UFC Que Choisir dénonce les frais pratiqués par les banques qui pèsent plus de 1,8Mds€

Publié le - Auteur Par Emmanuelle Audibert
UFC Que Choisir dénonce les frais pratiqués par les banques qui pèsent plus de 1,8Mds€

Le pouvoir d’achat des Français est aujourd’hui plus que jamais au centre des débats politiques. L’association des consommateurs Union Fédérale des Consommateurs (UFC)-Que Choisir a d’ailleurs constaté que les frais d’incidents bancaires appliqués par les différents établissements sur le territoire sont particulièrement abusifs. Elle demande ainsi au gouvernement d’intervenir pour y remédier, notamment, à travers la loi sur le pouvoir d’achat.

Des établissements bancaires considérés comme trop gourmands

Des frais sanctions jugés exorbitants

L’UFC-Que Choisir a mené une étude sur les tarifs appliqués par 21 établissements en France, jugés représentatifs du secteur 1. A en croire les résultats, les frais bancaires sont excessifs, notamment en cas d’incidents dus à des prélèvements. A titre d’exemple :

  • Un client qui se retrouve avec un découvert bancaire est pénalisé d’une commission d’intervention de 8 € lorsqu’il doit payer sa facture d’électricité ou rembourser son crédit.
  • Il peut même recevoir une « lettre d’information » qui va également lui coûter un peu moins de 11 €. Tout dépend toutefois de l’établissement où il a souscrit son compte.
  • Quelle que soit sa banque, un détenteur de compte qui se retrouve avec un rejet de prélèvement va devoir s’acquitter des frais, au plafond légal de 20 €.

Les marges bénéficiaires des établissements fructifiées mais le pouvoir d’achat des clients mis à mal

L’UFC-Que Choisir a particulièrement souligné le fait que ces frais incidents prélevés par les établissements bancaires en France contribuent à hauteur de 86% des bénéfices qu’ils récoltent. C’est en tout cas ce que rapporte le site d’information Europe1. Il s’agit là d’une « situation scandaleuse » dixit l’association puisque ces prélèvements fragilisent grandement le pouvoir d’achat des consommateurs, surtout ceux qui sont déjà dans le rouge. Ces derniers ne jouissent d’ailleurs pas d’un univers bancaire où la concurrence est de mise.

L’UFC-Que Choisir appelle à la défense du pouvoir d’achat des consommateurs en France

Des frais parmi les plus élevés du continent

Ces montants exigés par les établissements bancaires français à leurs clients ayant un compte à découvert sont très élevés comparés à ceux pratiqués par les pays voisins. Effectivement, d’après le site 20minutes.fr :

  • Ils sont à 1,20 € en Allemagne, 2,50 € en Italie et 6,90 € en Belgique.
  • En d’autres termes, les frais appliqués en France sont 17, 8 et 3 fois plus élevés par rapport à ces autres pays mentionnés.
  • Parfois, certains clients sont même victimes d’un doublon de rejet de prélèvement, et conséquemment d’une double facturation.

Le site de TV5 Monde précise qu’avec de telles commissions de sanction, le budget des consommateurs est réduit d’environ 1,8 milliards d’euros chaque année et ce, au profit de ces établissements.

Quelques mises au point s’imposent

Selon toujours Europe1, Matthieu Robin, le chargé de mission secteur financier chez UFC-Que Choisir, a souligné que si ces tarifs de rejet sont abaissés à 8€, les consommateurs pourraient profiter d’un pouvoir d’achat supplémentaire non négligeable. L’association revendique également plus de transparence de la part des banques afin de ne pas sanctionner leurs clients d’une double facturation.

La Fédération Bancaire Française (FBF) n’a pas manqué de réagir en soulignant que les clients fragiles ont le choix d’opter pour une offre qui leur est particulièrement destinée. Celle-ci ne leur coûte que 3 € par mois au maximum et est assortie de différents services les aidant à ne pas se retrouver avec des incidents bancaires. Mais il faut noter que ce ne sont pas tous les clients éligibles qui choisissent une telle offre. Ils peuvent ainsi se retrouver avec des frais d’incidents élevés à un moment ou à un autre.

Par Emmanuelle Audibert

Rédactrice en école de journalisme à Aix-en-Provence

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
1 commentaire
  1. Battedou

    Bonjour,
    Je souhaite être contacté par l’UFC pour témoigner sur ce sujet : la banque Société Générale prélève régulièrement sur mon compte 7€ de frais d’agios minimum forfaitaire alors que mon compte n’est jamais à découvert et qu’il est très simple de le prouver dans mon cas.
    Pouvez-vous me donner la marche à suivre pour être recontacté ?
    Merci

Laisser un commentaire