L’ancien patron de FTX, Sam Bankman-Fried, arrêté aux Bahamas.

Publié le - Auteur Par Tony L.
L’ancien patron de FTX, Sam Bankman-Fried, arrêté aux Bahamas.

Sam Bankman-Fried, le fondateur et ancien PDG de l’exchange de crypto-monnaies en faillite FTX a été arrêté aux Bahamas à la demande des autorités américaines.

SBF en prison

Avant sa chute, FTX était la seconde bourse centralisée de crypto-monnaies dans le monde. Sam Bankman-Fried et Zixiao « Gary » Wang ont fondé FTX en mai 2019. FTX a commencé au sein d’Alameda Research, une société commerciale fondée par Bankman-Fried, Caroline Ellison et d’autres anciens employés de Jane Street en 2017, à Berkeley, en Californie. FTX était une abréviation de « Futures Exchange ».

Des responsables aux États-Unis et aux Bahamas ont confirmé lundi 12 décembre que Bankman-Fried (communément connu sous ses initiales, SBF) avait été arrêté. Jusqu’à présent, on ne sait pas exactement quelles accusations ont été portées contre lui. Un acte d’accusation lié à l’affaire sera rendu public le 13 décembre dans le district sud de New York, ont indiqué des responsables.

Une tentative d’échapper à ses responsabilités

L’arrestation de l’entrepreneur américain de 30 ans précède son témoignage prévu devant le Congrès américain mardi 13.

Dans un tweet du 4 décembre, Bankman-Fried avait proclamé que c’était son “devoir de comparaître devant le comité et de s’expliquer”, mais simplement une fois qu’il aurait “fini d’apprendre et d’examiner ce qui s’est passé”, précisant qu’il n’était convaincu que cela arrive d’ici le 13 décembre.

Lire notre article → Le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, tente d’échapper à ses responsabilités. 

Attente d’une demande d’extradition

Selon un communiqué de presse publié lundi 12 décembre 2022 par le Bureau du procureur général des Bahamas , l’arrestation de SBF a été effectuée par la police royale des Bahamas.

Pendant ce temps, les Bahamas attendent une demande d’extradition des États-Unis, déclarant qu’elle sera traitée rapidement « conformément à la loi bahamienne et à ses obligations conventionnelles avec les États-Unis ».

Le Premier ministre des Bahamas, Philip Davis, a déclaré que les deux pays avaient “un intérêt commun à tenir pour responsables toutes les personnes associées à FTX qui pourraient avoir trahi la confiance du public et enfreint la loi. Alors que les États-Unis ont mis en place individuellement des poursuites pénales contre SBF, les Bahamas poursuivront leurs propres enquêtes réglementaires et pénales sur l’effondrement de FTX, avec la coopération continue de ses partenaires chargés de l’application de la loi et de la réglementation aux États-Unis et ailleurs.”

 

SBF fait face à de nombreuses accusations

L’arrestation de l’ancien crypto-milliardaire est intervenue après que les États-Unis ont informé les Bahamas des accusations criminelles portées contre SBF. Damian Williams, avocat américain du district sud de New York, a déclaré dans un tweet lundi « Nous prévoyons de lever les scellés sur l’acte d’accusation dans la matinée (de mardi 13) et nous aurons plus à dire à ce moment-là. »

Malgré l’approche discrète du gouvernement sur l’affaire, le New York Times semble avoir obtenu les détails, signalant que SBF est confronté à une gamme de crimes financiers, y compris la fraude en valeurs mobilières, le complot de fraude en valeurs mobilières, la fraude électronique, le complot de fraude électronique et le blanchiment d’argent.

Rappel des faits qui ont précédés l’arrestation

FTX, qui était autrefois l’étoile montante de l’industrie des crypto-monnaies, a implosé le mois dernier dans une orgie de malversations financières déclenchant un tsunami dans la crypto sphère et le monde du web3. Après avoir admis avoir mal géré les actifs des clients, SBF a démissionné de son rôle de dirigeant et FTX a déposé son bilan, ruinant au passage des dizaines d’autres entreprises liées financièrement à l’exchange ainsi que près d’un million d’investisseurs.

Un examen initial des finances de l’entreprise par le nouveau PDG de l’entreprise, John Ray III chargé de superviser à l’époque la liquidation d’Enron après sa faillite retentissante, semble montrer une mauvaise gestion financière endémique. De plus, des milliards de dollars de fonds clients manquent toujours et personne ne semble savoir où ils se trouvent.

Pourtant, après avoir été à l’origine de l’un des effondrements d’entreprises les plus spectaculaires de l’histoire moderne, Sam Bankman-Fried a réussi à rester un homme libre pendant plus d’un mois, une période que beaucoup considèrent déjà comme un laps de temps anormalement long. Pendant des semaines, les commentateurs se sont demandé quand – ou même si – le dirigeant en disgrâce ferait face à des répercussions juridiques pour le gâchis financier causé par son entreprise.

Au lieu d’être arrêté, cependant, le jeune magnat de la technologie a passé les dernières semaines à participer à une « tournée publicitaire » médiatique – donnant des interviews aux principaux réseaux d’information, dont ABC et le New York Times.

Maintenant, il semblerait que la tournée soit officiellement terminée. Bankman-Fried semble avoir beaucoup de problèmes, mais nous devrons encore patienter pour voir à quel point.

Lire notre article → Le cabinet Ziegler & Associés lance un recours contre FTX [Entretien Exclusif]. 

Depuis début décembre, il est possible pour les investisseurs français piégés par FTX qui ont perdu leur investissement dans la faillite de l’exchange crypto, de participer à un recours collectif contre la plateforme grâce à l’initiative d’un cabinet d’avocats parisien.

Possibilité pour les investisseurs Français de se tourner contre FTX pour escroquerie en rejoignant le recours organisé par Ziegler et Associés.

Par Tony L.

Passionné de cryptos, Tony vous propose régulièrement des articles ou des dossiers exclusifs dans lesquels il partage avec vous le fruit des ses réflexions et de ses investigations. Il vous invite à le suivre en immersion dans l'univers fascinant de la blockchain et des crypto-monnaies.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire