Génération Z et retraite : ce que pensent et attendent vraiment les jeunes

Modifié le - Auteur Par Nantcy L
Génération Z et retraite : ce que pensent et attendent vraiment les jeunes

TÉMOIGNAGES.

Alors que le débat sur la réforme des retraites ne cesse de créer la polémique, la jeune génération, entrant à peine sur le marché du travail, se pose déjà des questions. Comment la génération Z (personnes nées entre 1997 et 2006) envisage-t-elle son futur ? La retraite est-elle déjà source d’inquiétude ? Sarah et Angèle, deux étudiantes en droit des médias âgées de 20 ans, nous partagent leurs visions.

 

Prendre une retraite anticipée tout en ayant de bons revenus, nombreux sont ceux à en rêver. Or, dans les faits, peu y parviennent. Car, quitter le monde du travail sans atteindre le taux plein (nombre précis de trimestres d’assurance retraite requis en fonction de son année de naissance), n’est pas sans conséquences sur les finances. Un malus est en effet appliqué sur la future pension, selon le nombre de trimestres manquants. D’ailleurs, la durée d’assurance retraite nécessaire augmente au fil des générations. Cela n’est pas près de s’arrêter, puisque le gouvernement envisage toujours de réformer le système des retraites et de repousser l’âge légal de départ, aujourd’hui fixé à 62 ans. La première mise en application est prévue pour l’été 2023. Et ce, malgré les débats houleux et la forte opposition de la population. En effet, 66 % des Français n’y sont pas favorables, d’après une étude YouGov, réalisée le 3 et 4 octobre dernier.

Et les jeunes, qu’en pensent-ils ? Sarah et Angèle, deux étudiantes en droit des médias âgées de 20 ans que nous avons interrogées, ont des avis divergents. La première juge que cette mère des réformes est nécessaire, car le système est ancien et trop compliqué. Pour elle, travailler plus longtemps paraît inévitable, au vu de l’évolution de la démographie et du vieillissement de la population : « Nous sommes quasi les seuls en Europe à partir si tôt. Notre espérance de vie augmentant, il faut trouver des solutions pour assurer les pensions de toutes et tous. » Si elle admet qu’ « il y a un gros souci au niveau des retraites », Angèle est plus « modérée ». « Une réforme aussi peu souhaitée par les Français ne pourra pas bien fonctionner. Certes, le système doit changer, mais cette réforme n’est pas forcément la meilleure solution. D’autres pistes devraient être envisagées », pense-t-elle. Devrait-on alors adopter le principe d’un âge de départ à la retraite flexible, avec la possibilité de percevoir une pension à partir par exemple de 62 ans, comme en Suède ? Quel est d’ailleurs l’âge pivot idéal selon les jeunes ?

 

Retraite : ¼ de la génération Z entend s’organiser pour partir plus tôt

Les jeunes issus de la génération Z (soit ceux nés entre 1997 et 2006) remettent d’ores et déjà en question le monde du travail et aimeraient prendre une retraite anticipée.

Retraite : encore bien loin pour la génération Z et en même temps si près

Pour la génération Z, la retraite, ce n’est pas pour tout de suite. Certains entrent à peine sur le marché du travail et d’autres en sont encore loin, mais cela ne les empêche pas de penser à leur retraite, qu’ils entendent prendre en anticipée. Selon une étude publiée par Goldman Sachs Asset Management en décembre 2021, ils aspirent à une vie composée de loisirs, de travail passion ou associatif. 25 % d’entre eux aimeraient ainsi quitter la vie active avant 55 ans.

Sarah et Angèle, n’ont pas encore une idée précise de l’âge de départ à la retraite. La retraite leur semble encore bien loin. « Aujourd’hui, nous sommes plus nombreux à réaliser de longues études. Nous entrons donc sur le marché du travail plus tardivement. Pour l’instant, il m’est ainsi difficile de me projeter. Peut-être que dans 30 ans, j’en aurais marre, mais pour l’instant, je pense travailler au moins jusqu’à 63 ou 65 ans », nous confie Sarah. « Tout dépend du métier que l’on exerce », estime de son côté Angèle. « Si l’on a un métier passion, travailler au-delà même de l’âge légal n’est pas dérangeant. C’est d’ailleurs ce que fait mon père, en tant que journaliste, car il aime son travail. »

Retraite anticipée : la génération Z mal informée

Partir bien avant 55 ans est-il par ailleurs réalisable ?

Ce souhait paraît difficile à atteindre, sans retraite par capitalisation, au vu du nombre d’annuités nécessaires pour partir avec une retraite par répartition à taux plein : 42 ans soit 168 trimestres pour les personnes nées en 1961, 1962 ou 1963. Mal informés sur ses droits, la génération Z ne semble pas encore estimer les effets financiers d’un tel acte. Un rapport mené par Alight Solutions, spécialisée dans les technologies RH, notifie d’ailleurs que « cette génération manque de confiance et de compréhension à l’égard du système de retraite public ». Angèle et Sarah concèdent n’être pas familières des règles. Du moins pas de manière précise. « Est-ce parce que le système est trop compliqué ou que nous ne sommes pas renseignées ? », s’interroge Sarah. « N’étant pas bien informées, nous avons du mal à nous projeter. Il faudrait simplifier ce système. Je trouve cela dommage que nous soyons obligés d’aller chercher des informations et surtout creuser pour les comprendre. Car, ce sujet sociétal concerne tout le monde », enchérit Angèle. Elles aimeraient d’ailleurs être renseignées sur les différentes solutions de plan retraite à instaurer.

Retraite : la génération Z songe à se constituer un complément

Conscients que leur pension de retraite pourrait ne pas être suffisante, les jeunes faisant partie de la génération Z pensent à se constituer une retraite complémentaire.

Retraite : la génération Z intéressée par des cotisations supplémentaires ?

Comme le stipule l’étude d’Alight Solutions, « près de 65 % des personnes interrogées seraient intéressées que leurs employeurs leur offrent, en plus de leur rémunération, des cotisations supplémentaires au plan de retraite ; une personne sur deux manifeste même un intérêt pour des entreprises qui leur offriraient un accompagnement professionnel sur la gestion des plans épargne retraite. La génération Z est d’ailleurs bien plus demandeuse que les autres générations par ce type d’accompagnement ».  Les étudiantes en droit du travail semblent aussi intéressées par cette idée. « Il faudrait néanmoins peser le pour et le contre et bien calculer ce que cela engendre sur le salaire (manque à gagner) et sur la future retraite, afin de mettre en place une stratégie », concèdent-elles.

Retraite : la génération Z entend capitaliser

Pour s’assurer une source de revenus complémentaire, la génération Z pense ou devrait penser à investir le plus tôt possible, afin de capitaliser sur les intérêts composés. Immobilier locatif, assurance vie, placements boursiers… Une multitude de possibilités financières s’offrent aux jeunes. « Il est vrai qu’il peut être judicieux d’investir sur le long terme pour avoir un bon complément de revenus une fois la retraite venue. Mes parents m’ont d’ailleurs ouvert une assurance vie », dévoile Sarah. « J’aimerais bien capitaliser pour me constituer un matelas financier, mais encore faut-il avoir la capacité de le faire. Je m’y attèlerai dès que possible », conclut Angèle.


Si vous cherchez à préparer votre retraite, sachez que nous mettons à votre disposition un conseiller indépendant et agréé Orias. Pour vous aider, il a besoin de réaliser un bilan social et patrimonial afin de proposer une stratégie à mettre en place. Son action est gratuite et sans engagement. N’hésitez pas à le contacter.

Par Nantcy L

Journaliste plurimedia depuis 15 ans, je m'intéresse à différents univers : économie, lifestyle, société, culture, psycho & développement personnel... Pour Comparateurbanque.com je vous livre, à l'aide d'experts, des conseils pour mieux gérer votre argent.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire