Classement des mutuelles santé

Publié le
Comment choisir sa mutuelle santé ? Quel budget accorder à ce qui peut nous permettre de rester en forme ? Quels sont nos réels besoins ?

Les outils pour répondre à vos questions selon votre profil

Le bon contrat d’assurance santé est le contrat qui vous convient à vous à l’instant T. Certes le prix est important surtout si votre budget est serré, mais ce sont vos besoins qui comptent en priorité. Et ces besoins sont évolutifs au fil des ans. À vous ensuite de les confronter avec l’offre disponible sur le marché.

Assurance santé moins chère et qui rembourse mieux

Faire un classement dans ce secteur est un acte difficile à cerner tant les acteurs sont nombreux et les offres packagées délicates à décrypter. Mais rassurez-vous, voici les principaux conseils pour y voir (enfin !) plus clair et trouver votre mutuelle santé complémentaire !

Les éléments clés à prendre en compte

Avant toute chose, voici les arguments prendre en compte pour choisir sa mutuelle santé :

  • Ses besoins en matière de santé.
  • Son budget disponible.
  • Le niveau des garanties santé.
  • Les taux et plafonds de remboursement.
  • Les franchises.
  • Les délais de carence.
  • Les options.
  • Les packs familiaux.

Quelques indicateurs chiffrés et conseils

Comme expliqué tout à l’heure, le prix est loin d’être le seul argument à prendre en compte. Sauf si votre budget est réduit et que votre santé est bonne. Ici le classement se fera par cotisation en partant de la moins chère.

Assureur Tarif mensuel dès .. Niveau de remboursement
Axa Dès 7,32€ 1/5
MMA Dès 9€ 1/5
AG2R La Mondiale Dès 9,48€ 1/5
Macif Dès 18€ 2/5
April Dès 20€ 3/5
SwissLife Dès 21,80€ 3/5
GAN Dès 46€ 4/5

 

[Simulateur] Comparez + de 70 assurances santé via un seul formulaire

Simulateur gratuit

Conseil 1 :

Il  ressort clairement que plus la mutuelle est chère, mieux elle rembourse. C’est pourquoi il est essentiel de trouver la combinaison qui conviendra parfaitement à votre besoin et budget. Celle qui sera au meilleur rapport qualité-prix pour vous. C’est pour cette raison qu’il est INDISPENSABLE d’utiliser un outil simulateur qui fait en un clic une demande de devis à près de 70 organismes en même temps. C’est un gain de temps et un énorme gain d’argent pour vous au final.

Conseil 2 :

On ne le dira jamais assez, mettre tous les ans son assureur en concurrence permet de conserver le meilleur contrat.

  • Tous les ans les prix augmentent,
  • et tous les ans, vos besoins changent.

Pourquoi ne pas profiter de la facilité qui nous est offerte maintenant de pouvoir changer tous les ans d’assureur ?

Utilisez nos simulateurs gratuits pour mettre en concurrence vos contrats

Simulateurs gratuits et instantanés en Asurance

Nos outils gratuits et simulateurs

Nous vous proposons plusieurs outils très utiles pour trouver la meilleure mutuelle santé en fonction de différents cas de figure.

Nos simulateurs

Pour voir quelle est la solution idéale dans ce secteur hyper concurrentiel, utilisez à votre convenance nos divers simulateurs en ligne, gratuits et sans engagement :

Et si vous avez des questions sur un terme, une formule de remboursement ou un assureur, contactez-nous directement ou consultez en ligne nos ressources !

Votre profil

Nos outils s’adaptent très bien à tous les profils d’utilisateurs. Que vous soyez :

  • Sénior, retraité,
  • Une famille nombreuse ou à trois,
  • Un jeune travailleur ou en recherche d’emploi,
  • Un étudiant,
  • Un fonctionnaire,
  • Un TNS, un indépendant, un autoentrepreneur…
  • Un salarié et donc que cela passe par une mutuelle entreprise.

Vos besoins en remboursement

Nos outils s’adaptent en fonction de vos attentes. A vous de fixer le niveau de remboursement pour :

  • Les soins dentaires,
  • Les soins optiques,
  • Mutuelle femme enceinte,
  • Mutuelle hospitalisation,
  • Mutuelle médecine douce pour ceux qui accordent de l’importance à ce type de pratique holistique.

 

Les niveaux de garantie d’une mutuelle santé

Les compagnies d’assurance proposent plusieurs formules ou offres packagées. Outre l’aspect marketing en filigrane, les assureurs disent adapter leur offre aux besoins et aux profils de leurs clients. Plus la formule est chère, plus le degré de couverture et donc remboursement est important. Et plus le niveau de garantie est conséquent, plus la prime d’assurance santé est chère.

Formule de base et ticket modérateur

Le premier niveau correspond à la couverture de base pour l’assuré qui se voit rembourser le ticket modérateur (le reste à charge une fois le remboursement de l’assurance maladie comptabilisé) pour tous les postes de soins. La formule s’adresse aux personnes dont les revenus sont trop élevés pour accéder à la CMU-C ou à celles qui apprécient les solutions médicales alternatives type homéopathie, phytothérapie, etc.

En ce qui concerne les soins hospitaliers et soins courants, il suffit de respecter le parcours de soins coordonnés pour ne pas débourser le moindre argent. En revanche, il faut éviter les professionnels qui affichent des dépassements d’honoraires. Notez que le remboursement du forfait journalier hospitalier est dorénavant total, peu importe la durée du séjour.

À propos des frais d’achat de médicaments, la formule complète l’assurance maladie qui rembourse à 65%. Par contre, dans le cas de médicaments remboursables à 30% ou à 15%, le niveau de remboursement varie selon l’assureur maladie complémentaire. Sur ce critère, mieux vaut passer par une institution de prévoyance qu’une mutuelle santé.

Au sujet des prothèses dentaires et auditives ou des montures de lunettes, prendre une mutuelle santé de gamme supérieure est indispensable. À titre informatif, certaines compagnies associent malgré tout des options ou des bonus sur ce panier de dépenses de santé dès leur formule de base.

Les formules supérieures : une couverture santé plus large

Les offres packagées des complémentaires santé sont difficiles à comparer, car les niveaux de garantie sont fluctuants. Toutes prennent en charge une partie des dépassements d’honoraires ou d’actes chirurgicaux. On retrouve ces remboursements sur la forme de pourcentages.

Ainsi, 200% cela signifie que le remboursement équivaut au double du ticket modérateur. Si l’Assurance maladie vous rembourse 50 euros, la complémentaire aussi, ce qui fait 100 euros au total.

Les remboursements de frais médicaux non éligibles à l’assurance maladie ou d’équipements type lunettes ou prothèses sont proposés sous forme de forfait annuel. Idem pour les frais en lien avec un séjour à l’hôpital. Tout dépend alors de vos besoins sur l’année à venir.

 

Identifier ses réels besoins pour évaluer son budget santé

Choisir sa complémentaire santé, c’est d’abord identifier ses besoins. Et c’est plus globalement la démarche à avoir pour comparer n’importe quel type de contrat d’assurance. Inutile de prendre un niveau de couverture maximale si vos frais de dépenses sont faibles. Évidemment, cette question doit régulièrement se poser surtout avec l’âge venant.

Les questions à se poser

  • Portez-vous des lunettes de vue ?
  • Consultez-vous des spécialistes ?
  • Quel est le degré de confort envisagé en cas d’hospitalisation ?
  • Prenez-vous un traitement médicamenteux régulier ?
  • Êtes-vous un adepte de l’homéopathie ou des médecines douces et alternatives ?
  • Quelle est la part de votre budget que vous consentez à mettre dans votre mutuelle ?

Une estimation astucieuse à faire

L’idéal est de chiffrer le coût annuel en frais de santé en soustrayant le remboursement de l’assurance maladie. Ce montant correspond au ticket modérateur, aux dépassements d’honoraires et au forfait journaliser hospitalier le cas échéant. Faites la comparaison entre ce reste à charge et le coût d’une complémentaire santé selon les formules proposées (niveaux de garanties).

  • Si le résultat est négatif, cela veut dire qu’une complémentaire santé n’est pas utile.
  • Si le résultat est positif, une complémentaire santé vous fera faire des économies.

Au final, cette démarche permet de juger, d’une part, si la souscription d’un contrat mutuelle santé est judicieuse et, d’autre part, le niveau de garantie que vous devez viser pour optimiser votre budget santé. Ensuite, il faut savoir que nous sommes dans un cas, où ce qui a eu lieu dans le passé ne détermine pas forcément ce qui va arriver.

Conseil 3

Un accident ne prévient jamais et les petits pépins non plus, malheureusement. C’est pour cette raison qu’il est recommandé, même pour une personne qui a de très faible dépense, un faible budget et une bonne santé de prendre au moins le minimum.

Les petits plus à connaître

Voici d’autres éléments dont il faut tenir compte pour choisir la meilleure mutuelle santé :

Jouer avec les options incluses dans les contrats

L’idée consiste à mieux rembourser des postes de soins précis sans avoir à basculer sur une formule plus chère. Attention toutefois aux effets d’annonce car certains renforts promus sont en réalité systématiquement consommés, qu’ils existent ou non ;

Saisir les opportunités commerciales

Les groupes mutualistes et autres instituts de prévoyance présentent eux aussi leur lot de promotions dont il serait dommage de ne pas profiter. Ces ristournes surviennent généralement à la fin de l’année civile, période où les assurés changent de mutuelle santé. Plusieurs catégories de promos existent :

  • Mois de cotisation offert,
  • Parrainage avec le conjoint ou les enfants,
  • Dispositif de compensation si l’assuré accepte un petit reste à charge.

Profiter des réseaux de santé

Les réseaux de santé réunissent des professionnels qui diminuent leurs tarifs pour des apporteurs d’affaires, en l’occurrence les compagnies d’assurance. C’est le principe du courtier en quelque sorte. L’assureur amène des patients aux professionnels de santé qui leur accordent en retour des baisses de prix. Le souscripteur verse alors un forfait de remboursement unique. On trouve ce système pour l’optique, les prothèses auditives et les prothèses dentaires avec des conditions variant selon que l’organisme soit une mutuelle ou un assureur.

Bénéficier des majorations de remboursement

L’idée est la suivante : si l’assuré ne consomme pas certains de ses forfaits, par exemple dentaires, au cours de l’année civile, il jouit d’un bonus l’année suivante. Ce bonus est donné sous la forme d’une majoration dudit forfait. Concrètement, si le souscripteur n’a pas touché à son forfait de 100 euros durant l’année, l’assureur applique une majoration de 10%. Il dispose alors de 110 euros l’année suivante. Pour l’assureur, c’est une manière de garder le client une année supplémentaire (rétention en marketing !) mais l’intérêt existe bien pour le patient.

Le volet « assistance »

Les assureurs intègrent de plus en plus un volet assistance dans le contrat de complémentaire santé. C’est notamment le cas sur l’aspect hospitalisation impliquant de nombreuses incidences sur le quotidien. Ainsi, les assurés ont droit à des prestations d’assistance comme le remboursement d’heures d’aide à domicile en cas de maternité à risque ou l’installation de matériel de téléassistance pour protéger les personnes âgées en cas de chutes à leur domicile. Si ce point n’est pas prépondérant, il n’est pas négligeable pour autant.

Les délais de carence

Attendre un remboursement qui ne vient pas peut être aussi énervant que problématique pour les fins de mois difficiles. Pourtant, c’est écrit dans le contrat d’assurance santé complémentaire. C’est ce qu’on appelle délai de carence, c’est-à-dire un délai durant lequel votre assurance santé ne vous rembourse pas. Le délai de carence s’applique à certaines garanties. Il faut donc l’anticiper pour ne pas se trouver dans le rouge sur son compte bancaire. Pour balayer le problème, il faut privilégier les formules de complémentaire santé qui n’intègrent pas de délai de carence.

 

Liste des établissements