Votre conseiller financier : un bilan patrimonial, c’est quoi ?

Votre conseiller financier : un bilan patrimonial, c’est quoi ?

Publié le
Mon bilan social et patrimonial gratuit

Optimiser des placements, connaître précisément l’état de son patrimoine, préparer l’avenir sont autant de bonnes raisons pour utiliser au mieux son épargne. Pour permettre à l’investisseur de prendre les décisions adaptées par rapport à ses biens, sa situation financière, familiale et fiscale ainsi que ses objectifs patrimoniaux, un bilan patrimonial et social s’impose. De quoi s’agit-il ? A quoi sert le conseiller patrimonial que nous avons sélectionné pour vous ?

Qu’est-ce qu’un bilan patrimonial ?

Un bilan patrimonial consiste en une étude qui diagnostique avec précision la situation  des biens, des dettes, des dépenses et des revenus à un instant donné. Il est réalisé par un expert qui immatriculé auprès de l’Orias et a suivi une formation adaptée.

En quoi cela consiste ?

Un bilan patrimonial a pour objectif principal de permettre à un investisseur d’opter pour les meilleures diversifications de ses actifs. Cette étude est d’ailleurs fortement préconisée avant toute décision relative à des placements.

Elle consiste à analyser plusieurs points :

  • Le montant du patrimoine,
  • Les éventuels déséquilibres et les risques liés aux placements,
  • La situation financière de l’investisseur en cas de décès,
  • Le coût de la succession selon le régime matrimonial choisi par le couple,
  • La situation financière en cas d’arrêt de travail ou d’invalidité,
  • La situation financière à l’horizon de la retraite,
  • Les actions prioritaires pour le patrimoine.

Quand faut-il le faire ?

Dans le cas où le bilan n’a jamais été fait, la démarche peut être réalisée à tout âge. Il est ensuite nécessaire de le réactualiser si des changements surviennent au niveau de la situation patrimoniale, familiale ou professionnelle. Dans tous les cas, il est conseillé de le faire tous les 5 ans.

D’une manière générale, le bilan patrimonial est recommandé en milieu de carrière, vers la quarantaine. Il doit être une priorité à l’approche de la retraite.

Qui peut le réaliser ?

Plusieurs options s’offrent à l’investisseur :

  • Réaliser le bilan soi-même. D’ailleurs, les outils affluent sur Internet. Faire le point sur les dettes, les actifs, les dépenses et les revenus ne demande pas de compétences fiscales et financières particulières. Mais cette option ne mènera pas très loin. Faute du manque de connaissance et d’expérience.
  • Le confier à un conseiller en gestion de patrimoine qualifié, disponible et capable de proposer des solutions sur mesure à partir de la situation spécifique de l’investisseur,
  • Le déléguer à un banquier, à un notaire ou à un expert-comptable.

Quelles sont les étapes d’un bilan réussi ?

Les étapes d’un bilan patrimonial restent les mêmes indépendamment de la surface financière de l’investisseur.

L’inventaire

Cette étape consiste à faire une liste des actifs :

  • En Bourse : PEA, CTO…
  • Les investissements locatifs,
  • Les SCPI,
  •  L’assurance vie,
  • les placements bancaires
  • et les différents comptes détenus…
  • Le bilan distingue les biens détenus en nue-propriété, en usufruit et en pleine propriété.
  • Les charges,
  • Les revenus
  • Et les dettes sont autant de détails qui le complètent.

Le diagnostic

Les biens détenus par le client seront classés en plusieurs catégories :

  • Immobilier locatif,
  • Immobilier d’habitation,
  • Placements à long terme et sans risque,
  • Actions,
  • Liquidités.

Ce classement va ensuite permettre de déterminer le poids respectif de chaque catégorie. C’est dans ce diagnostic que beaucoup de choses se jouent. Ici le conseiller cerne le profil et perçoit ses forces et lacunes.

L’action

Le résultat des étapes précédentes va par la suite faciliter la prise de décision. Si celle-ci varie d’un investisseur à un autre, les problématiques patrimoniales restent à peu près les mêmes pour tous :

  • Pour les moins de 30 ans, l’épargne de précaution reste la priorité,
  • Pour les épargnants âgés entre 30 à 40 ans, les préoccupations tournent autour de la constitution d’un patrimoine immobilier et l’achat de la résidence principale,
  • Pour les plus de 40 ans, les actions sont tournées vers la préparation de la transmission, l’optimisation fiscale et la diversification.

Analyser le bilan patrimonial et effectuer une réorganisation sont des étapes complexes. Elles demandent une maîtrise  de l’environnement financier, fiscal et juridique qu’il est conseillé de les confier à des spécialistes du patrimoine.