Frais kilométriques 2022 : le barème IK revalorisé

Modifié le

La flambée des prix du carburant a des répercussions considérables sur le pouvoir d’achat des Français. Si pour y remédier, l’opposition a proposé la baisse de la TVA, le gouvernement a préféré opter pour une revalorisation de 10% du barème de l’indemnité kilométrique. Mais cette hausse ne concerne pas tout le monde.

Mieux gérer ses notes de frais avec ces 3 Fintech

Une hausse de 10% pour le barème des frais kilométriques

Si en temps normal, la hausse du barème qui permet de calculer les frais kilométriques avoisine les 1 à 2%, cette année, l’exécutif en a décidé autrement. Pour répondre à la hausse considérable du prix à la pompe qui pénalise particulièrement les gros rouleurs, la revalorisation pour l’année 2022 a été fixée à 10%.

2,5 millions de foyers fiscaux sont concernés

Cette nouvelle aide de l’État devrait concerner des foyers fiscaux précis :

  • Les contribuables qui, dans le cadre de leur travail ou de leur recherche d’emploi, réalisent de nombreux trajets.
  • Les salariés qui utilisent leurs propres véhicules pour faire un aller et retour entre leur résidence et leur travail,
  • Ils ne bénéficient pas des 10% de déduction forfaitaire sur leur déclaration de revenus mais ont préféré déclarer leurs frais réels,
  • Ils représentent près de 2,5 millions foyers fiscaux,
  • Dans son annonce, Jean Castex a pris comme exemple les aides à domicile et les infirmières qui exercent en milieu rural.

Sur chaque déclaration, les gains moyens sont estimés à 150 €.

Un changement à effet direct et rapide

Dans son discours, le Premier ministre a assuré que l’effet de ce nouveau dispositif sera à la fois rapide et direct :

  • La nouvelle mesure va s’appliquer dès la déclaration de bénéfices ou d’impôts sur les revenus de 2021,
  • Cette revalorisation va également servir de référence. Éventuellement, elle se répercutera sur les indemnités kilométriques que les employeurs versent directement à leurs salariés qui se déplacent avec leur véhicule personnel.

Barème 2022, pour l’imposition des revenus 2021

IK pour les automobiles

Barème des IK indemnités kilométriques pour voitures thermiques hydrogènes ou hybrides (en euros)
Puissance administrative Jusqu’à 5 000 km De 5 001 km à 20 000 km Au-delà de 20 000 km
3 CV et moins d x 0,502 (d x 0,3) + 1 007 d x 0,35
4 CV d x 0,575 (d x 0,323) + 1 262 d x 0,387
5 CV d x 0,603 (d x 0,339) + 1 320 d x 0,405
6 CV d x 0,631 (d x 0,355) + 1 382 d x 0,425
7 CV et plus d x 0,661 (d x 0,374) + 1 435 d x 0,446

IK pour les motos

Barème des frais kilométriques pour motos (+50cm³)
Puissance fiscale d <= 3 000 km de 3 001 à 6 000 km d >= 6 001 km
1 ou 2 CV d x 0,375 (d x 0,094) + 845 d x 0,234
3, 4, 5 CV d x 0,444 (d x 0,078) + 1 099 d x 0,261
> 5 CV d x 0,575 (d x 0,075) + 1 502 d x 0,325

IK pour les scooters et voitures électriques

Pour les scooters et les voitures électriques il y a encore une autre grille d’IK à consulter sur le site du gouvernement qui permet de les simuler en temps réel. Depuis 2016, les vélos sont également concernés.

Le barème kilométrique : qu’est-ce que c’est ?

Un avantage fiscal

Aussi appelé indemnité kilométrique (IK) ou encore frais kilométrique, le barème kilométrique permet aux contribuables salariés de déduire de leur déclaration de revenus les frais réels liés à leurs déplacements professionnels. Quelques règles s’appliquent à cet avantage fiscal consenti par l’administration :

  • Il concerne les salariés obligés d’utiliser leurs propres véhicules à des fins professionnelles,
  • Ces véhicules peuvent être une voiture, électrique ou non, ainsi que d’autres moyens de locomotion tels qu’une moto, un scooter ou un vélomoteur,
  • Aucune salaire limite n’a été fixé. Le dispositif peut concerner aussi bien les cadres dirigeants que les salariés au Smic,
  • C’est l’État qui publie le barème chaque année,
  • En choisissant l’option frais réels, le salarié renonce aux 10% d’abattement forfaitaire.

Le mode de calcul des frais kilométriques

Le calcul de l’indemnité kilométrique prend en compte 2 facteurs :

  • La distance parcourue à titre professionnel entre le domicile et le lieu de travail,
  • La puissance administrative du véhicule.

Le barème tient compte des frais d’assurance, des dépenses en pneumatiques, du carburant consommé et des éventuels frais d’entretien ou de réparation. Il ne considère cependant pas les péages et les frais de stationnement. Il est aussi différent selon qu’il s’agisse d’une voiture, d’un cyclomoteur de moins de 50 cm3 ou d’une motocyclette. Pour les véhicules électriques, les motos électriques et les scooters, les frais de déplacement sont majorés de 20%.

D’après Capital.fr, ce nouveau dispositif va engendrer un manque à gagner d’environ 400 millions d’euros sur les impôts sur le revenu.

Par Stéphanie Thomas

Directrice de publication du site.

Les autres établissements de notre comparatif