Retard de vol : l’indemnisation va-t-elle disparaître ?

Modifié le - Auteur Par Hélène N.
Retard de vol : l’indemnisation va-t-elle disparaître ?

En cas de retard de vol, les compagnies aériennes se doivent d’accorder une indemnité aux passagers pour compenser les frais engendrés par l’incident. Sous certaines conditions, les usagers peuvent même bénéficier d’un remboursement en entier du billet d’avion et le réclamer au sein de la compagnie. Rarement revendiquée, cette indemnité s’avère obligatoire, mais elle est souvent jugée trop généreuse par les compagnies. Problématique, ce sujet a bloqué les discussions ces derniers jours du fait que les associations de défense des consommateurs affirment leur opposition à cette nouvelle réforme.

Retard de vol : Que dit la réglementation ?

Les compagnies aériennes, elles aussi, sont soumises à une réglementation.

Les conditions d’indemnisation

Quelles que soient les péripéties, une compagnie aérienne se doit de respecter les horaires qu’elle a fixés. Dans l’éventuel cas où le vol est retardé, celle-ci est dans l’obligation de prendre en charge ses clients et de les indemniser. Très utile, cette compensation s’applique même en cas d’escale.

Selon la réglementation, si le retard dépasse de 2 heures pour un vol de 1500 km ou moins, l’indemnisation s’impose. Il en va de même pour un retard de 3 heures pour un vol de plus de 1500 km dans l’UE ou entre 1500 et 3500 km hors UE. Pour un vol de 3500 km hors UE, la compensation s’applique également si le retard va au-delà de 4 heures.

Le montant de l’indemnisation

Si le passager renonce à son voyage, l’indemnisation n’est pas valable. Toutefois, si celui-ci décide d’attendre son vol, il bénéficiera de 400 euros pour un vol de 1500 km dans l’Union européenne. Même montant pour un vol entre 1500 et 3500 km hors UE. Si le vol va au-delà de 3500 km hors UE, le client bénéficie d’une indemnité de 600 euros.

L’indemnisation ne s’implique pas si le retard provient du passager ou d’une circonstance exceptionnelle comme les conditions météorologiques, la crise sanitaire, la grève…

Une mauvaise nouvelle pour les passagers

La pénurie de personnel, le rebond massif des touristes et l’inflation qui perturbe le monde entier sont des raisons valables pour remettre en cause cette question d’indemnisation inscrite dans la Loi française. 

Pourquoi cette décision ?

Qu’elle soit de 250, de 300 ou de 600 euros, l’indemnisation est toujours jugée injuste et disproportionnée. En vérité, ces chiffres sont parfois bien plus élevés que le prix du billet lui-même. « Si vous payez 50 euros pour le billet et que vous récupérez 300 euros, ce n’est pas normal », affirmait Thomas Reynaert, le directeur général du lobby Airlines for Europe (A4E).

Les associations de défense des consommateurs quant à eux ne partagent pas la même opinion. Plus réalistes, celles-ci apportent une explication tangible et logique face à cette situation. « Si vous allez de Lituanie au Portugal pour 30 euros et que vous êtes bloqué pendant deux jours entre deux vols, est-il juste de ne recevoir qu’une compensation de [quelques] euros ? », défend Steven Berger, juriste du groupe de consommateurs BEUC.

Un vieux dossier ressorti

Depuis presque 10 ans, les discussions autour de cette problématique s’avèrent sans solutions. En effet, une première tentative de réforme avait eu lieu en 2013, mais reste vaine. Maintenant que la République tchèque a pris la présidence de l’Union Européenne, celle-ci envisage la réouverture du dossier.

Peu de personnes sont informées

D’emblée, peu de passagers sont au courant des principes d’indemnisation et de remboursement en cas de retard ou d’annulation de vol. Selon un sondage effectué par l’entreprise AirHelp en février 2022, 80% des personnes qui prennent souvent l’avion ignorent l’existence de cette compensation. Alors que la réforme est déjà effective au Royaume-Uni, plusieurs personnes ne sont pas non plus informées de cette nouvelle qui sonne mauvaise aux yeux des usagers.

Par ailleurs, les cartes haut de gamme, telles que Visa Premier, Gold Mastercard ou Metal…donnent accès à ce type de remboursement également. Très efficaces, elles assistent essentiellement les utilisateurs dans l’obtention de ces compensations. Elles ouvrent à de nombreuses garanties sur les achats ou assurances pour le voyage. Il semble donc plus qu’important de se renseigner sur leurs services.

Par Hélène N.

Hélène est rédactrice pour ComparateurBanque.com depuis 2019. Elle traite souvent de sujets liés à l'actualité.

Obtenez des offres exclusives !

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Laisser un commentaire