Investir le 7 novembre avec ces 4 infos clés

Publié le - Auteur Par Stéphanie Thomas
Investir le 7 novembre avec ces 4 infos clés

Cette semaine fut courte avec le lundi férié, sans compter qu’il a fallu s’adapter au nouveau changement d’heure. Il fait nuit plus tôt, pour autant il ne faut pas perdre le moral. Pour ce faire, et si nous augmentions notre pouvoir d’achat? C’est pour cette raison qu’ici nous parlons de solutions d’épargne, de diversification de portefeuille, de technique d’investissement…


Sujet de la semaine :

Astuce pour éviter une avance au fisc

Dans quel cadre y aurait-il une avance à faire ?

Les placements soumis à la flat tax de 30% sont les suivants : certains livrets bancaires, PEL (plan épargne logement), CEL (compte épargne logement), intérêts de parts sociales et dividendes d’actions placés dans un compte-titres ordinaire (CTO), revenus de plus-values de cessions mobilières, dividendes, obligations, assurance-vie… La flat tax ne permet ni déductions fiscales ni abattements.

Le PFU : c’est quoi ?

Mais à quoi correspond la flat tax connue aussi sous le nom de Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) ? Cet « impôt », entré en vigueur le 1er janvier 2018 a pour principe d’appliquer un taux unique à tous les revenus du capital (dividendes, plus-values). Le taux de 30% correspond en réalité à l’addition de deux taux bien distincts : 17,2% de prélèvements sociaux et 12,8% d’impôt sur le revenu.

Pourquoi une avance ?

Pourquoi est-il question d’avancer de l’argent au fisc ? La flat tax est prélevée tel un acompte, par la banque ou l’établissement en charge du compte au moment du versement des revenus que ledit compte a généré. Au printemps suivant lors de la déclaration de revenus, la personne peut alors décider de garder le taux global de 30% ou opter pour le barème de l’impôt sur le revenu, auxquels s’ajoutent les prélèvements sociaux de 17,2%. Sauf que pour les foyers aux revenus limités, c’est-à-dire les contribuables dont la tranche marginale d’imposition se situe entre 0% et 11%, il vaut mieux choisir l’imposition au barème.

Le magazine Capital résume l’action de la manière suivante :  » imposable ou non, une personne paye 12,8% d’impôt sur ses revenus de placements en année N, puis opte pour l’imposition au barème au printemps N+1 pour se faire seulement rembourser par le fisc fin juillet/début août N+1. En résumé, elle avance 12,8% de ses revenus au fisc sur quelques mois, voire plus d’un an.

Démarche à entreprendre avant le 30 novembre

Les personnes souhaitant bénéficier de cet « avantage » peuvent adresser une demande de dispense à leur établissement financier, avec attestation sur l’honneur, avant 30/11 de l’année précédant celle du paiement de ces revenus. Il faudra la renouveler l’année d’après.

Qui est concerné ?

Les contribuables disposant d’un revenu fiscal de référence 2020 (indiqué sur l’avis de 2021) :

  • Inférieur ou égale à 25000€ pour un célibataire (50000€ pour un couple) si les revenus concernés sont des intérêts,
  • Ou 50000€ pour une personne seule (75000€ pour un couple) pour les dividendes, peuvent être exemptés.

Enrichir son vocabulaire :

Qu’est-ce que le FUD ?

Dans quel cadre utilise-t-on ce mot : FUD

Le FUD, est un mot 100% crypto très répandu qui signifie en anglais « Fear, Uncertainty and Doubt » (peur, incertitude et doute). Il fait référence à une stratégie consistant à propager de fausses informations sur un projet dans le but de jeter le discrédit sur celui-ci et/ou de faire chuter un cours.

Exemple de FUD célèbre

Dans les FUDs les plus connus on peut citer le patron de la banque JPMorgan, Jamie Dimon, qui avait déclaré en 2017 « Le Bitcoin est une escroquerie et il finira par imploser« . Un propos venant du patron de l’une des banques les plus connues dans le monde, cela a bien évidemment était repris des centaines de fois dans tous les médias, ce qui a dû avoir pour effet d’en dissuader plus d’un d’investir dedans.

Autre exemple plus récent de FUD faisant chuter le cours du bitcoin, la décision d’Elon Musk de suspendre les achats de Tesla avec des bitcoins : “Tesla a suspendu les achats de voitures avec des bitcoins. Nous sommes inquiets du recours de plus en plus important aux combustibles riches en carbone pour miner des bitcoins, surtout le charbon, qui a les pires émissions (de gaz à effet de serre) de tous les combustibles”, a expliqué Elon Musk.

Le message expliquait que la décision était motivée par soit disant l’impact écologique de la cryptomonnaie. Son minage consomme une quantité importante d’électricité. Et si on mélange tout sans regarder ce que consomme les autres monnaies, voici ce que l’on peut lire dans la presse : En effet les sites, remplis d’ordinateurs spécifiquement conçus pour l’occasion, consomment des quantités importantes d’électricité, provenant en partie de centrales de charbon. D’après une étude, les mines chinoises pourraient émettre 130,50 millions de tonnes de dioxyde de carbone d’ici à 2024 si rien n’est fait. Une partie de ce message est bien entendu vrai. Et tout ce bashing sur le bitcoin a contribué à « verdir » le mining et tout cela c’est déroulé bien plus vite que prévu. Comme quoi, quand on veut ou quand on a besoin que son cours augmente … on peut.

Une décision bien motivée certes, mais assez surprenante, voire hypocrite, lorsque l’on sait que Tesla a investi 1,5 milliard de dollars dans la cryptomonnaie, et qu’à la fin du premier trimestre, son portefeuille de bitcoins était évalué à 2,48 milliards de dollars.

Manipuler les petits porteurs qui sont plus nombreux que les gros

Pourquoi ces FUDs ? La technique consiste à diffuser des informations négatives, souvent vagues et inspirant la peur dans le but, parfois, de faire baisser le prix et/ou de discréditer un projet.

Cela déclenche des mouvements de marché qui peuvent être très importants, comme le montre l’exemple récent de la décision d’Elon Musk. Ces mouvements de marché ont généralement pour effet d’enrichir les whales (acteurs importants possédant un gros capital). Certains, dont le but est de faire plonger les cours afin de pouvoir acheter des bitcoins à un prix nettement inférieur, utilisent cette méthode afin de réaliser un bien plus gros profit. Ce qui n’est pas à la portée du petit porteur et se fait à son dépend.


L’offre de la semaine :

Réduire ses frais en investissement

Il peut sembler fou que pour augmenter son épargne, les particuliers soient amenés à verser des frais conséquents sans même avoir la garantie du retour sur investissement. En effet, une assurance vie, investir en Bourse ou dans les cryptomonnaies, est loin d’être un investissement sécurisé. Et pourtant les frais sont toujours là.

Entre crise, pandémie et politique, 157 milliards d’euros d’épargne ont été accumulés par les Français, en grande partie sur le livret A dont les encours ont atteint 346,1 milliards d’euros fin août 2021. Un placement simple, mais dont le rendement est très faible et bien loin de l’inflation, 0,5% vs 2,1% (pour le mois de septembre d’après l’INSEE).

Pour ceux qui ne sont pas encore lancés ou ne connaissent pas les chiffres de ce secteur, et qui de ce fait, ne se rendent pas vraiment compte, même le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a tapé du poing sur la table disant que : « Les frais des plans d’épargne retraite sont excessifs. Je ne peux pas me contenter de la transparenceJe veux que la transparence conduise à une réduction des frais. » Selon le du Comité consultatif et financier (CCSF) de juillet, pour 100€ investis et un rendement de 6% par an, le souscripteur gagne 83,50€ au bout de 20 ans. Dans le même temps, les intermédiaires auront prélevé 81€ de frais.

Rare : Mon Petit Placement ne se rémunère que si son client gagne

En effet, c’est un fait assez rare pour être souligné surtout lorsque l’on connait le poids des frais sur les performances, au détriment des épargnants et ça, les créateurs de mon Petit Placement l’ont bien compris.

Cet acteur de la néo-épargne propose un investissement dont les frais dépendent des résultats, aussi bien pour les novices que pour les initiés via une solution simple et efficace.

Détail des frais : zéro frais d’ouverture, de retraits, de passage d’ordre. D’autant plus que 300 euros suffisent pour démarrer. La commission varie de 5% à 25% de la plus-value en fonction du montant placé et du nombre de filleuls (système de parrainage).

Et les performances ? Certains pourraient penser que l’absence de frais signifie mauvaise qualité des produits financiers. Or c’est tout le contraire, surtout lorsque l’on sait que mon Petit Placement se rémunère sur les performances des placements, il vaut mieux qu’ils rapportent. Pour cela l’établissement donne accès à des produits financiers haut de gamme habituellement réservés aux gros portefeuilles. La performance moyenne réalisée sur leurs 4 portefeuilles en 2020 est de 8,3%, avec des produits financiers comme Pictet, Lazard et JP Morgan pour les plus connus.


Le chiffre de la semaine :

Elle touche 90000€ pour des travaux mal réalisés par l’ancien propriétaire

Un article issu du Magazine Capital explique qu’un particulier ayant acquis un bien immobilier peut se retourner contre l’ancien propriétaire si celui-ci a réalisé des travaux de mauvaise qualité.

Immobilier et Travaux : Ce que dit la Loi sur la protection des nouveaux acquéreurs

Selon la loi, un particulier qui entreprend lui-même une rénovation d’ampleur, et est dès lors réputé constructeur, il est non seulement redevable de la garantie décennale, qui protège l’acheteur si un défaut compromet la solidité de l’ouvrage ou le rend impropre à sa destination, mais aussi, pour les malfaçons de moindre importance, de la garantie de droit commun.

D’après service-public.fr « Tout constructeur d’un ouvrage neuf ou existant (bâtiment divers, logements) est responsable des dommages qui peuvent survenir sur la construction pendant 10 ans. Il engage sa responsabilité à l’égard du maître d’ouvrage : personne publique ou privée pour le compte de laquelle des travaux ou un ouvrage immobilier sont réalisés et des acquéreurs successifs du bien ». Il peut être un entrepreneur, un promoteur, un lotisseur, un maître d’œuvre, un architecte, un technicien, un bureau d’étude, un ingénieur-conseil, un artisan, un autoentrepreneur. Un particulier qui construit pour lui-même doit également s’assurer.

Les constructeurs étrangers doivent justifier que leur garantie couvre la responsabilité décennale, selon la loi française, pour les contrats exécutés en France. De son côté, le maître d’ouvrage a l’obligation de souscrire une assurance dommages-ouvrages. Elle permet de rembourser ou d’exécuter des réparations couvertes par la garantie décennale sans rechercher les responsabilités de chacun. L’assurance décennale des constructeurs couvre les dommages touchant les éléments suivants :

  • Ouvrages de fondation et d’ossature,
  • Ouvrages de viabilité (réseaux, assainissement),
  • Voirie (chemin d’accès),
  • Ouvrage avec fondations (véranda, terrasse, piscine enterrée…),
  • Éléments d’équipement indissociables du bâtiment (canalisation, plafond, plancher, chauffage central, huisseries, installation électrique encastrée…).

À titre d’exemple, les fortes pluies de la semaine dernière ont eu pour effet d’inonder des garages de bâtiments neufs à cause de fuites ou de non-fonctionnement des pompes d’évacuation. Les syndics de copropriété ont donc contacté les promoteurs en question pour qu’ils fassent marcher la garantie décennale et réparent ce qui ne fonctionnait pas ou été endommagé.

Faire appel à des experts

Voilà pourquoi, sauf si vous êtes vraiment un bon bricoleur (et non un du dimanche) il faut s’adresser à des experts et être prêts à payer le prix. Qu’il s’agisse d’eau, d’électricité, de toiture… mieux vaut faire appel à un expert, ce dernier pourra évaluer l’état du bien et voir s’il présente des signes inquiétants. Également il saura quelle est la meilleure manière d’opérer les travaux, si ces derniers nécessitent des travaux d’amélioration ou de consolidation au préalable…


Mentions légales 

Dans le cadre d’un contrat d’assurance vie, les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.
Investir en Bourse, dans les crypto, dans une SCPI ou les ETF comporte un risque de perte totale ou partielle en capital.

 

Un Crédit vous engage et doit être remboursé à échéance. Vérifiez votre capacité d’endettement avant de signer un contrat.

Cet article est exclusivement destiné à l’information. Avant de faire un choix dans un produit financier ou de vous lancer dans une action, renseignez-vous auprès de notre conseiller qui vous guidera au mieux. Il réalisera pour vous un bilan social et patrimonial et vous guidera.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire