Ticket-Restaurant : le plafond à 38 € prolongé

Publié le - Auteur Par Hélène N.
Ticket-Restaurant : le plafond à 38 € prolongé

La hausse du plafond des tickets-restaurant à 38 € a été mise en place afin de soutenir les employés et leur pouvoir d’achat affectés par les mesures de restriction dues à la pandémie. Elles devaient prendre fin le 28 février 2022. Toutefois, l’État a annoncé que ce tarif serait maintenu jusqu’en juin 2022. Une bonne nouvelle pour les ménages français qui bénéficient de cette aide pour réduire leurs budget alimentation.

Le maintien de la hausse en faveur des salariés

Les mesures de restrictions ont défavorisé certains secteurs et de nombreux salariés. La hausse de 38 € est avantageuse sur tous les points pour les salariés, mais aussi pour les restaurateurs.

Qui est concerné par cette hausse du plafond des tickets-restaurant ?

Le maintien de la hausse du plafond des tickets-restaurant s’explique surtout par la difficulté des salariés à faire face aux mesures sanitaires. Elle concerne en général 4 millions de travailleurs, selon le site officiel du gouvernement.

Toutefois, étant donné que le surcoût lié à la restauration ne concerne pas les salariés en télétravail, ceux-ci ne peuvent bénéficier de cette mesure d’allègement.

Les salariés qui ont droit à ces compensations doivent tenir compte de la validité de chaque ticket. En effet, selon le site service-public.fr, l’utilisation des tickets-restaurant datant de 2021, a pris fin en février. Ainsi, il est indispensable de les échanger gratuitement jusqu’au 15 mars 2022 pour en obtenir de nouvelles pour cette année 2022.

Dans quel cadre est-il possible d’utiliser les tickets-restaurant ?

Le contexte d’utilisation des tickets-restaurant a également connu un changement en faveur des bénéficiaires. En général, un ticket-restaurant peut être utilisé pour effectuer des achats dans les établissements définis par l’article 2 du décret n° 2020-706 selon droit-fiances.commentcamarche.com. Cela concerne :

  • les restaurants traditionnels indépendants ou dans les hôtels,
  • les brasseries proposant un service de restauration,
  • la restauration rapide,
  • les établissements proposant un self-service.

Les magasins alimentaires et les supermarchés ne sont pas concernés par cette mesure.

Par ailleurs, les tickets-restaurants peuvent être utilisés 7 jours sur 7, y compris les jours fériés. De même, selon les établissements, les salariés bénéficient aussi du click and collect ou de la livraison à domicile.

Le projet de tickets-restaurant pour étudiant au point mort

La question des tickets-restaurant concerne aussi les étudiants. En effet, un projet de loi prévoyait que ces derniers doivent également avoir droit à ce privilège à hauteur de 6.60 € journalier. Cependant, le projet se heurte à de nombreux obstacles.

Que prévoit le projet ?

Le projet vise tout d’abord à réduire la dépense des étudiants en matière d’alimentation. Il prévoit un ticket-restaurant à hauteur de 6.60 €. Dans ce cas, l’État prend en charge 50 % du coût et le reste revient aux étudiants. Cette mesure concerne principalement les étudiants qui ne disposent pas d’infrastructure de restauration. Selon moneyvox.fr, ils seraient entre 200 000 et 500 000 étudiants. S’il le projet aurait dû être opérationnel en janvier 2022, il n’avance pas.

 

Quels sont les obstacles et les redressements nécessaires pour réaliser le projet ?

Bien que le projet propose une aide effective aux étudiants, il ne fait pas l’unanimité. Et pour cause, le nombre d’éléments à considérer est nombreux.

Tout d’abord, les principaux acteurs, les restaurants sont réticents à l’idée d’adopter des mesures d’aides aux étudiants n’est pas nouvelle et qu’un tel dispositif est déjà en place. Si cela peut réduire le nombre de bénéficiaires, les émetteurs ne souhaitent pas multiplier les solutions pour des projets fondamentalement similaires.

Par ailleurs, le budget pose également problème. En effet, même avec une prise en charge à hauteur de 3.30 €, le projet coûterait entre 2 et 3 milliards d’euros par an à l’État. Face à ces contraintes, le projet peine à avancer.

Par Hélène N.

Hélène est rédactrice pour ComparateurBanque.com depuis 2019. Elle traite souvent de sujets liés à l'actualité.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire