Crédit immobilier : quel taux selon son profil en décembre ?

Publié le - Auteur Par Nantcy L
Crédit immobilier : quel taux selon son profil en décembre ?

Comme attendu, les banques poursuivent la remontée des taux de crédit immobilier en novembre et probablement décembre aussi. Quelles conséquences pour les emprunteurs ?

Bien que moins rapide que l’inflation, la hausse des taux de crédit immobilier se poursuit. Les taux ont même doublé entre février et octobre 2022 ! Un an plus tôt, ils s’établissaient en moyenne à 0,99 % sur 20 ans, d’après l’Observatoire crédit logement/CSA. Il était même possible, pour les meilleurs profils, de se voir accorder 0,78 % en moyenne sur la même durée (hors assurance et frais divers). Aujourd’hui, obtenir de tels taux n’est plus envisageable. Pour la première fois depuis 2016, la barre des 2 % est franchie. En effet, selon la même source, la moyenne a atteint 2,06 % en octobre sur 20 ans (soit + 0,18 point), et même 2,17 % sur 25 ans. Cette tendance ne semble pas fléchir en novembre et sur décembre non plus.

Crédit immobilier : une évolution record de l’OAT

Comme l’indique Pretto, expert en ligne du crédit immobilier, « l’OAT 10 ans, l’indice de référence pour les évolutions du marché du crédit, connaît en novembre une évolution record ».

OAT : au plus haut niveau depuis 10 ans

Cet indice de référence « enregistre son plus haut niveau depuis 10 ans. À titre d’exemple, il atteignait au 4 novembre dernier 2,77 %. Or, il faut remonter à juin 2012 pour retrouver trace d’un taux aussi élevé que celui d’aujourd’hui (2,72 %) », examine Pretto, co-fondé en janvier 2017 par Pierre Chapon et Renaud Pestre.

Résultat, les banques françaises maintiennent une politique de taux immobiliers élevés. Une augmentation de 0,1 point en moyenne est observée. Il existe cependant « des disparités importantes entre les banques qui ne relèvent pas leurs taux et celles qui pratiquent des augmentations de 0,2 à 0,4 point », note le service de courtier en crédit immobilier 100 % digital.

Crédit immobilier : un taux moyen de 2,03 % en novembre

Selon Datalab, l’observatoire des tendances du marché immobilier lancé par Pretto en septembre 2020, les taux d’intérêt des crédits immobiliers atteignent en moyenne 2,03 % en novembre. Et ce, sur toutes durées confondues. D’après les analyses de Datalab, qui délivre plus de 700 000 simulations annuelles, « sur 15, 20 ou 25 ans, aucune durée de financement n’est épargnée par la remontée des taux ». Emprunter à moins de 1 %, « relève désormais de l’impossible, quel que soit le profil (bon ou moins bon) de l’emprunteur », prévient Pretto.

 

Crédit immobilier : quel taux peut-on obtenir selon les profils ?

En fonction de la durée du prêt immobilier et de son profil, les taux fluctuent. Voici les chiffres sur novembre, pour connaître ceux de décembre, faites une simulation en suivant le lien indiqué ci-dessus.

Crédit immobilier : qui peut encore obtenir des taux à moins de 2 % ?

Voici, d’après les données de Pretto, le taux moyen que les différents profils peuvent obtenir, selon la durée du crédit.

Candidat à l’emprunt gagnant jusqu’à 40 000 € par an

  • 15 ans : 2,21 %
  • 20 ans : 2,42 %
  • 25 ans : 2,50 %

Candidat à l’emprunt gagnant entre 40 000 et 80 000 € par an

  • 15 ans : 1,80 %
  • 20 ans : 2 %
  • 25 ans : 2,12 %

Candidat à l’emprunt gagnant plus de 80 000 € par an

  • 15 ans : 1,64 %
  • 20 ans : 1,82 %
  • 25 ans : 1,95 %

Taux moyen tous profils confondus

  • 15 ans : 1,91 %
  • 20 ans : 2,05 %
  • 25 ans : 2,14 %

Crédit immobilier : jusqu’où les taux pourraient-ils grimper ?

C’est un fait, en raison de l’inflation, après environ cinq années fastes, le crédit immobilier très bon marché appartient désormais au passé. La « remontada » qui a commencé en mars, est loin d’être terminée. D’après les estimations de l’Observatoire crédit logement/CSA, le taux moyen toutes durées confondues devrait atteindre 2,40 % fin 2022. Il pourrait même bondir à 2,80 % à la fin du premier semestre 2023. En termes de capacité d’emprunt, les candidats à l’emprunt sont ainsi pénalisés. Les plus âgés et les moins bons profils risquent à nouveau d’être exclus du crédit. En cause, un écart trop faible entre les taux nominaux (hors frais) pratiqués par les banques et le taux d’usure (tous frais inclus).

Par Nantcy L

Journaliste plurimedia depuis 15 ans, je m'intéresse à différents univers : économie, lifestyle, société, culture, psycho & développement personnel... Pour Comparateurbanque.com je vous livre, à l'aide d'experts, des conseils pour mieux gérer votre argent.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire