Depuis le 19 juillet, le salaire des Français va enfin dans leur poche !

Publié le - Auteur Par Danielle B
Depuis le 19 juillet, le salaire des Français va enfin dans leur poche !

Chaque année, afin d’éclairer davantage les citoyens, l’Institut Economique Molinari ou IEM fait part des résultats de ces études concernant la pression fiscale et sociale en Europe. Pour ce faire, elle utilise une démarche qui permet d’avoir une vue simple et claire sur l’ampleur des impôts et des charges. Un jour symbolique dit de « libération sociale et fiscale » est fixé à partir de ces études. Celles-ci ont été menées sur des salariés moyens résidant dans les 27 pays européens. Cette étude permet de comprendre le poids des taxes et impôts sur le pouvoir d’achat et l’importance de réduire ses frais inutiles.

Le jour de libération fiscale

Une date mesurant le niveau de liberté des salariés

Les études menées annuellement par l’IEM ont été effectuées sur un profil précis :

  • salarié moyen,
  • célibataire et
  • sans enfant à charge.

Celles-ci définissent ensuite le jour de libération fiscale et sociale pour chacun des pays de l’Union Européenne. Il s’agit du premier jour où les contribuables ont réuni assez d’argent afin de s’acquitter des impôts, des taxes et des cotisations sociales obligatoires. Ainsi, en théorie, à compter de ce jour, ils peuvent enfin profiter entièrement des fruits de leur travail.

Il en découle de ces études que les salariés Français sont théoriquement libérés socialement et fiscalement à partir du 19 juillet.

Cette date semble complètement folle. Cela signifie que les français passent plus de la moitié de l’année à payer des taxes pour financer l’économie. Autant d’argent qui n’est pas réinjecter directement dans l’économie réelle mais dans les rouages complexes de la machine étatique.

Une date tardive comparée à celle des voisins européens

La libération fiscale de la France reste la plus tardive comparée à celle des autres pays européens, et ce, depuis cinq années successives. Certains pourraient dire, « seulement cinq années », tellement les français ont l’impression de payer des taxes et impôts à tout va.
Cette année 2020, la moyenne européenne était le 14 juin. Chypre et Malte arrivent en tête avec une date fixée respectivement le 13 et le 19 avril. Les contribuables du Royaume-Uni ont été libérés dès le 8 mai, tandis que les salariés Espagnols, Allemands et Italiens ont profité entièrement de leur salaire depuis respectivement le 8 juin, le 4 juillet et le 8 juillet.

Cette date tardive démontre que la France est en tête d’un point de vue pression fiscale et sociale. Certes, le citoyen français bénéficie d’une meilleure protection sociale. En revanche,  il doit travailler plus que la plupart de ses voisins européens pour renflouer les caisses de l’Etat.

Une forte pression fiscale

Une pression sociale et fiscale légèrement en baisse

Selon l’IEM, la forte pression fiscale n’assure pas une meilleure qualité de vie. D’ailleurs, sur une vingtaine de pays d’Europe, la France ne se trouve qu’à la 10ème place selon l’indicateur économique du « vivre mieux » conçu par l’OCDE.

Si cette année les contribuables français ont pu bénéficier d’une baisse de l’impôt sur le revenu, la pression fiscale reste la plus importante de toute l’Union. En 2020, une très légère baisse de -0,05 % de la fiscalité a été constatée en comparaison avec celle de l’année dernière.  En effet, celle-ci reste cette année à 54,68 %. Grâce à cette baisse, le salarié moyen gagne 126 euros en une année. Ce gain était de 403 euros en 2019 compte tenu de la diminution des charges sociales.

Qu’en est-il du pouvoir d’achat ?

Selon l’IEM, les impôts et les charges d’un salarié français moyen correspondant à 121 euros lui font bénéficier d’un pouvoir d’achat de 100 euros. En moyenne, les salariés de l’Union Européenne doivent s’acquitter de 85 euros de charges fiscales.  Chez les Belges et les Autrichiens, ce montant est respectivement de 116 et de 120 euros.

En théorie, avec 56.461,00 euros, le salaire d’un citoyen moyen Français est élevé. Pourtant avec 54,68 % d’impôts et de charges prélevés sur son gain, son pouvoir d’achat réel ne s’élève qu’à 25.589,00 €.

 

Bien qu’en France l’impôt sur le revenu ait été revu à la baisse cette année, certains pays européens ont mis en place des baisses de prélèvements bien plus importantes en guise de soutien face aux conséquences de la pandémie.

Que faire pour augmenter un peu son pouvoir d’achat ?

ComparateurBanque vous aide à réduire les frais inutiles sur les cotisations bancaires et en assurance. Ainsi, cela permet de retrouver un petit plus de pouvoir d’achat. Passer à la banque en ligne, comme Monabanq ou Fortuneo, utiliser un comparateur d’assurance pour mettre en concurrence votre assureur tous les ans permet de bénéficier des meilleures conditions. Notre site est là pour vous aider à retrouver le sourire.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire