Ethereum Merge : les investisseurs institutionnels pourraient arriver en masse

Publié le - Auteur Par Tony L.
Ethereum Merge : les investisseurs institutionnels pourraient arriver en masse

La fusion, ou “The Merge”, opérée par le réseau Ethereum (ETH) il y a quelques jours, pourrait susciter l’intérêt des investisseurs institutionnels, et cela pour plusieurs raisons.

Le 15 septembre 2022 Ethereum a achevé sa transition vers un consensus de preuve de participation (Proof of Stake ou PoS), délaissant officiellement la preuve de travail (Proof of Work ou PoW) et réduisant ainsi sa consommation d’énergie d’environ 99,95 %.

Ces deux aspects de “The Merge” donnent à eux seuls de vraies raisons de penser que les investisseurs institutionnels pourraient intégrer ETH dans leurs portefeuilles d’investissement long terme.

 

Premier avantage du Proof of Stake (PoS) : le “staking”.

Les utilisateurs qui “stakent” des actifs cryptos gagnent des récompenses – appelées rendements (yields) – provenant des frais de transaction payés par d’autres utilisateurs du réseau. Considéré par certains comme une forme de génération de revenus passifs, le “staking” oblige les utilisateurs à verrouiller leurs actifs dans un contrat intelligent, pendant lequel les coins (ou les tokens) ne peuvent pas être dépensés ou échangés sur le marché. Cette option de “staking” pourrait être l’une des principales motivations à l’adoption des blockchains PoS, en particulier par les investisseurs institutionnels.

Les investisseurs institutionnels pourraient de fait être attirés par les rendements élevés proposés par le “staking”sur les blockchains PoS, qui peuvent atteindre plusieurs dizaines de % par an. À titre de comparaison, les bons du Trésor américain offrent aux investisseurs un rendement de 3,5 % par an.

Un récent rapport note que les investisseurs institutionnels – les portefeuilles détenant plus d’un million de dollars en ETH – ont augmenté de plus de 5 fois au cours de la dernière année. Selon le rapport, les investisseurs institutionnels sont passés de 250 en janvier 2021 à 1100 en août 2022.

« La possibilité de “staker” des ETH et de générer un rendement de meilleure qualité (risque de crédit et de liquidité plus faible) en tant que validateur ou via un service de “staking” plutôt que sur des applications de prêt/emprunt pouvant êtres assimilées à des boîtes noires, peut également favoriser l’adoption institutionnelle« , écrivent Alkesh Shah et Andrew Moss de Bank of America.

Bank of America affirme qu’un rendement (yield) de meilleure qualité a également des répercussions positives pour l’écosystème Web3 des applications décentralisées (dApps). Une dApp est une application qui utilise la technologie blockchain pour garder les données des utilisateurs hors de portée des organisations derrière elle.

Toujours selon Bank of America, un protocole d’assurance décentralisé tel que Nexus Mutual par exemple (Nexus Mutual utilise la puissance d’Ethereum pour que les gens puissent partager les risques ensemble sans avoir besoin d’une compagnie d’assurance, une alternative citoyenne à l’assurance en quelque sorte), doit générer un rendement sur ses réserves pour lui permettre de devenir une alternative viable aux compagnies d’assurance traditionnelles. La banque ajoute que les compagnies d’assurance investissent normalement leurs réserves dans la dette des entreprises et des gouvernements, mais les instruments présentant des caractéristiques de risque et de récompense similaires sont difficiles à trouver dans l’écosystème des actifs numériques. Et le “staking” d’Ethereum peut être l’alternative la plus proche.

Il faut préciser à ce stade que les fonds de pension, les compagnies d’assurance et les autres investisseurs institutionnels sont importants car ils investissent à long terme, aidant à résoudre le problème de volatilité souvent montré du doigt sur le marché crypto. Sur ce dernier point, les investisseurs institutionnels peuvent en effet jouer un rôle positif car ils ne sont pas enclins à trader sur des rumeurs ou à réagir de manière excessive aux cycles d’actualités de 24 heures. Une large participation de ce groupe pourrait donc aider à résoudre les problèmes persistants de liquidité et de volatilité rencontrés sur le marché crypto.

La société gestionnaire d’actifs numériques Bitwise a récemment déclaré qu’elle prévoyait des gains potentiels de 4% à 8% pour les investisseurs à long terme grâce au “staking” d’Ether (ETH), tandis que les analystes de JP Morgan prévoient que les rendements de “staking” sur les blockchains PoS (Proof of Stake) pourraient doubler pour atteindre 40 milliards de dollars d’ici 2025.

Second avantage du Proof of Stake (PoS) : la consommation d’énergie.

“The Merge” change complètement la donne sur le dossier d’investissement d’Ether pour les institutions. La consommation d’énergie de la blockchain Ethereum diminue fortement alors qu’elle passe au Proof of Stake. Et cela pourrait bien attirer les grands investisseurs ayant des préoccupations environnementales.

Du jour au lendemain, Ethereum, le second plus grand réseau blockchain au monde, a réduit sa consommation d’énergie de 99,95%. Incroyable. Et résoudre le problème de la consommation d’énergie ainsi que réduire les émissions de carbone ne sont pas de minces réalisations. L’empreinte carbone d’Ethereum, autrefois aussi importante que celle de la Finlande, se compare désormais à celle des îles Féroé, a déclaré Digiconomist, une plateforme d’information dédiée à l’économie du secteur digital.

Chainalysis, la plateforme d’analyse des données des blockchains, a déclaré que les investisseurs institutionnels ayant des engagements en matière de développement durable deviendraient dorénavant plus à l’aise avec cet actif numérique.

Les institutions ayant des considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) sont susceptibles de se tourner plus facilement vers l’Ether à l’avenir, ont déclaré les observateurs de l’industrie à Blockworks, un média financier spécialisé dans les actifs numériques – étant donné que la Fondation Ethereum estime que la consommation d’énergie de la blockchain a diminué d’environ 99,9 % après la fusion.

« Nous constatons clairement plus d’intérêt que par le passé avec des gens qui se présentent et posent des questions sur les rendements du “staking” de l’Ether, sur différentes spécifications techniques, mais surtout sur le dossier investissement”, a déclaré Ben Dean, directeur Europe des actifs numériques chez le fond d’investissement WisdomTree, à Blockworks.
Et Ethereum n’entend pas s’arrêter en si bon chemin car le potentiel du réseau est loin d’être consommé. Selon Vitalik Buterin, “The Merge” prépare le terrain pour les futures améliorations d’Ethereum. Elle servirait ainsi de précurseur à d’autres améliorations prévues pour l’écosystème Ethereum. Par exemple, “The Merge” n’augmente pas la taille ou la vitesse des blocs. Cela devra attendre “The Surge”, une autre mise à niveau d’Ethereum prévue pour 2023. Celle-ci mettra en œuvre une solution de partitionnement qui pourrait augmenter considérablement la vitesse du réseau. Bref Ethereum va sûrement continuer de nous surprendre dans les prochaines années et nous pouvons parier que la déjà mythique crypto augmentera de fait son potentiel d’attraction auprès des utilisateurs et des investisseurs de tout horizon.

Par Tony L.

Passionné de cryptos, Tony vous propose régulièrement des articles ou des dossiers exclusifs dans lesquels il partage avec vous le fruit des ses réflexions et de ses investigations. Il vous invite à le suivre en immersion dans l'univers fascinant de la blockchain et des crypto-monnaies.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire