le taux d’intérêt est fixé librement par la banque partenaire.

Le contrat de prêt doit prévoir la possibilité de rembourser par anticipation et les conditions dans lesquelles ce remboursement peut s’effectuer, cependant les remboursements ne peuvent pas être différés au-delà de 10 ans après la date de contraction du prêt.

Pour le remboursement il existe deux possibilités :

  • Rembourser la totalité de votre dette après la fin des études.
  • Rembourser durant vos études uniquement les intérêts.

Les risques

Comme toute dépense faite à crédit, le fait de souscrire à un emprunt comporte des risques. Un prêt doit être remboursé et avant de le contracter, il faut impérativement vérifier sa capacité de remboursement. En l’occurrence, un étudiant ne sait pas vraiment combien il va gagner après ses études. Il ne sait même pas combien de temps il va mettre pour trouver un emploi.

Aux Etats-Unis, il est bien plus fréquent de financer ses études de cette manière. Pourquoi ? Car les frais sont bien plus importants. Certains experts financiers se demandent si ce n’est pas une bombe à retardement. La dette étudiante augmente constamment avec en moyenne 35000$ pour 50M jeunes environ en 2019. Et en mai 2020, BFM annonçait que face à une forte augmentation du chômage les prêts étudiants n’ont jamais atteint un tel record et qu’ils peuvent représenter un « boulet à vie ».

Avant de vous engager sur cette route, même si les conditions semblent alléchantes, réfléchissez-y à deux fois.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire