Changer de banque pour un compte pro : près de la moitié des travailleurs indépendants ouvert à la démarche

Publié le - Auteur Par Olivier B.
Changer de banque pour un compte pro : près de la moitié des travailleurs indépendants ouvert à la démarche

Dans son étude « Les indépendants face à la crise Covid-19 », publiée au mois d’avril 2020, l’institut Kantar s’intéressait aux attentes des travailleurs indépendants vis-à-vis de leur banque. En période de crise et de distanciation sociale, près de la moitié d’entre eux se dit ouvert à changer de banque si l’offre est meilleure. Ce constat peut-il être favorable aux banques en ligne ? Réponses.

70% des pros ouverts à l’offre digitale

  • Oui, les banques en ligne gagnent du terrain puisque 70% des sondés n’y sont pas réfractaires.
  • Mieux : 13% affirment être « clairement » ouvert à l’offre des banques en ligne.
  • Parmi les 30% récalcitrants, on retrouve une population plus âgée (40-55 ans) et provinciale.

Fintech dédiée aux pros : l’attrait des frais bancaires et de la vitesse des opérations

Les raisons qui incitent à choisir un établissement en ligne pour son compte pro chez les travailleurs indépendants restent :

  • le prix (raison n°1 pour 30%),
  • mais surtout la rapidité et la facilité à réaliser les opérations (pour 55% en cumul de réponses).

Les professionnels interrogés attendent aussi une bonne accessibilité au service client, sans oublier de scruter la réputation et la solidité de l’établissement. Autrement dit, les travailleurs indépendants veulent des frais bancaires attractifs et se faciliter la vie au quotidien.

En effet, une récente enquête délivrée par l’Observatoire du financement des entreprises révèle que les professionnels payent en moyenne 1700€ de frais par an. Ce qui est énorme par rapport aux particuliers dont la fourchette tarifaire se situe entre 66 et 210€. Il est facile de comprendre qu’un besoin d’économiser se fait sentir, d’autant plus pour les indépendants.

Il ne s’agit pas de vraies banques

C’est toute la promesse des acteurs digitaux positionnés sur une clientèle professionnelle : Shine, Qonto, Manager One, Anytime, Blank, etc.. L’argument consiste à proposer des prix plus bas que les banques traditionnelles, et des applications mobiles bancaires dotées de fonctionnalités qui permettent à leurs clients de se dégager du temps à réinvestir sur leur activité. Sans oublier que ces établissements ne détiennent pas l’agrément bancaire. Il ne s’agit en aucun cas de véritable banque, mais d’une solution de paiement optimisée et agrémentée de services annexes très utiles.

Quelques lacunes 

Les autres raisons proposées par l’étude Kantar sont moins prioritaires, notamment l’accès au conseil ou au crédit. Même constat pour l’engagement d’une banque sur les sujets sociétaux et environnementaux qui ne récolte que 7% des réponses sur les attentes des travailleurs indépendants vis-à-vis de leur banque.

Concernant le financement, ces acteurs en ligne évoluent rapidement :

  • Sine propose des financement via FranFinance,
  • Qonto via October, et les autres devraient suivre.

80% des pros gèrent leur compte en ligne

En ce qui concerne la relation en cours avec leur établissement bancaire, 8 travailleurs non salariés sur 10 consultent et gèrent leur compte pro en ligne. En effet, les banques traditionnelles proposent désormais toutes des services en ligne. 56% précisent que cette habitude était déjà ancrée avant la pandémie.

La crise Covid-19 a tout de même influencé 18% des travailleurs indépendants qui ont bien pris conscience de l’intérêt d’avoir accès à des services bancaires en ligne. Néanmoins, 20% des professionnels continuent d’apprécier le rôle du conseiller bancaire. Ce besoin d’accompagnement est plus marqué hors Ile-de-France avec la proximité des agences physiques.

Traditionnel versus numérique : deux solutions qui se complètent

L’idéal en effet est de combiner une offre classique dans un établissement physique avec une Fintech. Cette dernière sera plus réactive, plus flexible et moins chère.

La banque traditionnelle permettra de conserver une relation humaine, de faciliter l’accès au crédit et l’alimentation du compte en espèce et chèque.

 

 

Un compte bancaire pro, est-ce une obligation ?

Oui et non. Tout dépend du statut juridique de l’entreprise : est-ce une société à capital social ou une entreprise individuelle ? Explications.

Pourquoi ouvrir un compte bancaire professionnel ?

Un compte bancaire professionnel est essentiel pour séparer son activité de ses dépenses privées. Cette distinction est essentielle pour limiter au maximum les confusions et les erreurs sur le plan comptable et fiscal.

Autres arguments en faveur d’un compte bancaire pro en ligne : pouvoir nommer des mandataires et co-titulaires, et avoir accès à des services bancaires dédiés aux professionnels.

Obligatoire pour les sociétés à capital social

L’obligation d’être titulaire d’un compte pro n’a lieu que pour les sociétés à capital social (EURL, SARL, SA, etc.). L’ouverture d’un compte professionnel est incontournable au moment de créer sa société pour y déposer le capital social, étape préalable à l’immatriculation.

D’ailleurs, les banques en ligne dédiées aux pros proposent le service de création d’entreprise et de dépôt de capital.

Facultatif pour les entreprises individuelles

En revanche, pour les entreprises individuelles (micro-entreprise par exemple), avoir un compte bancaire pro est facultatif. Pour séparer ses finances professionnelles de ses finances privées, il suffit d’ouvrir un autre compte bancaire classique.

Le choix d’ouvrir un compte bancaire pro dépend alors de ses besoins : cartes de paiement, outils de facturation, terminal de paiement, assurances professionnelles, etc.

 

 

 

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire