N26 reprend son actualité en main en annonçant de très bons chiffres

Publié le - Auteur Par Stéphanie Thomas
N26 reprend son actualité en main en annonçant de très bons chiffres

Depuis ces derniers mois, les néo banques étrangères sont malmenées. N26, néo banque internationale n°1 en France est sous le feu des projecteurs des régulateurs. Elle occupe donc souvent l’actualité pour des problèmes juridiques. La semaine dernière N26 a repris la main sur sa communication en diffusant des signaux positifs.

3,5 Millions de clients pour N26

Forte d’une croissance rapide la néo banque grossit-elle trop vite? Le point sur son évolution fulgurante et son impact.

Les chiffres principaux de N26

Actuellement disponible dans 24 pays, cette néo banque connait une croissance exponentielle.
Alors qu’elle a été lancée en 2013, la startup compte déjà en 2015 plus de 800 000 clients. En décembre 2018, elle annonçait 2 millions de clients en Europe. En 2019, la banque mobile allemande enregistre tous les jours 10 000 nouveaux clients. Depuis la semaine dernière, la néo banque compte 3,5 millions de clients dans le monde.
Tous les mois ses clients effectuent pour plus de 2 milliards d’euros de transactions.

Lever de l’argent est facile pour N26

En 2018, 215 millions de dollars sont récoltés dans un tour de table comptant des investisseurs de renommée mondiale. Parmi eux, nous retrouvons : Allianz X, Tencent Holdings Limited, Horizons Ventures appartenant à Li Ka-Shing, Valar Ventures, les membres de l’équipe de management du géant du e-commerce allemand Zalando et Earlybird Venture Capital….
En 2019, N26 passe à la série D (quatrième étape d’une levée de fonds). Ils ont réussie à lever 300 millions de dollars pour construire la banque de futur. C’est l’investissement le plus important dans la Fintech.
La société est valorisée 2,7 milliards de dollars.

Les forces de l’offre N26

Elle repose sur une petite structure très agile : 1300 employés de 60 nationalités différentes. La maison mère est à Berlin, le fondateur Valentin Stalf est fier de son expansion à travers le monde sur 24 marchés européens. Elle a déjà actuellement des équipes dans la capitale allemande, mais aussi à New York, Sao Paulo, Vienne et Barcelone.
Son ambition : devenir une banque globale et mondiale.
Son offre est articulée autour de trois forfaits.
Le 1er, basique est gratuit avec le paiement sans frais à l’international + 5 retraits gratuits en euros par mois.
Le 2nd forfait, avec la carte Black, est à moins de 10€.  Il faut ajouter au forfait de base les retraits sans frais dans toutes les devises étrangères gratuits ainsi que des assurances Allianz.
Le 3ème forfait à 16,90€, avec la carte Metal, propose en plus un service clients dédié et des offres privilèges.

Diversification de son offre :

Elle s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels.
Elle propose les services classiques d’une banque en ligne mais aussi une solution d’épargne avec le compte Espaces pour mettre de l’argent de côté.
Elle a également développé une solution de crédit avec Younited.
N26 permet a permis à ses clients de payer avec le smartphone avec Apple Pay et Google Pay récemment.

Déploiement à l’international

Les levées de fonds vont permettre à cette structure de s’installer outre Manche. Elle vise prochainement le Brésil et les Etats-Unis.

Le revers de la médaille pour les néo banques

Oui, N26 écrit une success story. Cependant, le succès des uns gène les autres. Les banques classiques et les Etats voient cette croissance d’un autre oeil. Les banques et banques en ligne se sentent menacées. C’est pour cette raison que Boursorama a lancé la semaine dernière son offre Ultim pour rivaliser avec les néo  banques sur l’aspect des devises étrangères. Les Etats, eux, sont dépassés par ces organismes financiers sans frontière. Ils ont peur de perdre a traçabilité des revenus des citoyens.

La BAFIN s’en prend à N26

L’Autorité fédérale de supervision financière allemande, la BAFIN rappelle N26 à l’ordre.
N26 est sous le feu des régulateurs depuis septembre 2018 comme beaucoup d’autres néo banques qui commencent à prendre un peu trop de parts de marché.
La dernière menace qui plane sur N26 vient de son propre pays. Faute d’une croissance très forte, certains craignent qu’elle soit non contrôlée. C’est pour cette raison que les autorités décident de surveiller de très près leur activité.

D’où viennent les craintes envers les néo banques ?

N26 et d’autres néo banques comme Revolut, Monese proposent des comptes multi-devises, des RIB étrangers et cela pourrait faciliter le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. C’est pour cette raison que ces nouvelles banques doivent redoubler de contrôles sur les flux financiers des comptes de leurs clients.
Le fait que les structures soient légères, dans le sens où il y a peu de salariés (contrairement aux banques traditionnelles) effraie car il semble que peu de moyens soient alloués au contrôle des flux financiers, des identités des clients, et à la sécurité des fonds sur les comptes.
De nombreuses effractions ont été relevées : comme l’ouverture possible d’un compte chez N26 avec de faux papiers et l’arrêt du mécanisme de conformité des transferts d’argent pendant trois mois chez Revolut.

Vers une amélioration de la sécurité

Pour poursuivre leur croissance, les néo banques n’ont d’autres solutions que de satisfaire les attentes des régulateurs. Pour chaque erreur relevée se sont des amendes importantes qui sont infligées.

  • Les équipes sont renforcées avec du personnel qualifié aux postes IT pour la sécurité et le contrôle des transactions.
  • Des équipements techniques et des process de surveillance sont mis en place pour lutter contre le blanchiment, ce qui explique les nombreux blocages de compte courant.

Après, il ne faut pas voir le mal ultime partout. Ce que redoute principalement les Etats est la perte de contrôle de l’argent de leurs citoyens. Le lancement prochain de Libra la cryptomonnaie de Facebook et ses nombreux partenaires en est la preuve.
Cependant, il convient de reconnaître qu’internet facilite l’expansion de tout et n’importe quoi. Un minimum de contrôle est donc nécéssaire pour s’assurer que les choses vont dans le bon sens.

 

Sources :

– Communiqué de presse du 13 juin de N26 : C’est officiel, nous avons franchi le cap des 3,5 millions de clients,
– La Tribune : N26 dans le collimateur du régulateur allemand,
– Les Echos : Revolut sommé de rendre des comptes par le régulateur britannique,
– Atlantico : La création d’une monnaie par Facebook pourrait être une révolution dans l’économie mondiale,
– Communiqué de presse du 10 janvier de N26 : N26 lève 300 millions de dollars en série D.

Obtenez des offres exclusives !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.