FTX : pourquoi les utilisateurs ne seront pas remboursés

Publié le - Auteur Par Tony L.
FTX : pourquoi les utilisateurs ne seront pas remboursés

La faillite de FTX n’en finit plus d’abreuver de questions la crypto sphère. Ces questions sont légitimes bien évidemment, car nous voulons tous des réponses pour expliquer ce fiasco lamentable qui prend de plus en plus la tournure d’une arnaque planétaire.

Des questions sans réponses …

Qui a vidé les fonds de FTX pendant le week-end ? Quelles sont les chances que les utilisateurs récupèrent leur argent ? Où allons-nous à partir de là ? Quand des arrestations seront-elles effectuées ? Pourquoi d’autres exchanges déplacent-ils de l’argent ? Et comment avons-nous pu ignorer tous les signaux montrant que SBF et FTX étaient une imposture ?

Même si nous n’avons pas encore de réponses à toutes ces questions, et il faudra peut-être un certain temps avant que quelqu’un en ait, il y a eu cependant plusieurs développements importants au cours des derniers jours.

Un dépôt de bilan sans repreneur

Tout d’abord, FTX et toutes ses filiales, soit plus de 130 entreprises, ont déposé leur bilan. Nous avions, bien sûr, espéré que nous n’en arriverions pas là. Et sans repreneur cela signifie, malheureusement, que la probabilité que les utilisateurs de FTX récupèrent leurs fonds est très, très faible. Et même s’ils y arrivent, ce ne sera pas avant un très, très long moment. Comme toujours dans ce genre de situation, c’est malheureusement les petits investisseurs qui se font toujours le plus avoir.

Un nouveau CEO : John Ray

Donc en même temps que de déposer le bilan, SBF a également démissionné de son poste de PDG de FTX. Les rats quittent le navire, pourrait-on dire.

Depuis, SBF a déjà été remplacé par un certain John Ray III. Il est intéressant de noter que c’est le même John Ray III qui a été chargé de superviser la liquidation d’Enron après son effondrement. C’est tout à fait approprié. SBF serait maintenant sous surveillance aux Bahamas, ce qui est vraisemblablement une sorte d’étape, nous l’espérons, avant une arrestation.

1 milliard de dollars volés à FTX et ses utilisateurs

L’autre grand événement du week-end a été le piratage, tard dans la nuit de vendredi à samedi, de la plateforme FTX et le drainage des fonds vers des portefeuilles externes. Cela a été confirmé samedi par FTX via Telegram, qui a également averti les utilisateurs de supprimer toutes les applications FTX et d’éviter son site Web en raison d’une potentielle présence de logiciels malveillants.

On pense maintenant qu’environ un milliard de dollars ont été drainés et les pistes semblent mener à un piratage organisé depuis l’intérieur. Comme on peut s’y attendre, cet argent volé est composé en grande partie de fonds de clients et c’est un nouveau coup dur pour tous ceux qui n’ont pas pu retirer leurs fonds avant le blocage.

CryptoSlate a rapporté hier que le pirate avait été identifié par Kraken, bien que l’exchange qui a été utilisé pour déplacer les fonds volés n’ait rien dit de plus à ce sujet. Au moment où nous écrivons ces lignes, Kraken a gelé tous les comptes liés à FTX et Alameda et à leurs dirigeants, tandis que Tether a également mis sur liste noire plus de 30 millions de dollars d’USDT impliqués dans le piratage. Le filet se resserre de plus en plus.

Ce qui nous ramène à la question suivante : quand allons-nous voir SBF et le reste de son équipe être arrêtés ? Les autorités des Bahamas et des États-Unis enquêtent, mais pour l’instant, aucune arrestation n’a encore eu lieu.

La peur se répand dans le secteur

La question de la contagion et la réponse sous forme de preuve de réserve (Proof-of-Reserve ou PoR).

Comme si la crypto n’avait pas déjà assez de problèmes d’image, comment tout ce qui s’est passé va-t-il affecter cette industrie au sens large ? La contagion s’est concrétisée ces derniers jours et les exchanges crypto se sont empressés d’essayer de rassurer leurs utilisateurs en affirmant qu’elles fourniraient des preuves de réserves. Ceci dans le but d’éviter un trop gros bank run.

Pour sauver la crypto, l’industrie se tourne donc vers la blockchain. Un certain nombre d’exchanges se sont engagés à publier des “preuves de réserves”. Basées sur la blockchain, ces preuves pourraient montrer qu’ils détiennent réellement les actifs qu’ils disent héberger.

Après que le PDG de Binance Changpeng « CZ » Zhao se soit engagé à publier les réserves de Binance, l’exchange a mis en place une page sur son site Web qui renvoie à divers portefeuilles cryptos qu’elle prétend contrôler. Binance dit avoir 2,2 milliards de dollars en Bitcoins et 2,5 milliards de dollars en Ether, entre autres tokens. OKX et Huobi ont également déclaré qu’ils publieraient aussi des preuves de réserves.

Le 9 novembre, Zhao a déclaré que tous les exchanges crypto devraient donner des preuves de réserve, “les banques fonctionnent avec des réserves fractionnaires. Les échanges crypto ne devraient pas”, a-t-il ajouté.

Pourquoi cela n’existe-t-il pas déjà ? C’est une bonne question, et le manque de réponses montre l’étendue des pratiques commerciales opaques qui ont vu le jour autour des crypto-monnaies. Pourtant les preuves de réserve harmonisent la transparence innée des blockchains avec la commodité des dépositaires centralisés. Il y a bien eu une petite vague d’enthousiasme pour le sujet après la faillite de Mt. Gox en 2014, qui s’est immédiatement éteinte, et un léger regain d’intérêt à partir de l’été 2021 avec la preuve de réserves et de passif de BitMEX, suivie de l’effort de Kraken en février dernier. Mais les choses n’ont pas bougé très vite par la suite, comme si la réforme attendait une crise majeure supplémentaire. Serait-ce la bonne cette fois-ci ?

Lire notre article → « Not your keys, not your coins », l’adage se vérifie une fois de plus. 

Par Tony L.

Passionné de cryptos, Tony vous propose régulièrement des articles ou des dossiers exclusifs dans lesquels il partage avec vous le fruit des ses réflexions et de ses investigations. Il vous invite à le suivre en immersion dans l'univers fascinant de la blockchain et des crypto-monnaies.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire