Ğ1, une monnaie libre pour créer un nouveau monde

Publié le - Auteur Par Emmanuelle Audibert
Ğ1, une monnaie libre pour créer un nouveau monde

La monnaie libre appelée Ğ1, et se prononçant “june” est une crypto-monnaie créée le 8 mars 2017, elle se revendique être la première et la seule monnaie libre créée à ce jour. Cette monnaie française est fondée sur la “théorie relative de la monnaie”. Nous vous présentons cette monnaie qui pour certains semble révolutionnaire.

Ğ1 ou la June : qu’est-ce que cette monnaie libre ?

La monnaie libre est un concept issu de la “théorie relative de la monnaie” de Stéphane Laborde. Après une analyse de notre système de monnaie actuel, qui se base sur de l’endettement, Stéphane Laborde cherche une solution afin de créer une monnaie qui réduit les inégalités. Ce qu’on appelle monnaie libre est un système d’échange basé sur une monnaie.

4 principes de liberté

La Ğ1 est une monnaie libre, car elle correspond aux 4 critères de la liberté économique reconnue par la théorie relative de la monnaie :

  • La liberté du choix du système monétaire.
  • La liberté d’utilisation des ressources.
  • La liberté d’estimation et de production de toute valeur.
  • La liberté d’échange dans l’unité monétaire choisie.

Assurer un revenu universel

Dans notre cas, la Ğ1a pour objectif de réduire les inégalités et d’assurer un revenu universel, c’est un revenu fixe qui est égal pour chaque être humain. Dans la monnaie libre, ce revenu universel est créé chaque jour par tous les participants, il s’appelle le dividende universel.

Distinction entre la Ğ1 et les autres monnaies

La Ğ1 est uniquement digitale et s’échange en ligne. Contrairement à l’euro qui est produit par les banques et dépend du secteur privé, cette monnaie est créée de manière équitable entre chacun des membres. Ses fondateurs sont favorables à une création de monnaie qui ne servirait pas d’intérêt privé, mais plutôt l’intérêt général.

Elle se distingue des autres crypto-monnaies comme le Bitcoin, car personne n’est laissé sur le côté. Les grands informaticiens ne sont pas avantagés. Ce n’est pas une monnaie spéculative, on ne peut spéculer afin de gagner du profit individuellement. Personne ne s’enrichira, plus que les autres avec la Ğ1. L’objectif de la libre monnaie est de changer la société vers plus de solidarité et de partage.

Concrètement, que fait-on avec la Ğ1 ?

Cette monnaie s’échange sur des sites internet et des applications, tels que :

  •  Gchange.fr est comparable au bon coin, des annonces de bien et de service y sont postées par les membres.
  • Il y a également un site pour les projets de financement participatif qui s’appelle Gannonce.dunitor.org.
  • Il y a des stands tenus par des vendeurs ou producteurs qui se nomment Gmarchés.
  • Et même un site de vacances en monnaie libre pour voyager Airnjune.org.

Lors de rendez-vous organisés par les créateurs, il est possible de l’échanger directement. Par exemple, on peut acheter des tomates pour 5 Ğ1le kilo, à Bruxelles ou un menu pour 400 Ğ1à Nantes.

Évolutions et ambitions de Ğ1

De Ucoin à June

C’est en avril 2017 que le projet français initialement nommé Ucoin change de nom et devient Dunitor. C’est le début du logiciel qui fera fonctionner la June.

Un peu plus d’un an après son lancement, la June passe le cap symbolique des 1000 membres et co-créateurs de monnaie.

En fin d’année 2019 la Ğ1, monnaie libre avec plus de 3000 cocréateurs, fait son apparition. En 2020 le forum Dinuter intéresser de plus en plus de monde. Des marchés se développent sur internet et des rencontres physiques se font entre membres.

Aujourd’hui, le projet prend de l’ampleur, le nombre de membres grandit chaque jour et il y a beaucoup plus d’échanges. Il s’agit d’une solution purement française pour le moment, mais elle tend à devenir international.

Une monnaie créée par le peuple pour le peuple

L’objectif de la monnaie libre est de changer le système monétaire actuel, mais aussi la société. Les créateurs veulent une monnaie qui favorise l’échange et le partage. Il souhaite éliminer les dérives causées par le système actuel comme la lutte après l’enrichissement ou le stress que cause la monnaie.

Pour eux, la monnaie doit être un bien public qui permet de favoriser l’humanité et la cohésion. Elle ne doit pas diviser la population, mais plutôt la réunir puisque chacun participe à la fabrication de masse monétaire.

Le revenu universel est soutenu par de nombreux partisans comme Benoît Hamon, membre du parti socialiste. La monnaie libre représente une perspective d’application concrète.

En conclusion, la monnaie doit être créée par le peuple, pour le peuple. Ce projet gagne en popularité. Il montre qu’un autre système monétaire est possible.

Participer au projet Ğ1

Pour ceux qui veulent participer à cette nouvelle monnaie, il faudra télécharger l’application Cesium. Les futurs membres sont libres de créer un compte ou d’ouvrir simplement un portefeuille. Lors de la création du compte, chacun peut choisir de le rendre public ou pas et de mettre les renseignements qu’il veut. Pour accéder à la monnaie et pour faire des échanges, il n’y a pas besoin d’être certifié par d’autres membres. Ce qui importe pour eux c’est que les comptes créés soient actifs, c’est-à-dire que les membres utilisent la monnaie.

Un système d’échange et de partage

L’objectif est de faire vivre la monnaie. Pour cela, il faut rencontrer les membres. Il est important pour eux que les participants du projet forment une sorte d’équipe.

Au départ, votre compte est vide. Pour gagner des Ğ1, il faudra vendre ou proposer des services. Les nouveaux membres peuvent proposer leurs créations artisanales ou culinaires ou encore vendre de vieilles affaires.

Comment recevoir le revenu universel

Ceux qui désirent obtenir le dividende universel, qui est le revenu universel (une somme de monnaie versée chaque jour), il y a un protocole à suivre.

Il faudra une certification par 5 membres, pour intégrer la “ toile de confiance”. Cette toile est la confirmation que le nouveau membre est digne de confiance. Il faut respecter les conditions générales de la licence avant d’obtenir le dividende universel. Un exemple de règle de la licence est le fait qu’un seul compte par membre peut obtenir les Ğ1 journalières. Lorsqu’un membre certifie une personne, il se porte garant de celui-ci, il doit l’aider à comprendre le fonctionnement et vérifier qu’il a bien lu la licence Ğ1. La toile de confiance permet que les membres s’identifient eux-mêmes et respectent la décentralisation.

Aujourd’hui, cette nouvelle monnaie gagne en popularité. Reste à voir ce que ce projet donnera à plus grande échelle s’il va survivre, évoluer ou s’éteindre comme de nombreuses autres cryptomonnaies.

 

Par Emmanuelle Audibert

Rédactrice en école de journalisme à Aix-en-Provence

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire