Pouvoir d’achat : Noël sera-t-il gâché en raison de l’inflation ?

Publié le - Auteur Par Nantcy L
Pouvoir d’achat : Noël sera-t-il gâché en raison de l’inflation ?

Repas de fête, décoration, cadeaux… En ce Noël 2022, les Français, qui s’inquiètent de plus en plus pour leur pouvoir d’achat, vont devoir composer avec l’inflation. Vont-ils devoir renoncer à certains plaisirs ? Quelles stratégies entendent-ils mettre en place pour sauver les fêtes de fin d’année ?

 

Le Père Noël sera-t-il moins généreux cette année ? Alors que l’inflation perdure – en novembre 2022, les prix à la consommation augmentent minimum de 6,2 % sur un an selon l’Insee – la hotte du bonhomme rouge à barbe blanche pourrait bien être moins remplie qu’à l’accoutumée. Et les ménages s’en inquiètent. D’autant qu’ils estiment « manquer de 510 € par mois pour vivre convenablement », nous confiait récemment Mathieu Escarpit, directeur Marketing chez Cofidis France. « C’est une somme record, jamais observée depuis que nous posons la question dans notre Baromètre du pouvoir d’achat des Français, soit depuis 2014. » Dans ce contexte, vont-ils devoir revoir leur budget à la baisse en se privant de quelques plaisirs ou préfèrent-ils puiser dans leur épargne de précaution pour « sauver » les fêtes et la joie des enfants qui découvrent leurs cadeaux au pied du sapin ?

Noël et inflation : ce que craignent les foyers français

D’après la 6e édition de l’enquête Cofidis « Budget, stratégies financières et bons plans des Français pour Noël », réalisée en partenariat avec CSA Research, 53 % des Français craignent que le contexte économique impacte les fêtes de fin d’année.

Noël et inflation : des dépenses limitées ?

Parmi eux, plus de 8 sur 10 redoutent l’envolée des prix des denrées alimentaires et des cadeaux (7 sur 10). S’ils vont limiter leurs dépenses sur des postes jugés moins prioritaires, comme la tenue vestimentaire (23 %) et la décoration (19%), ils n’entendent pas faire de compromis sur le menu : « le repas reste le poste de dépenses le plus préservé par les Français pour Noël (seuls 5% chercheront à y limiter leurs dépenses) », peut-on lire dans l’enquête.

Noël et pouvoir d’achat : préserver l’essentiel avant tout

Cette année, les ménages s’attendent à devoir dépenser plus. Ils n’envisagent d’ailleurs pas de réduire le nombre de cadeaux qu’ils offriront, qui est de 7 en moyenne (chiffre stable depuis 2019). Le budget moyen pour Noël s’élève ainsi à 568 € cette année. C’est 35 € de plus qu’en 2021. Voici en détails les sommes allouées à chaque poste de dépenses :

  • Les cadeaux : 354 €, soit + 27 € par rapport à 2021
  • Les repas : 127 €, soit + 10 € par rapport à 2021
  • La décoration : 27 €, soit +2 € par rapport à 2021
  • La tenue vestimentaire : 23 €, soit +2 € par rapport à 2021
  • Les transports : 23 €, soit +2 € par rapport à 2021

Notons cependant que ce « budget Noël » varie du simple au double en fonction de l’âge et de la catégorie socio-professionnelle :

  • « 420 € chez les 25-34 ans, contre 725 € chez les 65 ans et plus.
  • 400 € chez les personnes sans activité professionnelle contre 804 € chez les retraités anciennement CSP+ », précise l’enquête Cofidis.

 

Noël et inflation : comment se faire plaisir sans se priver ?

Anticipation et optimisation : voici les maîtres mots pour préparer Noël.

Noël et pouvoir d’achat : les stratégies des Français

Au vu du contexte économique particulier, les Français n’ont pas eu d’autres choix que d’anticiper leurs dépenses. « Pour 40% d’entre eux, les achats commencent en octobre et novembre afin de profiter d’offres promotionnelles pour leurs cadeaux », révèlent Cofidis dans son étude. Afin d’optimiser au mieux leur budget, ils ont aussi recours « à l’utilisation de « cash back » ou de points sur les cartes fidélité, plébiscité par 25% des Français ». Enfin, 24 % d’entre eux ont fait le choix de sacrifier les présents des adultes et de n’offrir des cadeaux qu’aux enfants.

Inflation : et si la seconde main « sauver » Noël ?

Articles culturels ou high tech, vêtements… Depuis quelques années, le marché de la seconde main a le vent en poupe. 77 % des Français ont en effet déclaré avoir déjà acheté un article culturel d’occasion et 66 % en ont déjà vendu, selon l’étude « Les Français et la culture d’occasion », réalisée par Momox, société allemande de recommerce (lié au reconditionnement). Ce nouveau mode d’achat-vente avec le consommateur-vendeur a l’avantage d’être à la fois économique et écologique. D’ailleurs, pourquoi ne pas revendre les anciens jouets que les enfants ou petits-enfants ont délaissé pour ensuite en acheter de nouveau ? En plus d’une parfaite maîtrise du budget, cela permettra de ne pas trop encombrer les placards inutilement. Astucieux n’est-ce pas ? Ceux étant doués pour les travaux manuels peuvent aussi se tourner vers le DIY (Do it yourself), pour confectionner de jolis décorations et petits cadeaux. Ces pratiques éviteront à certains de piocher dans leur épargne ou pis, de contracter un crédit à la consommation.

 

Par Nantcy L

Journaliste plurimedia depuis 15 ans, je m'intéresse à différents univers : économie, lifestyle, société, culture, psycho & développement personnel... Pour Comparateurbanque.com je vous livre, à l'aide d'experts, des conseils pour mieux gérer votre argent.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire