Les Français veulent consommer mieux, mais ne peuvent pas toujours

Publié le - Auteur Par Antonin C.
Les Français veulent consommer mieux, mais ne peuvent pas toujours

Selon l’étude établie par ObSoCo, le comportement des consommateurs français a changé à l’issue du confinement. Force est de constater que nombreux d’entre eux souhaitent « consommer mieux ». Mais pourront-ils y arriver ?

Qu’apporte l’étude de l’ObSoCo ?

L’Observatoire Société et Consommation (ObSoCo) a mené une enquête par questionnaire autoadministré en juillet dernier. Cette enquête a été réalisée sur un échantillon de 1 000 Français de 18 ans et plus.
Cette étude porte sur le comportement des consommateurs français après le confinement et l’impact de la crise sanitaire sur leur mode de consommation. Elle a permis de comprendre que les Français sont nombreux à vouloir « consommer mieux ». Mais avec le contexte actuel, ils sont cependant contraints de faire des concessions.

« Consommer mieux » : sa signification diffère d’un foyer à l’autre

1 Français sur 2, soit 42 % de la population pour être plus précis, souhaite consommer mieux. Cela concerne généralement 41 % des citadins qui vivent dans les grandes villes et 36 % des cadres intermédiaires.

« Consommer mieux » peut avoir une signification différente d’un foyer à l’autre. Raison pour laquelle l’Obsoco essayé de déterminer ce que les ménages entendent par « consommer mieux ».
Il s’avère alors que 1/3 des ménages français considèrent qu’ils doivent « acheter des produits vraiment utiles » pour consommer mieux. 23 % pensent qu’ils doivent opter pour les produits locaux… tandis que 21% privilégient les produits bons pour la santé pour consommer mieux.
Dans tous les cas, l’habillement et les loisirs ont été enregistrés par les Français comme des besoins facultatifs.

Le pouvoir d’achat des Français enregistre une baisse

La crise sanitaire qui a généré une crise économique a impacté la situation financière et le pouvoir d’achat de 41 % des Français.
Le pouvoir d’achat des Français a effectivement diminué. Ce même pouvoir d’achat qui se portait pourtant mieux en 2019 ! En effet, par rapport au baromètre du pouvoir d’achat de 2018, celui de l’année dernière indiquait une nette amélioration.

C’est pour cette raison, que l’analyse des retombées de l’étude se nomme : « Entre vouloir et pouvoir d’achat » car la différence entre ces deux notions est énorme. D’autant plus en temps de crise.

A noter également : plus de 4 Français sur 10 sont en découvert chaque mois, selon francetransactions.com. Cette année, le découvert bancaire a enregistré une hausse de + 9,97 %, soit (375 €) par rapport à l’année 2018 (341 €), selon un sondage publié par Cofidis-CSA le 4 juin 2020.
Il faut aussi retenir que les commerçants, les chefs d’entreprise et les artisans ont enregistré une baisse du pouvoir d’achat de 74 %. Pour les ouvriers, il est de 56 %. Et pour les demandeurs d’emploi : de 59 %.

La crise sanitaire oblige les Français à s’accommoder de la situation

« Consommer mieux », c’est « augmenter les dépenses »

Plus de la majorité des Français, soit 8 sur 10 individus ayant participé à l’enquête, estiment que consommer mieux coûte plus cher.
Pourtant, le contexte actuel contraint les ménages à réduire leurs dépenses et à faire des concessions. Pour optimiser leur budget, ils se retrouvent obligés de revoir leur mode de consommation. Cela leur permet d’avoir un minimum de reste à vivre et d’éviter le découvert bancaire.
Avec un budget mensuel limité, certains préfèrent se passer des choses qu’ils considèrent comme d’utilité secondaire :
– 79 % ont renoncé aux produits de grande marque.
– 54 % ne consultent plus les médecins spécialistes.
– 64 % ont arrêté les médicaments non prescrits.
Selon cette étude de l’Obsoco, les Français privilégient également l’alimentation au détriment de l’habillement.

Les Français misent sur des projets à moyen et à long terme

Faute de « consommer mieux », les Français préfèrent améliorer leur confort de vie en misant sur des projets à moyen ou à long terme. Selon toujours le résultat de l’étude entreprise par l’ObSoCo, 38 % des personnes ayant participé au sondage économisent pour aménager leur logement. Et 37 % cherchent à remplacer leurs équipements électroménagers.

Cette étude est significative, mais reste incomplète dans la mesure où elle a été réalisée uniquement sur une petite portion représentative restreinte de Français, soit des individus entre 18 et 25 ans. Il faut retenir que la crise sanitaire touche toute la population et non cette tranche d’âge uniquement. Les données fournies peuvent donc changer si on tient compte du comportement des individus entre 26 et 62 ans, ainsi que les seniors à la retraite.

Pour aider les français à gagner en pouvoir d’achat, ComparateurBanque.com travaille avec acharnement tous les jours. Nous scannons le web à la recherche de solutions innovantes et avec le meilleur rapport qualité-prix, nous cherchons des nouveaux outils : simulateurs en assurance, en crédit, match entre établissement … pour que vous trouviez en un minimum de clic la solution la plus adaptée à votre budget.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire